concrete in the sun

Les deux bâtiments ci-dessus sont très différents mais ont en commun une certaine brutalité dans le traitement architectural. Ils sont tous les deux situés dans la même rue à Mita, à quelques mètres l’un de l’autre. Les trois premières photographies montrent l’Ambassade du Koweit par Kenzō Tange. Cet immeuble complexe date de 1970. Sa construction est assez difficile à appréhender au premier abord. Ca fait un moment que je voulais voir ce bâtiment si particulier de Tange, et on le découvre un peu par hasard alors que l’on passe dans cette rue en voiture à la recherche d’un restaurant singapourien. Le deuxième bâtiment est plus petit et toujours en construction. Il s’appelle Arimaston Building. Keisuke Oka a entrepris seul de construire sa propre maison de béton depuis 2005. Je crois qu’il fait une pause depuis quelques temps et on a du mal à imaginer quelle pourrait être la forme de cette résidence familiale une fois terminée.

après le mankai des cerisiers

Les fleurs de cerisiers ont terminé leur démonstration de splendeur pour cette année et se feront encore désirer l’année prochaine à la même époque. Elles se feront peut être attendre ou arriveront peut être en avance, histoire de brouiller les pistes. La floraison à son pic est difficile à prévoir, comme tout événement naturel au Japon.

Je continue ma redécouverte des rues de Tokyo à travers mon nouvel objectif Canon grand angle. A Daikanyama d’abord, sur la première photographie de ce billet. Ces deux visages dessinés sur un mur en contre-bas au niveau du parc Saigoyama sont vraiment superbes et arrêtent les passants. J’aimerais voir plus de ce genre de grande démonstration d’art de rue, car elles sont assez rare à Tokyo. Je suis sensible à cette forme d’art urbain et ses graffitis ou fresques géantes sont toujours très photogéniques.

Un des week-ends passés, Zoa et moi nous sommes promenés à Nishi Shinjuku, tous les deux seulement car Mari avait une petite forme. Le but de notre sortie était la mairie de Tokyo, le Tokyo Metropolitan Government Building, pour l’observatoire situé tout en haut d’une des deux tours de ce bâtiment « cathédrale » de Kenzō Tange. Depuis la gare de Shinjuku, il faut d’abord emprunter un passage souterrain dont l’entrée est marquée par l’oeil de Shinjuku. J’en avais déjà parlé il y a de cela quelques années. Un peu plus loin, à travers une ouverture du passage souterrain, on ne manquera évidemment pas la vue en contre-plongée de la tour bombée Mode Gakuen Cocoon Tower, du fils Tange (Paul Noritaka Tange). On arrive ensuite assez vite à la mairie de Tokyo, au bout du passage souterrain. Je n’étais jamais monté tout en haut de cette tour, donc l’observatoire donne un point de vue sur Tokyo que je ne connaissais pas. La ville s’étend à perte de vue comme un océan fait de blocs de toutes les formes et aux couleurs multiples.

Près de la gare, Shinagawa nous montre d’autres tours. Cette zone de bureaux nommée Shinagawa Inter-city est pratiquement vide le week-end. Elle constitue une barrière d’immeubles, un peu comme ce que l’on peut voir à Shiodome un peu plus loin. Ces constructions étaient assez critiquées par certains architectes, notamment Tadao Ando, car elles constituent une barrière naturelle aux vents provenant de l’océan depuis la baie et empêchent le refroidissement du centre de la ville créant ainsi des phénomènes de « heat island » (des zones où la chaleur est prisonnière du décor urbain).

Sur une des photographies au dessus, nous sommes au 12ème étage d’une tour de bureaux Fujitsu. Zoa y commence des cours pour enfants de programmation de robots. Depuis la salle d’attente pour les parents, nous avons une belle vue sur le complexe Inter-city de Shinagawa. Il y a une couleur et une clarté dans cette vue qui me plait. J’aime aussi la composition de cet espace, fait de strates, qui n’est pas sans certains aspects futuristes, comme pourrait être composée une ville à plusieurs niveaux. Depuis la gare de Shinagawa, on accède à pieds à ce complexe d’immeubles depuis le deuxième niveau. Le rez de chaussée au centre est un parc urbain avec quelques arbres, et notamment des cerisiers qui donnent leurs dernières fleurs.

