Brutaliste

Tower House, une maison individuelle concue par Takamitsu Azuma en 1966. On la trouve à Jingumae, pratiquement en face du Watarium et il s’agit de la maison de l’architecte. La structure est dure, austère, comme une muraille défensive dans un environnement urbain hostile.

Cette architecture violente faite de béton brute tient du Brutalisme, un style architectural des années 50 à 70, issu du modernisme et inspiré des travaux de l’architecte suisse Le Corbusier.

Cette maison est de structure géométrique et anguleuse, brute de décoffrage et proche du matériau béton, massive bien que la taille soit extrêmement réduite, de surface et finition volontairement grossière. Le concept prime sur la beauté sur ce style d’architecture, ou est ce la beauté des imperfection.

Un peu plus d’info sur le Brutalisme ici

そうだ京都、行こう (3)

Nous continuons notre journée de visite à Kyôto par le gigantesque temple Sanjusangendo, établi en 1164 par Taira No Kiyomori, général de la période Heian. C’est un temple long de 120m, impressionant par son contenu, 1001 statues de la déesse Kannon, soigneusement placées. Les statues sont toutes légèrement différentes, par des sculpteurs différents. Une grande statue centrale est entourée de facon symétrique par 500 statues de chaque côté, toutes sculptées dans du cyprés japonais.

sea-buddha

Cet alignement est impressionant par la force qui s’en dégage. J’avais en tête la représentation qu’en avait faite le photographe Hiroshi Sugimoto, une longue fresque de statues de bouddhas intitulée Sea of Buddhas (1995) que nous avions pu voir lors de l’exposition Hiroshi Sugimoto “End of Time” au Mori Museum of Art. Sugimoto souhaitait recréer en photographie la splendeur de ces statues à la lumière du matin, comme elle pouvait être apprécier par les puissants à la période Heian. Voir l’original, c’est encore toute une autre sensation.

(la deuxième photo provient du site du Hirshhorn Museum)

Shin Maru

Ouverture il y un peu plus d’une semaine du Shin Maru Biru à grand renfort de publicité (mais moins que pour Tokyo Mid-Town tout de même).

Avec Maru Biru, Tokia, Oazo, Shin Maru Building fait partie du grand planning de redéveloppement du quartier Marunouchi commencé par Mitsubishi Estate en 1998. Mitsubishi Estate opére 30 buildings dans cette zone d’affaire stratégique près de la gare de Tokyo. Toshio Nagashima, l’homme à la tête de la compagnie était également derrière le projet de développement de Yokohama Minato Mirai 21, il y de cela quelques années.

La tour noire de 38 étages et de 198m de haut a été concu par l’architecte anglais Sir Michael Hopkins. Elle contient bureaux et espaces commerciaux, comme d’habitude dans ce quartier. Le design diffère légèrement du modèle de la tour Marunouchi, une tour moderne posé sur un socle de quelques étages respectant l’esprit intial des batiments historiques. Le socle en dessous de l’encoche est ici du même style que celui de la tour.

そうだ京都、行こう (2)

A quelques pas du croisement Higashiyama-Shichijo, nous passons un peu de temps au temple Yogen-In, situé juste à côté du grand temple Sanjusangendo. Il s’agit d’un petit temple possédant des peintures originales sur quelques portes coulissantes. Les peintures sont du fameux Tawaraya Sôtatsu et datent du 17ème siècle. Une des oeuvres les plus connus de Tawaraya Sôtatsu est sa représentation de Fûjin Raijin.

sotatsu-elephant

Il dessine sur les fusuma du Yogen-In des animaux exotiques pour le Japon tels des éléphants blancs à l’air féroce, une giraffe au cou raccourci et des tigres chinois joueurs. Ces interprétations sont très libres dans la forme, le peintre faisant jouer son imagination à plein, n’ayant probablement pas vu de tels bestiaux de ses propres yeux.

