キャアアア

IMG_1778m

IMG_1775m

IMG_1774m

IMG_1776m

IMG_1638m

IMG_1782m

IMG_1783m

IMG_1798m

IMG_1799m

IMG_1800m

IMG_1834m

IMG_1836m

Une suite de photographies mélangées d’effroi. Les deux sculptures noires en cours de désintégration sont de Tomohiro Inaba, vues au Department Store Shibuya Seibu. En parlant de désintégration, j’écoute en ce moment avec passion le nouvel album de Oneohtrix Point Never (le nom de code du musicien expérimental Daniel Lopatin), intitulé « Garden of Delete », sur Warp. L’album est passionnant, parfois effrayant et tout en deconstruction et reconstruction. La « mise en oreille » peut prendre plusieurs écoutes si on n’est pas accoutumé à ce type de musique. J’aime le fait qu’à aucun moment on ne puisse prévoir la direction que vont pendre les morceaux, car il se reconstruisent et mutent sans arrêt à la recherche de nouveaux sons. Comme beaucoup, j’attends le nouvel épisode de Star Wars. On peut trouver des produits dérivés en vente un peu partout dans Tokyo. Sur la dernière photo, une maquette tirée de cet univers. en attendant, je me replonge dans les épisodes 4, 5 et 6.

Je tente de simplifier le site Made in Tokyo en ce moment, plus particulièrement les galeries de photographies. J’utilisais auparavant le software Indexhibit pour certaines galeries de photographies, notamment pour les versions web de mes photobooks In Shadows et Made in Tokyo Series. J’utilise maintenant la galerie de photographies intégrée dans WordPress (Carrousel) comme on peut le remarquer dans les billets précédents (Tokyo Motor Show 2015, les formes futuristes et organiques, …). Je commence aussi à migrer les galeries d’anciennes photographies (sous le Software Gallery), c’est un travail de longue haleine. J’avais aussi expérimenté l’utilisation du site de la communauté créative Behance, mais je l’ai supprimé car ça ne m’a rien apporté. Je cherche maintenant plutôt à consolider mon travail sur ce site.

Les 500 Arhats de Takashi Murakami

IMG_1705m

IMG_6442m

IMG_6469m

Je ne suis pas réellement admiratif du travail de Takashi Murakami ni vraiment compris son intrusion au Palais de Versailles, mais j’ai tout de même été attiré par la proposition qu’il nous fait en ce moment au Mori Art Museum (MAM) de Roppongi Hills. Murakami et Roppongi Hills sont liés depuis le début du complexe car il avait contribué à certaines imageries pour le lancement de Roppongi Hills, des petites fleurs gentillettes et sans grand intérêt, il faut bien l’avouer. L’exposition au MAM est beaucoup plus intéressante et ne passe pas du tout sur cette période fleurie. Le point central est organisé autour de quatre longues fresques de plusieurs dizaines de mètres représentants 500 « Arhats » (je n’ai pas compté cependant), des représentations de sages méritants et toute une faune et flore imaginaire et fantastique les entourant. La taille des fresques est impressionnante ainsi que les couleurs et la dynamique des dessins. Ces sont des versions modernes et colorés à l’excès de représentations mythologiques chinoises, de personnages mythiques comme les petits démons rouges et bleues, des monstres à quatre yeux à l’air nonchalant, des phénix étincelants, des dragons survolant les mers houleuses, des montagnes de paysages chinois montant jusqu’aux cieux… Bref tout un bestiaire magnifique à voir. On nous donne aussi de nombreuses explications de certains personnages des quatre fresques, ainsi que des vidéos sur la préparation. Takashi Murakami ne travaille pas seul et s’entoure dans son atelier de jeunes étudiants en Art. Il est très transparent sur ses méthodes de création, et il nous dit aussi très librement (dans une suite de vidéos rétrospectives) qu’il se considère à la fois comme un artiste et comme un marchand. Le côté marchand peut être un peu gênant quand on passe par la boutique en fin d’exposition, pleine à raz bord de produits dérivés sur l’exposition. Cependant, l’exposition nous montre les nombreuses recherches faites avant la création de ces fresques des 500 Arhats, qui m’amène à respecter ce travail jusqu’à l’apprécier énormément. On est à mi chemin entre Art et Manga, et l’incapacité de Murakami à dessiner des personnages de Manga semble être un des ses complexes. Il l’avoue aussi assez naturellement. Autour des fresques, Murakami nous montre d’autres oeuvres très souvent centrées sur son personnage fétiche Mr DOB. Il ressemble à une tête de Mickey, mais aux dents longues et aiguisées. Des fleuves de petites têtes de mort inondent aussi souvent les grands tableaux de Murakami. C’est un motif récurrent. De nombreux personnages fantastiques se répètent d’oeuvre en oeuvre. L’exposition se termine sur un court texte où il revient en accéléré sur 20 ans de carrière en nous donnant son point de vue critique sur l’état de la scène artistique japonaise. C’est finalement une exposition que je conseille.



