I PLAY IT OVER IN MY HEAD

IMG_1593mIMG_1588mIMG_1574mIMG_1586mIMG_1587mIMG_1594mIMG_1589mIMG_1590mIMG_1592mIMG_1595mIMG_1600mIMG_1632mIMG_1633m

Je finis par apprécier mélanger les méthodes de captures d’images, entre mon Reflex, l’appareil analogique et l’iPhone sur Instagram. Les photos de ce billet sont pour la plupart déjà montrées sur Instagram. Parmi le flot de photographies, on remarque l’immeuble blanc en cube Omotesando Branches par l’architecte Sou Fujimoto. Beaucoup des autres photos se déroulent autour de ce bâtiment, dans les petites rues de Jingumae. Sur les autres photos, on passe vers la tour de Tokyo, Toyosu en couché de soleil et une ville imaginaire faite de magazines pour une affiche publicitaire. L’immeuble imaginaire de la dernière photo provient de Osaka.

そうだ京都、行こう (10 finale)

A la fin de la journée, après notre visite au Kennin-ji, nous nous dirigeons vers Higashiyama et le quartier du temple Kiyomizu-dera, un des plus célèbres temples de Kyôto. Pour ce voyage à Kyôto, Mari et moi-même avions décidé d’éviter les lieux très touristiques que nous avions déjà visité dans le passé, et de se concentrer sur les petits temples et sanctuaires à l’écart de la foule. Mais l’envie était trop forte de retourner voir le Kiyomizu-dera, l’atmosphère des petites rues en pente grimpant vers le batiment principal, installé à flanc de colline et soutenu par des centaines de pilliers. Le temps a malheureusment joué contre nous, il est 6h et le temple est sur le point de fermer. On pourra seulement admirer le coucher de soleil sur une des tourelles à l’entrée du temple.

Le lendemain, c’est déjà la dernière journée de notre voyage. On a bien profité des beautés de Kyôto dans les jardins et temples comme dans les petites rues ordinaires. Mais le temps était bien entendu trop court. J’aurais voulu voir les chefs d’oeuvre que sont la Villa impérial Katsura et son jardin, ou encore le pavillon Hiunkaku de style Sukiya dans l’enceinte du Nishi-Hongan-ji. Il faut connaître les jours d’ouverture à l’avance malheureusment (quelques jours dans le mois), ou faire une réservation longtemps avant de visiter. La prochaine fois, on s’y prendra 3 mois à l’avance. Après avoir lu le Pavillon d’or de Yukio Mishima, j’aurais également voulu le revoir.

La grande gare de Kyôto, par l’architecte Hioshi Hara, est la dernière étape du voyage. Elle est gigantesque, quadrillée de verre, faite de longs escaliers et de centres commerciaux. On en fait le tour à la recherche de quelques omiyage, jusqu’à la dernière minute avant de prendre le train rapide Shinkansen pour Tokyo.

C’était le dernier épisode sur Kyôto. Ecrire sur Kyôto en plusieurs épisodes était un exercice très stimulant, et je suis un peu triste de terminer l’histoire. Ou plutôt, je suis pressé de retourner à Kyôto pour reprendre l’histoire…