Made In Tokyo

Architecture en angles

Deux immeubles à Minami Aoyama jouent sur les angles et pointent vers le ciel. Le deuxième bâtiment, la tête en bas sur la photo est particulièrement aiguisé. C’est un beau bâtiment de béton. Je ne connais malheureusement pas l’architecte.

Je découvre au hasard d’un butinage internet les photos de Benoît Vollmer et surtout sa série Ex Nihilo. Il explore les stations de sports d’hiver hors saison et ses ensembles construits à la fin des années 70. J’aime tout particulièrement les deux photos ci-dessus: un étrange bâtiment, comme un animal fantastique au bord d’une route et un immeuble semblant posé en équilibre improbable sur une pente de montagne. Sur d’autres photos, il nous montre des ensembles vides, des espaces sans âmes qui vivent et sans neige comme une ville fantôme. On pourrait même croire ces stations abandonnées s’il n’y avait pas la présence de quelques voitures sur une des photos (c’est presque dommage d’ailleurs). Les photos de cette série sont vraiment très belles. J’avais en fait découvert ce photographe à travers le premier numéro de la revue photographique en ligne Regards que je vous conseille de visionner. Le deuxième numéro nous montre notamment des photos de Lucie & Simon, les photos intimes vues du plafond ou du ciel de la série Scenes of life.

Pour compléter le billet d’il y a quelques semaines sur les re-penseurs de paysages urbains, je découvre le travail de Xavier Delory, photographe et artiste visuel belge. Les deux compositions photographiques ci-dessus sont tirées de la série Formes urbaines et s’intitulent Dom-Ino. Les immeubles sont complètement aplatis et se résument pratiquement à une façade, à une surface en deux dimensions. Il suffirait d’un coup de vent pour faire tomber ces surfaces comme un domino géant. Je vois quelques similitudes avec le travail de Filip Dujardin, mais je ne me lasse pas de ce travail de mutation du paysage urbain.

2

Darkness, always

Une phrase d’un nouveau titre de Deerhunter, Revival, qui sortira sur l’album Halcyon Digest un peu plus tard cette année. On reconnaîtra aussitôt le chant si particulier de Bradford Cox aka Atlas Sound et une certaine noirceur, toujours. Autre chant reconnaissable immédiatement, celui de Noah Lennox, aka Panda Bear quand il s’échappe de Animal Collective. Il sort aussi un nouvel album cette année et on peut écouter par-ci par là des morceaux comme l’hypnotique Slow Motion. Bien que très différent, ils ont tous les deux un style très marqué et personnel, qui me plait beaucoup.

4

We walk, we won’t stop

Une fois n’est pas coutume, je prends des gens en photo. Ils s’échappent certes, marchent et ne s’arrêtent pas. On me fait parfois la remarque que mes photos sont souvent vide de personnes, comme si je prenais soin d’attendre que les scènes de rues se désertent avant de prendre mes photos. Ce n’est assez clairement pas mon style ou mon premier centre d’intérêt de faire des photos d’inconnus dans la rue, mais je me fais parfois le reproche à moi-même de ne pas tenter un peu plus le coup. Je ne suis pas dans mon élément et à mon aise pour prendre des photos candides et le choix que j’ai fait d’utiliser en presque exclusivité sur toutes mes photos un objectif 20mm, grand angle donc, ne favorise de toute façon pas cette approche. Le 20mm demande une approche intrusive. Un 50mm serait peut être plus adapté pour prendre ce type de photos de temps en temps, depuis le temps que je pense en acquérir un. Ce Sigma 20mm, c’est un peu comme le style du blog, j’ai beaucoup de mal à en changer. Vu les milliers de photos que j’ai pris avec, il est grandement amorti.

Ci-dessus, deux photos de Jasper James dans sa série People and Places 2, prises à Pékin. J’avoue que j’ai un peu de mal à comprendre s’il s’agit de montages ou de véritable réflexion sur les vitres d’immeubles, mais l’effet est extrêmement réussi. L’humain devient un filtre qui nous permet de mieux apercevoir et comprendre la structure de la ville. Il agit comme un révélateur du paysage urbain. Les habitants en réflexion ici deviennent des guides nous ouvrant les portes d’une ville dense.

