Les Métabolistes

Nous avons vu auparavant dans Tokyo 2050 Fibercity, une étude de rétrécissement de la ville dans le contexte actuel de décroisssance démographique au Japon. Il y a un peu plus de 40 ans, naissait au Japon un courant architectural aux idées créatives diamétralement opposées. Le contexte à l’époque était bien différent.

Le mouvement Métaboliste est fondé par des jeunes architectes japonais théorisant, entre 1958 et 1975, sur la croissance urbaine des mégalopoles, avec des concepts en rupture avec les formes traditionnelles. Le mouvement a à sa tête Kisho Kurokawa et Fumihiko Maki, accompagnés de quelques grands noms tels que Kiyonori Kikutake, Arata Isozaki. Kenzo Tange se rapprochera également du mouvement Métaboliste.

metabolist

Dans un manifeste « Metabolism: the proposals for a new urbanism », ils tentent d’apporter des réponses à la densité problématique des villes, la croissance démographique et l’accroissement des flux, à travers une vision originale croisant biologie et informatique. Leur vision de la ville du futur est caractérisée par de grandes structures flexibles et extensibles, pour une population de masse à la croissance organique.

metabolist

Floating City (1961), la ville flottante (représentée ci-dessus à gauche et en bas à droite), par Kisho Kurokawa est un des projets emblématiques de ce mouvement. Il s’agit d’un projet d’habitations construites sur la surface d’un lac à proximité de l’actuel aéroport de Narita. Kurokawa présente ici un principe de croissance urbaine cellulaire, avec un déploiement organique d’unités identiques (des spirales sur l’eau). L’ensemble ressemble à des formes végétales, comme des nénuphars. Les transports routiers sont possibles sur le toit des structures s’interconnectant, des escalators en spiral permettent l’accès au ports sur la surface du lac pour les transports maritimes.

Ce système en spiral est un prototype de la ville en hélice en 3 dimensions, Helix City (1961), un autre projet emblématique du mouvement Métaboliste imaginé par Kisho Kurokawa (représentée ci-dessus en haut à droite). Etudiée pour une réorganisation d’un quartier de Tokyo, cet forme hélicoïdale de type ADN propose une forme originale de l’espace urbain avec des circulations possibles dans le sens horizontal et vertical. Kurokawa publiera d’autres études comme l’Agricultural City et de nombreux sketches.

metabolist

La proposition de ville Ocean ou Marine City (1958-1963) de Kiyonori Kikutake prend elle aussi des formes organiques et extensibles. Les tours d’habitation ressemblent à des arbres sur lesquels on peut emboîter des anneaux d’habitations. Ces cellules cylindriques habitables peuvent être ajoutées ou enlevées en fonction des besoins. Là encore, le complexe d’habitation est posé sur l’eau.

metabolist

Par sa verticalité et sa structure en arbre à la densité modulable, Tower City est une variation du concept précédent. Même s’il a été construit bien plus tard (1994) dans la carrière de Kikutake, l’hôtel Sofitel Tokyo (en photo ci-dessus), au bord de l’étang Ikenohata d’Ueno, reprend les lignes directrices de Tower City. Cet immeuble si remarquable est apparemment malheureusement en cours de démolition. L’architecture métabolique demeure encore maintenant la fondation de la philosophie de l’architecte.

metabolist

Clusters in the air (1960-62) est une autre métaphore organique, toujours en forme d’arbre. Arata Isozaki y prévoit des lignes de capsules habitables fixées comme des branches sur le tronc. Cette mégastructure futuriste et extensible est assez fantastique et défie les lois de la pesanteur.

metabolist

Associé aux Métabolistes, Kenzo Tange proposa en 1960 un vaste plan de réorganisation structurelle de Tokyo. Ce plan idéaliste, ayant suscité l’attention internationnale, présente un nouveau concept d’extension de la ville pour répondre à une population croissante (plus de 10 millions d’habitants en 1960) et à un traffic accru. La baie de Tokyo empêche la croissance de la ville dans la direction sud-est, mais Kenzo Tange propose une aternative au dévelopement organique radial de Tokyo, une expansion linéaire au dessus de la baie par un systèmes de ponts, de méga-structures et d’îles artificielles.

