made in tokyo

vers la chapelle sur l’eau sous la neige

IMG_2310wm

IMG_2276wm

IMG_2335wm

Ce soir à 5h, il neige toujours sur la station de Tomamu à Hokkaido. La chapelle que l’on souhaitait visiter n’est malheureusement pas ouverte avant le soir à 8h. Comment faire pour apercevoir ce monument de béton? On ne pourra pas voir l’intérieur, mais on cherche les contours extérieurs en empruntant un petit chemin enneigé. On marche sur la neige fraichement tombée à petits pas sur ce qu’on devine être une petite route entre les bouleaux. On apercoit petit à petit des parois qui se révèlent en se dégageant des arbres et de la neige. Il faudra s’approcher un peu plus en sortant de la petite route, vers le bassin de la chapelle dont on devine à peine les rebords. On suit les pas d’un autre visiteur, certainement passé il y a quelques jours à ce même endroit et avec le même objective. La croix dans le bassin recouvert de neige se montre enfin dans un flot de neige fine et dense. On découvre désormais la façade de la Chapelle sur l’Eau de Tadao Ando. Il semble que la froideur du béton a trouvé un élément plus fort que lui; la neige légère et délicate vient recouvrir petit à petit ce monument de béton. A l’intérieur, il y une lumière jaune. On devine une chaleur diffuse et des voix étouffées et à peine distinctes qui feraient place au silence lorsqu’on s’approche de la surface de verre près du bassin.

church-on-water-tadao-ando Church on the Water, par Tadao Ando, à Tomamu, Hokkaido. Ci-dessus, un livre consacré à cette chapelle sur l’eau avec photographies, dessins et textes explicatifs. Ce livre est en vente à Tomamu uniquement et chaque exemplaire est signé par Tadao Ando avec un croquis. Les quelques photographies à droite proviennent du tumblr Poetry & Concrete.

C’était bien dommage de ne pas pouvoir découvrir l’intérieur de la chapelle et c’est d’ailleurs assez étrange de ne pas l’ouvrir au public dans la journée mais seulement le soir. Je me console avec le petit livre ci-dessus. Nous étions à la station de Tomamu pour y faire du ski pendant quelques jours, séjour fort agréable car en cette fin de saison, il y peu de monde sur les pistes et la neige à Hokkaido est encore très bonne.

0

Can you even tell me that no one is the same as you

IMG_7066m

IMG_7072m

IMG_7076m

IMG_7077m

IMG_7079m

IMG_7082m

IMG_7085m

IMG_7094m

IMG_7097m

J’ai le sentiment en écrivant ce billet et en mettant les photographies en ordre de faire une série de portraits de maisons et d’immeubles. Je montre volontairement peu de personnes ou d’activité humaine sur mes photos, mais finalement les maisons individuelles des quartiers de Tokyo sont mes personnes avec leur propre personnalité et même un désir de paraître et de se distinguer parmi la multitude de bâtiments quelconques aux alentours. En composant ces portraits dans les rues de Uehara, je me fais accompagner de la musique alternative rock de DIIV, quelques morceaux choisis sur le dernier album « Is the Is Are », de très bons morceaux avec une pointe de chaleur comme « Out of Mind » et Under the Sun, et sur l’album d’avant « Oshin » avec How long have you known, Oshin et surtout Doused.

0

remembering you standing quiet in the rain

JIMG_7170m

JIMG_7171m

JIMG_7182m

JIMG_7183m

KIMG_7130m

KIMG_7139m

KIMG_7163m

Je ne peux nier l’influence de la musique de l’album Disintegration de The Cure, que j’écoute en ce moment, sur les images que je publie aujourd’hui sur ce billet. J’aime encore et toujours mettre en relation images et musiques, et cette musique sombre et pénétrante avec quelques instants de clarté m’inspire cet univers urbain peuplé de nuages noirs qui laissent deviner une lumière hésitante.

Sur cette ambiance, me reviennent en tête les photographies de Christophe et Maki sur Crying Feather, commentateurs fréquents de ce blog il y a de cela quelques années, mais dont la présence sur la toile notamment à travers les photographies de leur site me manquent assez. Le hasard des liens me laissent découvrir le site de Vincent Soulié et notamment les trois séries de photographies noir et blanc qu’il consacre au Japon. J’aime faire ces découvertes de sensibilité, mais elles sont trop rares car j’ai délaissé en grande partie la lecture régulière des blogs. A part celui de Daniel sur Ce monde de rosée, qui me rappelle régulièrement comment écrire. Et le titre de ce billet m’est inspiré par les nombreuses journées pluvieuses sur Tokyo ces derniers jours.

