on Sunny Hills

IMG_1897

IMG_1898

IMG_1899

IMG_1901

IMG_1902

IMG_1912

IMG_1913

IMG_1914

Ce nouveau projet de Kengo Kuma a Minami Aoyama s’inspire d’une autre de ses créations à Fukuoka, le Starbucks Coffee at Dazaifutenmangu. On y retrouve le même agencement de tiges de bois de 6 cms de section accolées à un structure architecturale plus classique. La différence est qu’ici, ce panier de bois, en quelque sorte, vient recouvrir le bâtiment tandis que la structure de bois est à l’intérieur pour le Starbucks de Fukuoka. D’après le site Designboom, Kengo Kuma utilise une méthode traditionnelle d’agencement du bois appelée ‘jiigoku-gumi’.

Ce bâtiment se nomme Sunny Hills et se trouve en face de l’hôtel Floracion. C’est un bâtiment assez surprenant et j’aime beaucoup la petite pointe de verdure sur la terrasse à l’étage. Ca serait pas mal d’ailleurs d’intégrer encore plus de verdure dans cette structure de bois pour adoucir l’ensemble. Je me demande quand même comment le bois est traité et comment l’ensemble va résister au passage du temps. Enfin, le bois n’est ici qu’une surface qui pourra être remplacée sans trop de difficulté si nécessaire. Ah, j’aime faire ce genre de découverte architecturale à Tokyo.

Architecture en angles

Deux immeubles à Minami Aoyama jouent sur les angles et pointent vers le ciel. Le deuxième bâtiment, la tête en bas sur la photo est particulièrement aiguisé. C’est un beau bâtiment de béton. Je ne connais malheureusement pas l’architecte.

Je découvre au hasard d’un butinage internet les photos de Benoît Vollmer et surtout sa série Ex Nihilo. Il explore les stations de sports d’hiver hors saison et ses ensembles construits à la fin des années 70. J’aime tout particulièrement les deux photos ci-dessus: un étrange bâtiment, comme un animal fantastique au bord d’une route et un immeuble semblant posé en équilibre improbable sur une pente de montagne. Sur d’autres photos, il nous montre des ensembles vides, des espaces sans âmes qui vivent et sans neige comme une ville fantôme. On pourrait même croire ces stations abandonnées s’il n’y avait pas la présence de quelques voitures sur une des photos (c’est presque dommage d’ailleurs). Les photos de cette série sont vraiment très belles. J’avais en fait découvert ce photographe à travers le premier numéro de la revue photographique en ligne Regards que je vous conseille de visionner. Le deuxième numéro nous montre notamment des photos de Lucie & Simon, les photos intimes vues du plafond ou du ciel de la série Scenes of life.

Pour compléter le billet d’il y a quelques semaines sur les re-penseurs de paysages urbains, je découvre le travail de Xavier Delory, photographe et artiste visuel belge. Les deux compositions photographiques ci-dessus sont tirées de la série Formes urbaines et s’intitulent Dom-Ino. Les immeubles sont complètement aplatis et se résument pratiquement à une façade, à une surface en deux dimensions. Il suffirait d’un coup de vent pour faire tomber ces surfaces comme un domino géant. Je vois quelques similitudes avec le travail de Filip Dujardin, mais je ne me lasse pas de ce travail de mutation du paysage urbain.