metabolist

Cet extension utopique de la ville sur un axe linéaire, comme une colonne vertébrale, devait permettre une croissance de 15 millions d’habitants, tout en permettant une communication directe à travers la baie entre le centre de Tokyo et la zone de Chiba.

metabolist

metabolist

Cette ville sur ponts suspendus au dessus de la baie s’appuyait sur un réseau d’autoroutes interconnectées: des routes sur 3 niveaux assurant un accès rapide à travers la ville. Des tours espacées de 200 mêtres et montant jusqu’à 150-250m au dessus du niveau de l’océan suportaient cette ville suspendue contenant des unités résidentielles, centres commerciaux, jardins publics, et autres facilités.

metabolist

De tous ces projets métaphoriques et utopiques, seul le concept flexible et extensible des habitats-capsules a vu le jour avec le Nakagin Hotel de Kisho Kurokawa (1970-1972). J’avais présenté auparavant en photos ces espaces personnels dans des containers industriels recyclables. Ce concept de vie dans des capsules a été appliqué également pour le New Sky Building No.3 de l’architecte Youji Watanabe en 1970. Je suis allé voir de mes yeux cet immeuble hallucinant, j’en parlerais bientôt en photos. Ces immeubles métabolistes sont malheureusement menacés, on sait le Nakagin condamné à la destruction.

Tokyo Fibercity 2050

tokyo-2050-fibercity

Je viens de terminer la lecture de Tokyo 2050 Fibercity, Numéro 63 du magazine trimestriel The Japan Architect. Il s’agit d’une étude initiée par Fumihiko Maki et developpée par Hidetoshi Ohno, également architecte et professeur, sur des propositions de design urbain pour un Japon en décroissance démographique. En 2005, le Japon a connu son pic de croissance demographique à environ 130 millions d’habitants. Avec un taux de natalité stable à environ 1.36~1.38, la population japonaise devrait passer en dessous de la barre des 100 millions d’habitants en 2050. Cette décroissance de la population a des conséquences sur l’organisation des villes, certaines zones urbaines subiront un dépeuplement.

En prenant cette hypothèse de décroissance, l’architecte Hidetoshi Ohno a réfléchi avec son groupe d’étude (Université de Tokyo) à 4 grandes stratégies de réorganisation urbaine, en prenant Tokyo comme cas d’étude. L’étude adopte le concept de « fibres », c’est à dire un modèle linéaire de la ville en suivant les grandes lignes de transport et de communication, en opposition avec le modèle atomique traditionnel des villes occidentales. Les 4 stratégies se concentrent sur une manipulation de ces fibres spatiales pour changer Tokyo, et sont nommées: Green finger, Green partition, Green web, Urban wrinkle. Elles sont tournées vers une intégration du vert, d’éléments naturels intégrés à l’intérieur de la ville dans un souci d’améliorer l’environnement général de vie.

Green finger (doigt vert)

tokyo-2050-fibercity

La première stratégie, nommée Green Finger, consiste à convertir les zones situées à plus de 800m des stations de trains en zones vertes (parcs, campus d’école ou d’université, fermes ou espaces agricoles, …). L’image ci-dessus en donne une représentation, des bandes urbaines le long des lignes ferrovières, réseau très développé à Tokyo.

tokyo-2050-fibercity

Avec le vieillissement et la décroissance de la population, il est estimé que cette population urbaine cherchera à se rapprocher des stations de trains, centres nerveux d’activité de la ville et de ses banlieues. Les zones éloignées des stations seront, petit à petit et de manière naturelle, abandonnées et pourront être reconverties en zone verte.

Green partition (partition verte)

tokyo-2050-fibercity

Une deuxième proposition de Hidetoshi Ohno s’intitule Green partition et consiste en une protection accrue contre les désastres naturels, en donnant de l’air aux zones résidentielles surpeuplées. Un tremblement de terre ou un incendie dans ce type de zone résidentielles, aux maisons très rapprochées et aux rues étroites, peuvent avoir des conséquences désastreuses (prenons comme exemple, les résidences en bois nombreuses dans le quartier de Yanaka, Ueno). Mettre en place des chemins verts permet cette protection, comme un pare-feu, tout en rendant les quartiers résidentiels plus agréables à vivre. Ces chemins peuvent servir de voies de secours et d’évacuation en cas d’incidents naturels.

tokyo-2050-fibercity

La structure de ces chemins verts dépendra des terrains libérés dans ces zones résidentielles (maisons détruites et non reconstruites dans un contexte de décroissance démographique). Ces chemins zigzagueront très probablement entre les maisons, comme on peut le voir en exemple sur les 2 images ci-dessus.