0

Le souvenir de mars 2011

IMG_1286m

IMG_1732m

Cela fait cinq ans que le grand tremblement de terre de force 9 a frappé le Nord Est du Japon. Les deux photographies ci-dessus ont été prises peu de temps après le tremblement de terre et je les associe dans ma mémoire à ces événements. Ci-dessous un texte que j’ai écrit trois semaines après les événements de Mars 2011, alors que j’avais envie d’écrire, sans jamais l’avoir publié.

Le 11 Mars 2011, je travaillais normalement au 15ème étage lorsqu’un tremblement banal commença. Comme toujours, on se regarde les uns les autres en attendant que le balancement se calme, sauf que cette fois-ci, les tremblements étaient longs et montaient en intensité. Les réflexes sont de se saisir d’un casque et de s’accroupir près du bureau, prêt à se mettre à l’abri dessous. Cela fait des années qu’on nous parle d’un grand tremblement de terre à Tokyo, mais je n’ai jamais eu l’impression pendant ces quelques longues minutes que c’était celui là ou que l’immeuble de 35 étages où nous étions allait faillir. Les portes claquaient pourtant, les tiroirs s’ouvraient. On était balancé et nous pouvions à peine tenir debout. C’était de très loin le tremblement de terre le plus fort que j’ai pu sentir en treize années au Japon. Après quelques minutes, le pic des tremblements passe et j’ai le reflexe d’appeller Mari à ce moment là, avant que la foule se rue sur les téléphones portables pour prendre des nouvelles des proches. Mari et Zoa étaient à Roppongi Hills, au troisième étage dans un restaurant. Les lumières se sont éteintes donc ils sont sortis tous les deux. Les gens descendaient de la tour le visage pâle. Certains réagissaient assez mal, ce qui a contribué à stresser Mari, tandis que Zoa lui était comme si de rien n’était. Ils se sont ensuite déplacés vers le parc Arisagawa, loin des immeubles. Dans ces cas là, il est bon de s’éloigner des tours et des possibles chutes d’objets et de verre.

Quelques minutes après le séisme, nous descendons tous de la tour par les escaliers, les ascenseurs sont bien entendus hors service. Tout le monde se rejoind en bas en essayant d’appeller en vain. On parle en attendant, des fissures sur les parois des escaliers de la tour, on se demande si c’est sûr de remonter. Mais il n’y a pas beaucoup de crainte de ce côté là. Alors que l’on décide de remonter, une réplique assez forte nous décide à rester encore un peu à l’extérieur. Dehors, on voit assez clairement les immeubles bouger les uns par rapport aux autres, c’est assez impressionant.

Mari et Zoa sont toujours à Arisagawa. En début de soirée, je finis tôt pour les rejoindre et rentrer à pied à la maison. On préfère éviter le métro et les lignes ne fonctionnent pas de toute façon. En passant au supermarché, on fait le plein d’eau qu’on se fera livrer en soirée. C’était une très bonne idée car les magasins seront pris d’assaut quelques jours après. En arrivant à la maison, le gaz s’était coupé automatiquement. Quand les tremblements dépassent une magnitude 5, un dispositif de coupure automatique se déclenche. En regardant les news, on comprend l’amplitude du séisme au large de la préfecture de Miyagi, de force 8.9 transformé en M9 et les dégats du tsunami qui suivit. C’est une situation qui parait incroyable, voir une vague de plus de 10 mêtres avancée sans rien pour l’arrêter sur les terres. Toutes les chaines de télévision ne montrent bien entendu que ces évènements dramatiques. On ne peut s’empêcher de regarder même si on veut éviter de trop montrer ces images à Zoa. On comprendra plus tard qu’il se souvient assez bien des évènements, sans l’aspect dramatique du Nord du Japon bien entendu. Ca parait irréel pour un pays comme le Japon préparé à ce type de catastrophe. Certainement très bien préparé pour un séisme, mais un tsunami est une force encore plus brutale difficile à contenir. Notre frayeur à Tokyo cet après midi de Mars parait bien ridicule par rapport à ce qui s’abat sur le Nord Est du Japon.

