Made In Tokyo

Europa House

Je découvre le premier bâtiment, en photos ci-dessus, par hasard en grimpant la longue et étroite rue en pente Aoki-zaka depuis l’ambassade de France. Il s’agit de Europa House, siège de la Commission Européenne au Japon, inauguré en novembre 2011. On doit la conception de ce grand ensemble d’environ 10,000 m2 au français ADPI. Je ne connaissais pas ce bureau d’architecture, il s’agit en fait de la filiale d’ingénierie et d’architecture d’Aéroports de Paris. Ils sont spécialisés bien entendu dans les projets d’infrastructure aéroportuaire mais se lancent également dans quelques projets internationaux. A Tokyo, ADPI a également conçu la nouvelle Ambassade de France à quelques centaines de mètres de Europa House. L’ensemble a été construit par le japonais Taisei. Europa House comprend des bureaux donnant sur les jardins et les logements du personnel donnant sur la rue (en photos ci-dessus). Ce sont deux espaces bien séparés, des bâtiments parrallèles séparés par un jardin suspendu, que l’on distingue de l’extérieur par la couverture des façades. La façade avec logements donnant sur la rue est couverte d’un alliage de cuivre et de bronze de couleur brune, qui s’oxydera lentement pour donner une couleur verdâtre (dans une vingtaine d’années), tandis que la partie bureaux est en cuivre oxydé donc déjà de couleur verte. Je n’ai pas pu prendre en photo la partie bureaux, mais on l’apercoit depuis la rue. On retrouve cette utilisation du cuivre et son oxydation sur un autre bâtiment « français » à Tokyo: le Nani Nani de Philippe Starck à Shirogane. J’aime beaucoup cette conception d’un bâtiment comme une chose vivante qui va évoluer avec le temps.

Sur les deux dernières photos, ce petit bâtiment de béton aux murs obliques était le but initial de ma chasse à l’architecture tokyoïte. Je ne connais pas l’architecte malgré mes quelques recherches, j’aurais dû noter le nom du bâtiment. Il se trouve tout près de l’ambassade.

A propos, Métropolitains sur France Culture proposait en podcast quelques émissions sur l’architecture japonais. Ca date un peu (du mois de Mai de cette année) mais je n’écoute les émissions que maintenant. J’ai apprécié notamment l’émission du 27 Mai sur Antonin Raymond. Christine Vendredi-Auzanneau nous parle de cet architecte américain d’origine tchèque et de l’introduction de l’architecture occidentale au Japon dans les années 1920.

3

on 外苑西通り

Après l’immeuble de verre Bridgestone, je parcours la rue Gaien-nishi et rejoinds quelques petites rues vers le parc Arisugawa avant la station de Hiroo. Je me dirige vers l’ambassade de France. En passant, quelques photos s’imposent comme les rangées de briques du restaurant Waketokuyama de l’architecte Kengo Kuma (en troisième photo) ou, sur les photos 6 et 8, la fine tour en forme de S nommée ESQ. Hiroo.

0

Angles et reflets à Hiroo

Je suis repassé devant le Bridgestone Institute of Global Training (BIG-T) par Nihon Sekkei à Hiroo. La première fois, en mai 2011 (le temps passe vraiment vite), je m’étais contenté d’une seule photo en pensant revenir très vite. Cette fois-ci, j’essaie de faire un peu le tour pour admirer les angles et ces surfaces vitrées. J’aime bien ce bâtiment mais il est un peu difficile à prendre en photo dans son intégralité car la partie principale de l’immeuble donne sur une petite rue très étroite. On cherche le bon angle et le bon positionnement, notamment pour capter les reflets sur les parois vitrées. J’apprécie mon fidèle grand angle Sigma dans ces moments, comme pour tous les moments d’ailleurs car je n’utilise que cette lentille depuis des années… Je continue un peu plus ma promenade dans Hiroo, sous le soleil de ce dimanche. J’ai deux heures pour moi alors que Mari et Zoa sont occupés, j’en profite pour aller à la chasse à l’architecture tokyoïte. La chasse à l’architecture tokyoïte consiste, pendant une période limitée (genre 2 ou 3 heures), à se fixer une destination architecturale cible (genre la Galerie GA à Kita Sando pour la dernière fois) et à emprunter des rues jamais vues pour y arriver. Au hasard de la promenade, on trouve souvent des choses architecturales intéressantes. Ma cible cette fois-ci, c’était un petit bâtiment de béton aux murs obliques juste à coté de l’ambassade de France. Mais ce sera pour le prochain billet.

0