triennales

Dans cette série de 20 photos, 2 triennales: celle d’architecture à Tokyo et celle d’art à Yokohama. Je découvre une petite partie de ces deux triennales un peu par hasard. La triennale d’architecture se déroulait du 25 septembre au 1 octobre. Il s’agissait du UIA2011 Tokyo, le 24ème congrès mondial d’architecture. Quelques événements satellites se déroulaient à Marunouchi et Nishi Shinjuku (et peut être ailleurs également). A Marunouchi, on pouvait voir notamment quelques visions pour Tokyo en 2050: Tokyo2050 // 12 visions for the Metropolis. J’y découvre une version mise à jour du Tokyo FiberCity de Hidetoshi OHNO: fibercity / Tokyo 2050 version 2. Et une nouvelle utopie sur la baie de Tokyo (plutôt autour) de Hajime YATSUKA Lab avec son Tokyo plan 2010. Au passage d’ailleurs, je n’ai pas manqué l’exposition à Roppongi Hills: METABOLISM, THE CITY OF THE FUTURE: Dreams and Visions of Reconstruction in Postwar and Present-Day Japan, très intéressante notamment pour la mise en animation en trois dimensions des chefs d’oeuvre d’anticipation de Kenzo Tange, Kisho Kurokawa, Arata Isozaki ou Kiyonori Kikutake. C’est jusqu’au 15 janvier 2012. Dans la tour Shinjuku Park Tower (celle du Park Hyatt), un espace est consacré aux maisons individuelles et on pouvait voir quelques maquettes dont deux en photos ci-dessus: Crossed House de Etsuyasu Hirano et Roofbath de Mario del Mare à Numazu.

L’autre triennale est celle de Yokohama 2011 (jusqu’au 6 novembre): Our Magic Hour. Elle se déroulait dans 2-3 musées, halls d’exposition à Minato Mirai. Je suis passé devant le Yokohama Art Museum mais finalement poussé la promenade jusqu’au vieil entrepôt BankART Studio NYK. Je n’ai pas spécialement été captivé par ce que j’ai pu y voir. Rien de renversant à part cet arbre penché occupant toute une pièce de l’entrepôt.

3 commentaires

  1. Une évidence peut-être, mais on ne la percoit pas forcément de prime abord… Les photos s’enchainent, nos yeux se promènent sur les détails et il nous semble bien que quelque chose se signale à notre attention… nous questionne… mais quoi ? Au deuxième ou au troisième passage sur les images nous remarquons enfin les sols, les parquets, les trotoirs… Pour peu que l’on soit parisien l’on comprend qu’il s’agit d’un pays vraiment très lointain…

  2. C’est toujours un plaisir d’être tenu au courant de l’actualité de la scène architecturale japonaise en photo, très chouettes comme d’habitude. J’aurais bien voulu voir cette expo sur les Metabolistes (le bouquin de Koolhaas sur ce sujet est vraiment bien), si elle est du même niveau que celle qui à eu lieu il y a quelques années sur LeCorbusier ça doit vraiment valoir le détour.

Les commentaires sont fermés.