Katsushika Hokusai

Exposition Hokusai

Le jeudi 3 novembre, c’était la journée de la Culture et c’était donc férié. Vu cet appel évident vers les musées (qui ne sont pas moins chers pour autant pendant cette journée), on choisit une exposition qui nous tentait beaucoup, au Tokyo National Museum (Ueno), celle du maître de ukiyo-e, Katsushika Hokusai (1760-1849). L’exposition se déroule dans la relativement nouvelle succursale Heiseikan du musée, jusqu’au 4 décembre, et regroupe 500 pièces de Hokusai à différentes période de ces 90 années de vie. Il ne s’agit pas d’une petite entreprise de réunir toutes ces oeuvres, pour la plupart éparpillées de part le monde, à Berlin, New York (MoMA) ou Paris (Guimet) entre autres …

Le point fort de l’exposition est bien entendu l’oeuvre maitresse de Hokusai, les 36 Vues du Mont Fuji. C’est devant cette série d’ukiyo-e que se concentrait la foule. Jour de la Culture oblige, la foule répondait présent en masse. Il était difficile de se frayer un chemin entre les différentes parties chronologiques de l’exposition. Il est intéressant de constater que Hokusai changeait de nom à chacune des étapes de sa vie. Les 36 vues du Mont Fuji sont dessinées pendant la période où il se nommait Litsu, à partir de ses 61 ans. Un autre très grand de l’ukiyo-e Ando Hiroshige est également auteur de 36 Vues du Mont Fuji. Le Fuji San est un symbole très fort et forcément un sujet incontournable d’inspiration.

De retour du musée, alors qu’une pluie désagréable commencait à nous agacer, voilà qu’un nouveau pépin mécanique pointe son nez sur la moto. Cette fois si, c’est l’embreillage qui nous joue des tours. Le dépanneur de service JAF nous dépannera encore une fois. On se retrouve à pied à Akasaka. Pour se venger du mauvais sort et de cette journée qui se termine mal, on se jette sur la série de gateaux japonais proposé au Kyoto Kan, comme son nom l’indique on y trouve des spécialités de Kyoto, quelques dorayaki et des gateaux au marron, saison oblige. Une bonne nouvelle quand même pour la moto, une fois sortie du garage, elle sera au chaud au sous-sol de notre immeuble. La place de parking gratuite a été négociée jusqu’à épuisement avec l’agence.

Dimanche encore, le temps est capricieux et mon inspiration photographique passe à presque zéro. Faute de sortie, je me replonge dans l’esprit compliqué de Mizoguchi, le personnage principal du Kinkakuji de Mishima. C’est une bonne occupation de week end en ce moment, tout en jetant un oeil ou deux à la série de films populaires japonais Tora San. Il a une tête sympathique.

Je laisserais quand même les trois photos de Tokyo ci-dessus à différents endroits, différents jours.

Couleurs

Comme tous les ans, le restaurant de Soba Kokonotuido à Taya (à mi-chemin entre Ofuna et le croisement Harajuku sur la Route 1, ne pas confondre avec le Harajuku de Tokyo) organise une grande vente à prix très intéressant d’objets de verre et de poterie. La vente se déroule dans les jardins entourés de verdure de l’atelier Sue no Sato, le fournisseur officiel du restaurant. Cette année également, nous profitons des pièces remarquables proposés à la vente ainsi qu’une exposition de poteries créées par les élèves de l’école (il s’agit également d’une école). Particularité intéressante de cette année, une mini cérémonie du thé se déroulait sur le gazon de l’espace de vente. Le thé vert rentrait en pleine harmonie avec les créations fait maison: le vert clair de l’écûme, le vert profond du thé et le jaune usé de la poterie. Un vrai plaisir pour les yeux et pour le goût.

Un ciel bleu nuageux au dessus de ma tête.

Faute de beau temps le dimanche, je me plonge dans les bouquins. On dit au Japon que c’est une activité que l’on reprend volontiers en automne, une sorte de rentrée littéraire. Je m’immerge en fait dans quelques bouquins d’auteurs japonais que je pensais lire depuis une éternité, en commencant par Kitchen de Banana Yoshimoto que je viens de terminer. Kitchen est organisé en 2 parties, deux nouvelles (Kitchen et Moonlight Shadow) reprenant un thême similaire, celui de la perte d’un être cher et la reconstruction personnelle qui s’en suit. On suit le personnage féminin faire son deuil, dans une transition de l’enfance à l’age adulte. Le style est naturel et touchant, sans lourdeur pour un sujet difficile à traiter. La jeune auteur signe un vrai succès à l’époque, en 1987.

Je continue ma lecture avec le fameux et grand classique Kinkakuji (Pavillon d’Or) de Yukio Mishima que j’avais commencé sans le terminer il y a plus de 6 ans, avant mon arrivée au Japon.