Le week-end qui suit commence en regardant par intermintence les news à la télévision qui continuent à montrer de nouvelles images des dégats avec un conteur de disparus qui augmente tous les jours. On comprend que beaucoup de personnes ont disparus, avalés par l’océan et qu’il faudra des jours et des jours pour dresser un bilan. L’accès sur les lieux est rendu très difficile par les débris de maisons, les carcasses de voitures. C’est un drôle de mélange. On ne voit pas de corps, je ne sais pas si la télévision les efface ou évite des images chocs inutiles ou s’il s’agit de la vérité. Petit à petit, on nous donne plus de détails sur les situations des villes côtières dévastées. On parle de villages de plus de dix milles habitants disparus, on voit des images prises au téléphone portable alors que la vague approche et que les gens sur la route hésitent encore à s’enfuir. On nous raconte aussi quelques histoires de survivants, accrochés au poteaux électriques, ils ont réussi à échapper à la mer. Et pendant ce temps, le conteur monte toujours alors que l’on voit les secours s’organiser et les survivants gagnés les abris pubics.

Le dimanche, une nouvelle peur nous envahit. Après le séisme et le tsunami, une troisième catastrophe s’enchaine, les centrales nucléaires, celles de Tokai, Fukushima et Onagawa. Elles sont toutes proche de la côte et ont été affectés par le séisme et tsunami. Les situations de Tokai et Onagawa se confirment assez rapidement comme stable ou en passe de l’être, mais le cas Fukushima sera un calvaire. Quatre réacteurs de Fukushima-1 monopolisent presque toutes les attentions de l’après séisme…

0

KICK IT!

IMG_7101m

IMG_7103m

IMG_7106m

IMG_7108m

IMG_7113m

IMG_7120m

IMG_7122m

IMG_7123m

IMG_7126m

IMG_7129m

IMG_7131m

IMG_7132m

IMG_7134m

Allez savoir pourquoi, l’envie m’a pris soudainement d’écouter Paul’s Boutique des Beastie Boys, un album datant de 1989. Je ne connaissais pas vraiment cet album jusqu’à maintenant, alors que je me décide finalement à l’écouter d’une oreille attentive. Je connais les Beastie Boys à travers différents morceaux comme Sabotage ou Intergalactic que J’écoutais à l’époque, respectivement en 1994 et 1998. J’avais même acheté l’album Hello Nasty en 1998, peu de temps avant de bouger à Tokyo (rassurons nous, ce n’est pas le clip de Intergalactic qui m’a poussé à venir habiter à Tokyo). Je n’ai pas une oreille très propice au Hip Hop mais je savais que cet album Paul’s Boutique était une pièce clé du Hip Hop américain pour la densité de ses samples, sur lesquels vient se superposer le flot des voix aiguës et inarrêtables. C’est un disque que j’aurais aimé découvrir il y a 25 ans, mais mon ouverture à la musique alternative ne s’est fait que quelques années après au tout début des années 1990. Je le découvre maintenant et cette écoute m’est passionnante.

bb-pboutiquePhotographer Shatan about Paul’s Boutique (Monowolf | Lo and Behold!)

Le son Hip Hip inspire ma marche dans les rues de Daikanyama. Je dirige l’appareil photo vers les murs, panneaux, lampadaires propices aux autocollants en tous genres. On voit les mêmes autocollants et dessins un peu partout dans les rues du quartier, notamment cette petite tête blonde en jupe bleue. Il y a aussi ces tracés rouges et noirs sur le béton de Chemetov. En y regardant d’un peu plus près, j’y vois presqu’un visage. En observant ces amas de stickers à certains endroits, je me suis souvent dit que je fabriquerais bien mon propre sticker basé sur Made in Tokyo pour le coller à un endroit de Daikanyama ou Shibuya (plutôt Daikanyama), histoire de voir combien de temps il reste en place. Sur la troisième photographie, on devine devant le photographe en ombrage une fresque au sol, malheureusement presque effacée. Sans surprise, on trouve cette fresque devant un magasin de Skate Board. La première et la dernière photographies montrent deux intéressants moyens de locomotion. Le vélo de piste posé juste devant les studios du samurai designer Kashiwa Sato doit certainement appartenir à un des créatifs du studio. La Renault Alpine de la dernière photographie est plus rare. Elle était stationnée non loin de la gare de Ebisu.

