grow in flowers

IMG_7521m

IMG_7472m

IMG_7517m

IMG_7530m

IMG_7526m

IMG_7532m

IMG_7535m

IMG_7594m

IMG_7590m

Après la visite du sanctuaire de Nezu, je reste sur des photographies de fleurs sur ce nouveau billet. Les fleurs se mélangent avec le décor urbain à Ebisu et Kichijoji principalement. Ces photographies sont les dernières que je prends avec mon objectif Sigma 20mm 1.8 car il a rendu l’âme le week end dernier. C’est bien malheureux, mais je vais certainement me re-procurer le même objectif. A Kichijoji, je découvre par hazard une grande fresque de imaone & Zed1 sur l’immeuble Kawada Building. Je l’avais déjà vu sur internet donc cette découverte m’a agréablement surpris. Sur la dernière photo, nous sommes dans un café spécialisé dans le chocolat à Kuramae (Dandelion Chocolate).

burn in flowers

IMG_7496m

IMG_7441m

IMG_7497m

IMG_7446m

IMG_7500m

IMG_7504m

Tous les soirs avant 6h, il attend les dernieres lumières du jour sous la voute de verre. La tête mi-recourbée, il regarde vers le ciel en attendant un signe. Tous les soirs avant 6h, il répète ce rituel sans faillir. Il reste immobile en silence en faisant abstraction du brouhaha alentour. Il attend que la pénombre s’installe. Tous les soirs avant 6h, il revoit les même images dans la pénombres grandissante, celles de son passé, celles de ses actes manqués, celles de ces instants infimes où l’alternative était possible. Tous les soirs avant 6h, il s’accorde ces quelques moments de réflexion, pendant les instants de clarté sous la voute de verre. Au crépuscule de sa vie, il se décide un nouvel avenir.

thecure-sfp Trois albums de The Cure: Seventeen Seconds (1980), Faith (1981) et Pornography (1982), réédités en 2005 et revus sur Pitchfork. J’écoute décidément beaucoup ces trois albums de The Cure, sortis dans la continuité au début des années 1980. Il y a dans cette musique et la voix de Robert Smith une force et un désespoir sublime.

Les cerisiers contre la ville (épisode 4/4)

IMG_7143m

IMG_7286m

IMG_7280m

IMG_7410m

IMG_7358m

IMG_7345m

IMG_7372m

IMG_7403m

IMG_7362m

IMG_7369m

IMG_7240m

IMG_7135m

Le dernier épisode de cette petite série se passe dans les mêmes lieux que les 3 épisodes précédents mais fait en plus un détour vers Akasaka autour de Ark Hills. Avec la pluie d’aujourd’hui, les cerisiers vont bientôt disparaître.

Les cerisiers contre la ville (épisode 3/4)

IMG_7340m

IMG_7284m

IMG_7074m

IMG_7281m

IMG_7354m

IMG_7287m

IMG_7373m

IMG_7291m

IMG_7361m

IMG_7359m

IMG_7212m

IMG_7157m

Oh mother, I can feel the soil falling over my head. J’aime cet arbre qui semble prendre racine sur un bloc de béton. On a cette impression que la nature reprend le dessus sur la ville. Pendant les deux semaines de la fin Mars et début Avril, toute l’attention se porte sur le niveau de floraison des cerisiers. La pleine floraison est difficile à prévoir précisément car les cerisiers n’en font qu’à leur tête et fleurissent rarement au moment prévu. Difficile pour le voyageur de planifier à l’avance son voyage au Japon pour admirer ces fameux cerisiers en fleurs. Les photos de ce troisième épisode font toujours échos aux photos des deux épisodes précédents. On se promène à Shibuya dans le quartier de Udagawacho en écoutant toujours et encore The Cure dans les écouteurs. Après le monument Disintegration, j’écoute la série des trois albums à la beauté sombre: Seventeen Seconds, Faith et Pornography, pour arriver maintenant aux albums Kiss me, Kiss Me, Kiss Me et Wish. C’est un plaisir d’écouter cette musique en se promenant appareil photo à la main. C’est force d’inspiration et comme je le dis souvent, c’est même un élément clé de mon inspiration photographique.

Les cerisiers contre la ville (épisode 2/4)

IMG_7293m

IMG_7288m

IMG_7095m

IMG_7315m

IMG_7356m

IMG_7344m

IMG_7365m

IMG_7302m

IMG_7350m

IMG_7367m

IMG_7210m

IMG_7148m

Sakura versus the city. Pendant ce temps là, à Shibuya, on reconstruit la gare à coups de grosses machines colorées. J’en avais parlé auparavant dans mon billet « Shibuya changing ». Ce billet, l’épisode 2, mélange les atmosphères, entre décoration urbaine surchargée et sobriété des surfaces, comme cette maison de béton aux proches abords de Shibuya. Les fresques murales viennent du quartier de Udagawacho à Shibuya, dans une petite rue qu’il faut trouver. J’aime y retourner régulièrement car les motifs et graffiti changent régulièrement. On repeint sans cesse sur la même surface, dans une renouvellement perpétuel. Cette partie de quartier reste un endroit à part car elle n’est pas encore touchée par la vague de conformisme urbain qui vient effacer petit à petit les spécificités de chaque quartier. J’aime partir à la recherche des ces lieux.