Au bout du complexe d’immeubles de bureaux, il y a également un immeuble d’habitation, la V-Tower, en bas de laquelle d’étranges cônes d’acier sont disposés. Il me font penser à l’architecte Kisho Kurokawa, car il utilisait assez souvent cette forme de cônes, mais il n’a pas l’air impliqué dans le développement de cette tour d’habitation.

Les quatre dernières photographies de ce billet sont prises près de Ebisu Garden Place. Cette fois encore, nous nous promenons entre hommes, pendant que Mari fait des courses. On se raconte des histoires en chemin, que j’hésite à interrompre de temps en temps pour prendre une ou deux photographies. La boule rouge géante du bâtiment de l’auto-école Hinomaru est impressionnante par sa taille. J’essaie en photo de l’associer au décor urbain alentour, aux maisons individuelles standards qui ne s’accordent pas beaucoup avec cette sphère rouge. Notre promenade sous amène dans des lieux que j’avais oublié, près de Mita.

終わらせないで

Le gymnase olympique de Yoyogi 国立代々木競技場 par Kenzo Tange est très certainement une des oeuvres architecturales les plus élégantes de Tokyo. Alors que nous remontons à pieds une rue longeant la voie ferrée depuis le centre de Shibuya jusqu’à la gare de Harajuku, on peut voir la pointe de l’édifice. Une foule éparse s’alignait devant le mur de l’enceinte du gymnase, comme des oiseaux sur un muret. Le gymnase sera normalement utilisé pour les Jeux Olympiques de 2020 après ceux de l’été 1964 pour lesquelles il a été conçu, comme un faire-valoir du savoir-faire architectural japonais. Il a d’ailleurs été remis à neuf et repris ses couleurs ces dernières années. Outre les événements sportifs, il est également utilisé pour divers spectacles. Ce jour là, la foule se réunissait pour celui d’une idole japonaise dont je ne retiendrais pas le nom.

Le mur suivant est celui de la façade du Musée National des Beaux-Arts de l’Occident 国立西洋美術館 par Le Corbusier, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis juillet 2016, tout comme 16 autres œuvres architecturales de Le Corbusier. Bien que je sois passé maintes fois devant, en traversant le parc de Ueno, je ne suis jamais entré à l’intérieur du bâtiment. Ce jour là également, nous passons devant ce musée depuis la gare de Ueno pour rejoindre le Musée national de la nature et des sciences, juste à côté, pour y voir l’exposition consacrée à Lascaux. J’ai déjà pris ce bâtiment de Le Corbusier en photographie plusieurs fois, mais c’est peut être cette photographie ci-dessus que je préfère, avec ces deux parties bien distinctes. La composition de cette photo se rapproche de celle au dessus du gymnase de Tange, avec une même ligne horizontale murale.

Il y a une certaine mode en ce moment du retour au disque vinyle (et même, mais en plus anecdotique, un retour à la cassette audio). En ce qui me concerne, le vinyle n’étant pas vraiment de ma génération, je me retourne plutôt vers le Compact Disc depuis quelques temps. En fait, je me suis rendu compte que le prix des morceaux dé-matérialisés étaient vraiment excessifs. Des morceaux à 250 Yens ou un album à 2,100 Yens sur iTunes, alors qu’on peut trouver un CD, d’occasion certes, pour 400 ou 600 Yens. Bien sûr, on ne trouvera que difficilement un album récent dans un magasin de disques d’occasion, auquel cas, je me retourne vers le dé-matérialisé d’iTunes, mais avec une pointe d’hésitation.