A gauche une photo de Shimooka Renjô datant de 1870 pour une carte de visite, à droite une photo de Daido Moriyama d’un poster déchiré à Nakano (1990-2003). J’ai découvert il y a de cela quelques temps, un article disponible en ligne de Etudes photographiques, revue semestrielle publiée par la Société française de photographie, retraçant les débuts de la photographie au Japon à travers la mise en place des premiers ateliers de photographie japonais de 1859 à 1872. L’article est très intéressant avec de nombreuses photos d’époque. Faisons un saut dans le temps, plus de 100 ans plus tard, la photographie japonaise s’exposait à Paris en 2008, « Spotlight on Japan ». LensCulture propose en ligne un long essai de Mariko Takeuchi, conservatrice invitée pour cet évènement. Cet article donne de bons pointeurs sur la photographie contemporaine japonaise. Le site Japan-Photo.info, blog photographique offrant une vue sur la photographie japonaise depuis l’étranger, propose également une interview en 2 parties de Mariko Takeuchi: Partie 1 et Partie 2. J’ai envie en ce moment de nourrir ma culture photographique, ça me prend de temps en temps. Je me suis même procuré un grand classique, Les Américains de Robert Franck, une édition récente bien entendu.

3

Ice

Un bloc de glace pour se rafraîchir. Il fait très chaud en ce moment à Tokyo, 35 degrés environ. Peut être que fixer la glace pendant quelques instants permettra de se rafraîchir un peu, à moins qu’on ne soit obligé de rêver des montagnes enneigées d’Islande.

Je connaissais les photos d’architecture du photographe danois Kim Høltermand à l’époque où il utilisait Indexhibit. Si je me souviens bien, c’est d’ailleurs son site de l’époque qui m’avait incité à utiliser ce même système de galerie minimaliste pour mes photos de la série Made in Tokyo Series. Il utilise désormais un nouveau système plein écran pour ses photos, notamment une superbe série intitulée Icelands. Il donne un rendu particulier à ses photos, un noir et blanc légèrement orangé qui réchauffe un peu les surfaces enneigées. Son système de galerie n’étant pas des plus pratiques à la navigation, je vous conseille plutôt de visionner son portfolio sur Behance Network. On retrouve la série Icelands, des textures et de l’architecture jouant avec la lumière sur Horten, Black Diamond, Church of the Holy Cross, ou des objets insolites et spatiaux comme la Hyllie Water Tower. En découvrant sa série Seawater Lido, je suis d’ailleurs très supris de constater que Kim Høltermand est l’auteur de la photographie de couverture de l’album de Aufgang. J’avoue que cette couverture de disque m’avait amené à écouter l’album et j’avais beaucoup aimé ce mélange expérimental réussi de piano et de sons électroniques, le tout en pleine tension.

0

Une voilure et des ouvertures

Une voilure toute en courbe se lie à une colonne vertébrale centrale. Nous étions dans ce bâtiment grandiose pour un spectacle pour enfants et j’ai profité des entractes pour faire un petit tour avec Zoa et en même temps faire quelques photos, de la voilure, des détails des murs… Les yeux avisés auront peut être reconnu l’intérieur du grand gymnase Kokuritsu Yoyogi Kyōgi-jō de Kenzo Tange, le Gymnase Olympique de Yoyogi construit pour les Jeux d’été 1964 à Tokyo. En janvier 2009, j’avais exploré l’extérieur du grand stade sans voir l’intérieur qui était bien entendu fermé. Par contre, profitant d’un événement sportif, j’avais eu la chance de visiter l’intérieur superbe du petit stade. Il faisait sombre à l’intérieur du grand stade mais on pouvait tout de même appréhender la structure de la voilure et son raccord aux deux câbles centraux supportés par les piliers de béton aux deux extrémités du stade.

Sur quelques parois à proximité de l’entrée principale du stade, on peut apercevoir ces drôles d’ouverture sous la voilure. Il s’agit peut être de conduits d’aération. Le mur de béton est percé à plusieurs endroits pour laisser passer ces cylindres de métal qui pointent comme des canons. C’est un design assez radical pour des aérations. Ce stade relève définitivement plus de l’oeuvre d’art que de l’infrastructure sportive. J’avoue que j’aime beaucoup ce genre d’approche.

Pour terminer une vue sur l’entrée, placée dans le décalage des deux demi-cercles formant le stade. J’avais déjà photographié l’extérieur, voici donc l’intérieur. La voilure prend un plis de presque 90 degrés au niveau de l’entrée et du raccord avec les piliers noirs. J’aurais voulu prendre plus de temps pour observer tout ça, mais ce n’était pas non plus le but initial de la visite.

0