Daibutsu et Matsuri

C’est assez étonnant de retrouver une personne que l’on a pas vu depuis plus de 15 ans. C’est un de mes kohai d’école primaire, Emmanuel, que j’ai retrouvé ce week end au Japon.

C’était une très bonne occasion de lui faire découvrir Kamakura avec un petit tour des principaux sites touristiques, tout en remontant par la parole nos parcours respectifs.

La première étape était le fameux Daibutsu, le grand Buddha de Kamakura, à quelques stations de train Enoden à partir de Kamakura. Cela faisait personnellement un certain nombre d’années que je n’étais pas retourné aux pieds de ce géant apaisé. La masse est impressionante et le flot des visiteurs, sans interruption.

Nous rejoignons ensuite le temple Tsurugaoka Hachimangu en passant à travers les vieilles galeries marchandes du centre ville. Par chance, le festival Yabu Same (course d’archers à cheval) était programmé pour notre visite. Après bénédiction au temple, ils nous demontrent toute leur prouesse au tir à l’arc, lachés à grande vitesse à dos de cheval. La journée était idéal pour la découverte des traditions japonaises puisqu’un mariage traditionnel avait également lieu dans une des succursale du temple.

Après toutes ces agitations, nous gagnons des lieux plus calmes dans l’enciente d’un autre grand temple de Kamakura, celui de Engakuji, à la sortie de la station de Kita-Kamakura. Notre visite est interrompue par voix de moines boudhistes provenant d’un des temples interdits au public. Les voix sont comme des chants incompréhensibles et fascinants, s’échappant d’un intérieur sombre donnant sur le jardin. Nous avons eu beaucoup de chance de capter ces quelques moments.

3 commentaires

  1. Si la prochaine fois ton copain vient avec de la famille, dis-le moi. J’ai toujours voulu voir une mère de kohai… (désolé)

  2. Bravo Eddie, je reste ébahi tout comme Micka de ce jeu de mot extrêmement bien trouvé. Je n’ai même plus les moyens de préparer une réplique.

Les commentaires sont fermés.