The King of Limbs by Radiohead

Mais surtout, et c’est peut être générationnel, j’aime avoir et voir ce qui accompagne le CD, le livret avec photos et/ou dessins, le design du disque, le format des textes, qui à mon avis font pleinement partie de la musique que l’on écoute. Avant de découvrir un artiste que je ne connais pas, la couverture de l’album revêt une importance certaine à mes yeux, car elle donne déjà une idée assez précise de la direction artistique, de la sensibilité de l’album et de la musique qu’il contient. Les deux, musique et présentation de la musique, ne sont pas décorrélées. On perd tout cet aspect sur la musique dé-matérialisée, en plus du fait de ne rien posséder du tout au final. Bien sûr, j’écoute cette musique sur un iPod qui est bien dé-matérilisé sans beaucoup utiliser le CD d’origine d’où vient cette musique, qui reste dans sa boîte la plupart du temps. Mais le fait de connaître le contenu du livret tout en écoutant la musique, influence en quelque sorte mon écoute. Le meilleur exemple est très certainement Radiohead, par la qualité de la mise en page (parfois un peu foutraque volontairement) et de ses illustrations (par exemple sur The King of Limbs) que l’on peu apprécier comme une oeuvre d’art sur papier. Autre exemple sur les albums de Sheena Ringo ou Tokyo Jihen, que j’écoute beaucoup en ce moment vous l’aurez compris, et que j’achète exclusivement en CDs. Sur les livrets et couvertures des disques, je remarque des symétries volontaires dans les titres des morceaux de l’album. Par exemple sur Sports スポーツ de Tokyo Jihen dont je parlais dans le billet précédent, le premier morceau est titré 生きる (Living) et le dernier par symétrie se nomme 極まる (Dying). Ces deux morceaux entrent en correspondance par leurs titrages. La longueur des 13 morceaux sur Sports est également symétrique par rapport au morceau central de l’album. Ce souci volontaire de composition est très visible sur papier sur le disque CD mais passe malheureusement inaperçu sur une track-list iTunes. Pour la petite histoire, J’ai une certaine sensibilité pour le symétrique: Les kanji du prénom de Mari sont symétriques et nous avons choisis les kanji du prénom de Zoa (空亜) notamment pour la symétrie qui les compose.



スポーツ by 東京事変

Le dé-matérialisé ne peut remplir ce vide visuel. Dans le même principe d’idée pour ce blog, j’apporte autant d’importance aux contenus (les photos, les textes, les illustrations) qu’au contenant (le design du site, l’agencement des photos et des textes) car cela fait partie entière d’un tout pour le visiteur. C’est également une des raisons pour lesquelles je n’apprécie que moyennement les contenants standardisés et pré-formatés que sont Flickr, Instagram et encore moins Facebook. J’ai du mal à apprécier mettre un contenu dans un contenant que je n’apprécie pas et sur lequel je n’ai aucun prise.

Pour revenir au Compact Disc, ce que j’apprécie également beaucoup, c’est la quête, la recherche du CD qui me manque, à un bon prix dans un magasin d’occasion. Que ça soit au Disk Union de Shimo Kitazawa, Shinjuku, Shibuya, Ikebukuro ou Kichijoji, ou Dorama de Shimo Kitazawa, on ne trouve pas toujours facilement ce que l’on cherche. Puisqu’on est au Japon, les CDs d’occasion sont dans l’ensemble bien entretenus et notés par qualité. Un niveau A est proche d’un disque neuf et au pire, je remplace une boîte plastique rayée par une neuve. J’ai très rarement été déçu et ça reste beaucoup plus abordable que les 3,500 Yens pour un album neuf au Tower Records. En contre partie, les CDs achetés maintenant n’ont strictement aucune valeur à la revente (par rapport au disque vinyle je pense) et les CDs accumulés finissent par prendre de la place. Mais il s’agit avant tout d’une collection que j’aime revoir régulièrement.

En continuant ma découverte méthodique des albums de Sheena Ringo 椎名林檎 (ça me rappelle l’époque où je faisais la découverte méthodique morceau par morceau d’Autechre, dans un autre genre), je trouve Sanmon Gossip 三文ゴシップ dans une boutique perdue dans une rue à l’écart du centre à Kichijoji. Cette boutique au nom improbable s’appelle Coconuts Disk. La pochette rose pâle de Sanmon Gossip où l’on voit la chanteuse recorquevillée nue est superbe. Le contenu du livret et le disque suive le même style minimaliste. Sanmon Gossip, sorti en 2009, marque le retour de Sheena Ringo à sa carrière solo avec un véritable nouvel album. On sent très clairement l’influence de son groupe Tokyo Jihen sur cet album, résolument moins alternatif rock, avec des accents jazz et une orchestration d’envergure sur certains morceaux comme sur le très beau Shun 旬 (Season). J’aurais très certainement été perturbé par cet album il y a de cela quelques années, mais je l’aime beaucoup maintenant, peut être même autant que les premiers albums. Le style est certes très différent et touche à différents genres, le premier morceau Ryūkō 流行 (Vogue) contient des passages hip hop par un certain Mummy-D. Mais Sheena Ringo garde en musique son monde si particulier et reconnaissable, et il a beaucoup de très bon morceaux sur cet album.