Green web (toile verte)

La troisième proposition, Green Web, vise à convertir les voies rapides internes à la ville (les shuto expressways) en parcs linéaires et en voie d’accès d’urgence utilisables pendant une crise. Cette stratégie prend toujours comme hypothèse une diminution de la population et par conséquence du traffic routier, mais je suis un peu dubitatif sur la résistance de ces routes suspendues Shuto Expressway en cas de tremblement de terre majeur…

tokyo-2050-fibercity

Hidetoshi Ohno et son groupe d’étude donnent quelques exemples de conversion de voies rapides. Ci-dessus, il s’agit de la voie rapide longeant les douves du Palais Impérial dans le centre de Tokyo. La voie rapide serait transformée en parc au bord des douves pour des promenades agréables en pleine nature (ou presque).

tokyo-2050-fibercity

A Roppongi-1Chome, aux croisements de 2 grandes voies rapides, Ohno propose un système d’escaliers et de centres commerciaux attachés à la voie express. La voie, elle-même, est la encore réservée à la végétation.

Urban wrinkle (ride urbaine)

Cette quatrième stratégie s’attache à la rénovation ou l’amélioration de quelques points remarquables dans la ville pour en faire sortir leur potentiel et les rendre attractifs. Typiquement, ce sont des lieux de structure linéaire comme de vieux canaux, des bords de rivières, des rues en pentes, … avec un potentiel d’attraction non exploité ou gaché par leur situation. Les lieux considérés ont, en général, une valeur historique et cette étude tente de les mettre en valeur, comme on pourrait chercher à embellir les rides d’un visage.

tokyo-2050-fibercity

Tout l’intérêt de cette étude, c’est de donner des exemples précis, facilement identifiables pour les habitants de Tokyo. Ci-dessus, il s’agit du réaménagement du canal entre les stations de Iidabashi et de Ichigaya. C’était autrefois un des canals du château d’Edo. Une bordure du canal serait réaménagée pour la promenade, avec à proximité quelques magasins.

tokyo-2050-fibercity

Cet autre exemple ci-dessus me parle beaucoup, car je traverse très souvent cette petite rivière bétonnée de Shibuya, entre Ebisu et Shibuya. Elle très sombre et sale, coincée entre des barrières d’immeubles donnant sur l’avenue Meiji. La proposition est assez ambitieuse, composée de passerelles passant par dessus le canal, d’une végétation touffue, de terrasses sur les immeubles environnants avec vue sur cette rivière désormais beaucoup plus ensoleillée et joyeuse.

tokyo-2050-fibercity

Une autre idée porte sur le grand parc Shinjuku-Gyoen. Ce parc près de shinjuku est superbe et très bien entretenu. L’idée est de dépasser les bornes actuelles du parc pour le faire rentrer dans la ville, dans les rues du quartier de Shinjuku. Plutôt qu’une entité fermée sur elle-même, le parc serait un lieu ouvert et acceuillant, intégré à la ville.

ja63Le magazine The Japan Architect Numéro 63 dédié à Tokyo 2050 Fibercity contient beaucoup d’autres exemples intéressants, parfois utopiques, ainsi qu’un grand nombre de sous-études sur des aspects de Tokyo (ex: organisation des arcades commerciales « shoutengai », lieux aimés par les Tokyoites, …). L’idée qui me plait beaucoup dans cette étude, c’est la tentative d’une meilleure intégration de la nature dans la ville. Je partage également cette idée pour l’intérieur des maisons, même si mon idéal est un peu éxagéré

Toutes les images proviennent des sites de The Japan Architect et de Tokyo 2050 Fibercity. Le magazine The Japan Architect et les anciens numéros sont disponibles à la vente sur Internet pour les pays hors-japon, et disponibles au Japon dans toutes les bonnes librairies.