Gehry has an idea

IMG_1677m

IMG_1678m

IMG_1679m

IMG_1680m

IMG_1681m

IMG_1682m

IMG_1684m

IMG_1685m

Ce mardi 3 novembre était férié au Japon et c’était le jour de la Culture. J’en profite pour aller voir quelques expositions, notamment celle au 21_21 Design Sight (le bâtiment de Tadao Ando) à Tokyo Mid Town, consacrée en ce moment à l’architecte Frank Gehry. La Fondation Louis Vuitton à Paris, qu’on a pu admirer cet été pendant nos vacances en France, est peut être une des plus belles oeuvres architecturales que j’ai pu voir (quelques photos sur mon compte Instagram ici et ici), un mélange d’Art et d’Architecture. L’exposition au 21_21 Design Sight ne montre pas beaucoup la Fondation LV, mais nous explique le processus créatif de Gehry à travers diverses maquettes d’oeuvres architecturales à plusieurs étapes de la conception, en commençant par sa résidence personnelle (3ème photo), et son manifeste (2ème photo). Une video nous donne également un aperçu des outils de modélisation 3D conçu par Gehry, qui permettent de concevoir et réaliser ces formes si complexes. L’espace d’exposition du 21_21 Design Sight n’est pas très vaste malheureusement, mais vaut le détour. La dernière photo de ce billet nous montre des superbes photos de façades par Andrew Prokos. On retrouve ces photos et d’autres photographies d’architecture sur son site web (avec en plus des photos des oeuvres d’Oscar Niemeyer à Brasilia ou Niterói au Brésil).

Tokyo Motor Show 2015

IMG_1764m

IMG_1763m

IMG_1765m

IMG_6522m

Le Tokyo Motor Show a lieu tous les 2 ans dans le centre d’exposition Tokyo Big Sight. Je profite d’une journée de congé ce mercredi pour y faire une visite. Bien qu’on ne soit pas le week end, il y a foule, mais ça reste acceptable et on peut voir tous les modèles en attendant un peu. Comme à l’accoutumé lors du Motor Show, les constructeurs nous montrent quelques concepts auto ou moto qui valent le détour. J’ai été impressionné notamment par Nissan avec ce concept car rouge nommé « Concept 2020 Vision Gran Turismo » aux formes très angulaires, par Mercedes Benz également avec un modèle futuriste intéressant, le F 015 et Lexus présentant un modèle haut de gamme tout en longueur, la LF-FC. Il y a beaucoup de modèles intéressants par ci par là, particulièrement chez Nissan cette année, et quelques bizarreries, comme cette machine mécanique Toyota Kikai. Je ne pense cependant pas que ça soit la meilleure édition du Tokyo Motor Show que j’ai pas voir. Je poste des photographies à chaque édition (ou presque), les précédentes sont consultables au lien suivant.

Pour visionner les photographies avec légende, cliquez sur les miniatures ci-dessous:



Formes futuristes organiques

futuorga-025m

futuorga-020m

Avec un total de 25 dessins en format A3, il était temps de regrouper l’ensemble dans un portfolio web ci-dessous. Cette série vient s’ajouter à la première collection (en format A4) intitulée Organicus Futurum.


Formes futuristes organiques : Portfolio


Je n’ai pas scanné mes dessins vu que je n’ai pas d’imprimantes A3. Je me suis contenté de les photographier avec mon iPhone, d’où quelques ombres non voulus sur certains des dessins. J’ai tout de même l’intention de les scanner proprement un jour ou l’autre dans un endroit spécialisé. Le premier dessin sur cet article est le plus récent. Je me suis essayé à une nouvelle technique pour le fond du dessin en applicant des Screen Tones, généralement et traditionnellement utilisés pour les manga. Le processus d’application du screen tone est assez laborieux car il faut découper avec un cutter précis les formes et les appliquer ensuite. Les Screen tones sont adhésifs.

I PLAY IT OVER IN MY HEAD

IMG_1593mIMG_1588mIMG_1574mIMG_1586mIMG_1587mIMG_1594mIMG_1589mIMG_1590mIMG_1592mIMG_1595mIMG_1600mIMG_1632mIMG_1633m

Je finis par apprécier mélanger les méthodes de captures d’images, entre mon Reflex, l’appareil analogique et l’iPhone sur Instagram. Les photos de ce billet sont pour la plupart déjà montrées sur Instagram. Parmi le flot de photographies, on remarque l’immeuble blanc en cube Omotesando Branches par l’architecte Sou Fujimoto. Beaucoup des autres photos se déroulent autour de ce bâtiment, dans les petites rues de Jingumae. Sur les autres photos, on passe vers la tour de Tokyo, Toyosu en couché de soleil et une ville imaginaire faite de magazines pour une affiche publicitaire. L’immeuble imaginaire de la dernière photo provient de Osaka.