Ce temple a été établi en 1594 par Yodo-Dono, une des concubines de Toyotomi Hideyoshi, pour recueillir son père defunt. L’intérieur du temple est très sombre, son histoire également. Plusieurs suicides par seppuku y ont eu lieu, et on dit que les traces de sang ont marqué les planches et le plafond (on nous montre tout ca pendant la visite d’ailleurs). A propos du plancher, le bruit grincant des planches est assez particulier et très prononcé, très efficace pour détecter les voleurs (plus l’on marche doucement, plus le plancher fait de bruit).

(La dernière photo provient des cartes postales données pendant la visite du temple)

Objet bleu

On ne devine pas au premier coup d’oeil quelle peut être l’utilisation de ce mystérieux objet bleu, en exposition dans la galerie de Mr Takagi à Azabu-Juban. On dirait un petit monstre animé avec des yeux multiples sur la tête. Les yeux sont plutôt des cheminés et cet objet coloré est un brûleur d’encens. On soulève le couvercle bleu pour y déposer l’encens.

そうだ京都、行こう (1)

« Sou da Kyôto, ikou », c’est le slogan de la compagnie de train JR nous rappellant plusieurs fois l’an d’aller se promener à Kyôto (cf les publicités télévisuelles au printemps, été, automne et hiver).
Donc …

jr-kyoto

Départ Shinagawa à Mardi 24 Avril 10h58, Shinkansen Nozomi 21, arrivée Kyôto 13h11. Nous gagnons ensuite l’hotel Hyatt Regency au Sud Est de Kyoto, près de la gare et du temple Sanjusangendô. Cet hotel a été récemement ouvert en 2006, le design intérieur est de Super Potato (mené par Takashi Sugimoto) comme certains autres hotels du groupe Hyatt.

Le design est très pur, très clair à la couleur du bois largement employé dans les chambres ou sur le grand escalier à l’entrée. Dans les chambres boisées, le dessus du lit est recouvert de tissu de kimono du plus bel effet.

Après une brêve pause restauration, nous gagnons le croisement Higashiyama-Shichijo à quelques mêtres seulement de l’hotel pour visiter les jardins du Chishaku-In, jardins des plus fameux de Kyôto en inspiration du Mont Rozan en Chine, un des symboles de la branche bouddhiste Terre Pure. Le jardin et son étang sont magnifiques, reposant lorsqu’on s’asseoit sur les tatamis en regardant vers l’extérieur. Une carpe fait parfois un saut dans l’eau, ce qui perturbe un peu le silence. on dit que ce jardin était un des préférés de Senno Rikyu, une figure historique ayant developpé la pratique de la cérémonie du thé au Japon.

En cette période, après la floraison des cerisiers et avant la Golden Week, j’ai l’impression que Kyôto est paisible. Il y a très peu de monde dans ce temple. Dans plusieurs ses pièces, on peut admirer des peintures sur les fusuma, les portes coulissantes. Quelques unes sont assez récentes, du 20ème siècle, et mème d’une originalité un peu perturbante pour ce lieu.

chishaku-in

Mais les peintures les plus impressionantes datent de la période Azuchi-Momoyama (1568-1603), elles ont été exécutées par Tohaku Hasegawa, fondateur de l’école du même nom, et par son fils Kyuzo. Ces peintures étaient originellement créées pour les fusuma du temple Shoun-in, construit sur le même site, et commissioné par Hideyoshi Toyotomi, régnant alors sur un Japon réunifié depuis Kyôto (1585–1591). Shoun-in fut le sanctaire du fils de Hideyoshi Toyotomi, Tsurumatsu, mort à l’age de 2 ans, et les Hasegawa furent en charge d’en créer les peintures. Sauvées des flammes detruisant le temple, elles sont maintenant en exposition à Chishaku-in.

chishaku-in

Les peintures représentent des pins, hybiscus, chrysanthèmes et cerisiers. La composition et la dynamique des peintures sont remarquables. La plupart de ces peintures sont recouvertes de feuilles d’or, réfléchisant la lumière pour contribuer à l’éclairage des pièces sombres du temple.

(La première image provient du site JR, les deux dernières du dépliant du temple Chishaku-in)