0

poisson tigre

IMG_6891m

Quand nous allons à Enoshima depuis la station de Monorail, on passe devant cette poissonnerie tout près de la gare Enoden. Je ne peux m’empêcher de la prendre en photo. Ce sont très certainement ces écritures en hiragana se mélangeant avec des images de poisson, de crevette et de coquillage, qui attirent et interrogent mon oeil photographique à chaque fois.

IMG_6939m

IMG_6941m

On dit du sanctuaire de Ryukomyo, perdu dans une zone résidentielle, qu’il est un des plus anciens de Kamakura. Il a certainement été « relifté » plusieurs fois j’imagine. On le trouve près de la station de Monorail de Nishi-Kamakura. Ces deux photos et la précédente datent du mois de janvier alors que l’on faisait le tour des sanctuaires pour la bonne année. Nous allons presque tous les ans à Enoshima, les premiers jours de l’année malgré la foule dans la petite rue unique qui monte vers le sanctuaire de l’île. Le sanctuaire de Ryukomyo est lui beaucoup plus tranquille, on ressent une atmosphère de village où seulement les habitants du quartier s’y rendent. En cette fin d’après midi, je m’y sentais bien. Et à l’entrée de Ryukomyo, un arbre centenaire nous accueille.

IMG_6978m

IMG_6984m

IMG_6986m

Je commence à connaître par coeur le quartier de Yoyogi Uehara et à m’y ennuyer un peu photographiquement. J’y passe très souvent mes samedi matin pendant que Zoa est à l’école. Pendant ces quelques heures disponibles, je pars souvent en promenade vers Shimo Kitazawa, ou dans les rues de Yoyogi Uehara. J’aime beaucoup les deux pièces d’architecture ci-dessus. Ce n’est pas la première fois que je les prends en photographie. Elles sont dans la même rue en pente pas très éloignées l’une de l’autre. En les regardant l’une à côté de l’autre, j’aime assez le contraste entre les surfaces rondes et celles tout en angles. La surface rougeâtre de la deuxième est assez étonnante. J’aimerais une bonne lumière pour en faire ressortir les effets.

IMG_7011m

IMG_7016m

IMG_7045m

Il y a quelques semaines, nous avons pris le bateau pour un tour sur la baie de Tokyo, une petite promenade d’une heure environ, depuis Tennozu Isle. Le parcours nous fait passer sous le grand pont sur la baie Rainbow Bridge. J’ai essayé tant bien que mal de prendre en photo la voie routière qui forme une grande boucle desservant le Rainbow Bridge, mais on a du mal à bien distinguer la grandeur de l’oeuvre. Si l’on considère que les autoroutes suspendues de Tokyo sont la plus grande oeuvre architecturale de la ville, cette boucle au dessus de la baie en est certainement la partie la plus élegante.

IMG_7050m

IMG_7049m

Dans le parking du Prince Hotel de Shibakoen, on y voit des choses étranges. Elle n’est pas immatriculée, donc il s’agit peut être d’un bolide de démonstration. On ne peut manquer cette faute de goût, volontaire peut être, sous la forme d’une Lamborghini habillée en tigre ou en léopard. Tokyo ne manque pas de Lamborghini, même des roses avec incrustations de diamants (vue plusieurs fois, mais trop rapide pour mon appareil photo). Et quand on avance un peu plus dans le parking, on s’aperçoit très vite que ce n’est pas la seule et qu’il s’agit d’un vrai repère.

Quand à Made in Tokyo, vous aurez peut être remarqué que j’essaie un autre habillage. J’aime assez cette présentation à l’oblique. C’est d’ailleurs une étrange coïncidence que Claude Parent, le fondateur du mouvant artistique de l’architecture oblique, disparaisse le jour où je m’y intéresse pour l’approche artistique de mon site web. Sur le blog, je décide de renouer avec un titre, mais fait finalement disparaitre mon image de building noir et anguleux. Il y a beaucoup d’ajustement en cours, mais je pense garder cette présentation pour quelque temps.

4