Made In Tokyo

l’expérience de la distance

羽田 Haneda, Mar-2017. Un décor spatial à l’intérieur du terminal domestique numéro 2.

根津 Nezu, Avr-2016. Un oiseau ou un avion fait l’expérience de la distance dans le ciel de Nezu.

下北沢 Shimo-Kitazawa, Mar-2017. Voyage à la plage.

渋谷橋 Shibuyabashi, Mar-2017. Watching the street everyday.

恵比寿 Ebisu, Mar-2017. Cute skull sur la rue Komazawa.

0

le sens le plus éloigné


渋谷 Shibuya, Jan-2017. Passages incessants devant le parc Miyashita.


中目黒 Naka-Meguro, Dec-2016. Une peinture florale inattendue.


池尻 Ikejiri, Fev-2017. Vendeur de livres d’occasion à peine accessible près de Sangenjaya.


代官山 Daikanyama, Mar-2017. Vieille Porsche sur le parking du Tsutaya.


下北沢 Shimo-Kitazawa, Mar-2017. Distributeur automatique de boissons au rez de chaussée du club de boxe.

0

le vent entre les pylônes

Le vent passe par tous les recoins de la Ville, il ne laisse aucun endroit inhabité de sa présence le temps de quelques millièmes de secondes. On se mêle au vent pour parcourir l’espace, pour slalomer entre les pylônes, pour aller chercher en haut des immeubles une vue imprenable sur la Ville. Si on lui donnait une capacité photographique et que l’on enregistrait ses voyages incessants sur cassette, on serait pris d’un sentiment de vertige et de malaise. Le voyage n’est pas celui d’une rivière tranquille. On ne peut éviter les obstacles. On apprend son chemin en percutant les parois, les vitrages, les murs de béton, l’asphalte des routes, jusqu’à trouver une issue qui nous ramène vers le ciel. La seule prison qui nous empêche d’explorer plus en avant les territoires urbains, les profondeurs infinies de la Ville, est l’inspiration involontaire d’un habitant de cette Ville.

2

En face B derrière la gare

Bien que j’avais l’impression d’avoir exploré les rues de Shimo Kitazawa de long en large, il y a encore des recoins que je ne connais pas. Pendant que Zoa passe deux heures à son école du samedi à Kitazawa, je profite en général de ces « vacances de 2 heures » pour marcher jusqu’à Shimo Kitazawa. Les vacances de 2 heures, c’est en référence à cette chanson 二時間だけのバカンス de Utada Hikaru et Sheena Ringo, pour ceux qui suivent attentivement les billets de ce blog, et qui n’ont pas abandonné en chemin. Pour rejoindre le centre de Shimo Kitazawa, je dois d’abord traverser des rues résidentielles en passant en général devant une salle de boxe le long de la voie ferrée. Il faut passer par un raccourci étroit coincé entre cette salle de boxe et les grillages délimitant la voie ferrée, pour arriver ensuite rapidement devant deux vieux théâtres (nommés 711 et Suzunari) encore actifs malgré l’apparente vétusté du bâtiment. Il y a toujours des petits attroupements de personnes devant les théâtres, témoignant de leurs activités.

A quelques pas seulement des deux théatres, sur une rue en courbe, se trouve un magasin de disques Disk Union. J’y passe systématiquement quelques minutes, histoire de voir s’il n’y a pas des disques que je recherche. Je remonte ensuite vers le centre de Shimo Kitazawa, vers la gare. A travers les nombreuses photographies de Shimo Kitazawa que je montre dans les billets précédents, j’ai l’impression d’avoir documenté pleinement mon parcours habituel, parmi la foule pleine de jeunesse de ce quartier. Pourtant, mes pas dans ce quartier que je commence à bien connaitre cherchent à bifurquer, à trouver des nouveaux terrains que je n’aurais pas encore foulés. Mon objectif est comme toujours de trouver de l’architecture remarquable dans ces rues, mais Shimo Kitazawa est assez pauvre en intérêt côté architecture. Le terrain est plus adapté à la photographie de rues, ce qui me fait sans cesse y revenir. Je pensais avoir déjà fait pleinement le tour de la station de train, mais au delà des terrains en construction, je découvre d’autres rues que je n’avais jamais emprunté. Une particularité de Shimo Kitazawa est la présence de nombreuses boutiques fourre-tout, de nombreux magasins d’occasion, parfois organisés dans des espaces communs comme des marchés à l’intérieur de bâtiments. Dans ces marchés, des séries de petits boutiques sont collées les unes aux autres et sont desservies par une allée étroite et encombrée, ce qui forme un drôle de bazar.

Je continue ma découverte méthodique des albums de Sheena Ringo 椎名裕美子 et Tokyo Jihen 東京事変. Je ne sais pas s’il y a réellement une méthode, mais je cherche maintenant à combler les vides entre les albums que j’ai déjà depuis quelques années et ceux que j’ai découvert plus récemment. Commençons par Adult 大人 de Tokyo Jihen, sorti en Janvier 2006. C’est le deuxième album du groupe après Kyōiku 教育 sorti deux ans auparavant. Il marque un certain virage stylistique en s’élargissant vers des tendances plus jazz. Alors que le premier album était une vraie continuation des trois premiers albums de Sheena Ringo (au point où on pouvait difficilement faire une différence), ce deuxième album marque un départ vers de nouvelles inspirations qui seront maintenues et amplifiées dans les albums qui suivent. On garde tout de même cette ambiance alternative rock sur de très nombreux morceaux de cet album, mais surtout dans l’esprit général de l’oeuvre. L’arrivée de nouveaux membres du groupe, comme Ukigumo, explique certainement l’évolution du style. Sous le nom Watashi to Hōden 私と放電 (Me and the Electric Discharge), on découvre une compilation des faces B des singles de Sheena Ringo, depuis ces débuts en 1998 jusqu’à l’année 2008 où cette compilation est sortie, pour les dix ans anniversaire de sa carrière. Ces morceaux n’étaient bien entendu pas présents sur les albums studio, mais étonnamment, j’avais l’impression d’en connaitre déjà beaucoup. Certains des morceaux sont en fait repris des trois mini-disques format 8cm (format qui a disparu depuis longtemps) de Sr/ZCS 絶頂集 (Zetchōshū) à la pochette en forme de boîte de médicaments, ou du DVD de concerts Gokiritsu Japon 御起立ジャポン (sous le nom de groupe Hatsuiku Status 発育ステータス) que je m’étais procuré à l’époque, en Juillet 2000. Les morceaux des faces B compilés sur Watashi to Hōden sont en fait aussi bons que ceux des albums studio, ce qui me fait considérer ce double CDs comme un album à par entière.

0