A peu près en même temps, je continue également ma collection des albums de Tokyo Jihen 東京事変 avec Dai Hakken 大発見 (Great Discovery), le cinquième album du groupe, sorti en 2011. J’ai trouvé ce disque au Disk Union de Ochanomizu, en rentrant du bureau un vendredi soir. Une curiosité sur la pochette du disque est que tous les titres en kanji, hiragana ou katakana sont exactement de la même longueur. Comme sur la symétrie que je mentionnais auparavant, ça fait partie de l’esprit joueur du groupe. Je ne pourrais pas dire si c’est toujours le cas avec Tokyo Jihen, mais Sheena Ringo a la réputation d’apporter une grande attention dans le choix des kanji utilisés pour les mots des paroles de ses morceaux, en utilisant parfois des anciens kanji peu utilisés actuellement. Que ça soit la musique, les textes ou le visuel des vidéos, le style joue avec les époques. Après quelques écoutes, Dai Hakken n’est pas l’album que je préfère. Il y a de très bons morceaux, que je connaissais déjà d’ailleurs, comme Atarashii Bunmei Kaika 新しい文明開化 (Brand New Civilization), un morceau plein de folie contagieuse, ou le beaucoup plus rock et fidèle au style originel du groupe Sora ga Natte Iru 空が鳴っている (Reverberation). Sur ce deuxième morceau, on peut difficilement faire plus « cool » dans le style détaché. J’ai un peu de mal par contre avec le morceau intitulé 21 Seiki uchū no ko 21世紀宇宙の子 (The child of the 21st century universe) qui me parait complètement à côté de l’esprit du groupe. On dirait une commande en fait et c’est assez dommage car ce morceau gâche un peu l’ensemble de l’album. Comme les styles assez différents se mélangent sur la plupart des disques de Tokyo Jihen et de Sheena Ringo, le risque qu’un morceau s’inscrive moins bien dans l’ensemble est latent. En même temps, c’est cette diversité bien maitrisée qui fait toute la beauté et l’intérêt de cette musique parfois étrange. 終わらせないで (do not end it), dirais je en dernier mot.

photos d’un été

IMG_3876m

IMG_3923m

IMG_4119m

IMG_4251m

IMG_4272m

IMG_4282m

IMG_4283m

IMG_4321m

IMG_4443m

IMG_4510m

IMG_4529m

IMG_4550m

IMG_4559m

IMG_4581m

IMG_4593m

IMG_4621m

IMG_4692m

IMG_4711m

En cette fin d’été qui approche très vite, je reviens en photos sur les deux derniers mois, pas forcément très prolifiques en terme de photographiques mais assez pour un billet en 18 photos numérotées. (1) Sur la première photo, cette affiche publicitaire pour Orangina en version japonaise est assez bizarre car elle mélange beaucoup de références sans aucun lien: une référence à la France avec le petit drapeau, une autre référence à une série de films populaires japonais sans aucun lien a part celui de transposer l’atmosphère du film orignal japonais en version francisante avec l’utilisation du mot « Monsieur ». On comprend assez mal par contre l’utilisation de Richard Gere comme personnage principal de cette série. Bien que le sujet ne m’intéresse pas énormément, je suis quand même assez curieux du sens que les publicitaires ont voulu donner à cette scène sur papier ou aux spots télévisés. (2) Sur la deuxième photo, il s’agit d’un bolide japonais qui va peut être devenir un modèle rare car il ne se fabrique plus depuis avril 2014. Il s’agit du Orochi du constructeur Mitsuoka. On pouvait la voir devant le Mitsukoshi de Nihonbashi il y a de cela quelques mois. J’avais découvert ce modèle pour la première fois au Salon automobile de Tokyo en 2007. (3) Sur la troisième photo nous sommes sur la baie de Yokohama et on aperçoit le Bay Bridge au loin qui approche doucement. Le bateau accostera à Osanbashi que l’on verra sur une autre photo. (4) Le petit garçon qui réfléchit sur la table de la salle à manger de cette maison imaginaire se trouve dans une représentation de la maison du futur que l’on peut découvrir en maquette au Musée National des Sciences et de l’Innovation (Miraikan). (5) Le grand espace devant la gare de Tokyo est, on dirait, en train d’être réaménager. J’ai l’impression que cet espace est vacant depuis plusieurs années et qu’il n’a jamais été vraiment utilisé. On dirait même qu’on peine à lui trouver un aménagement adapté. (6 et 7) La mairie de Tokyo de Kenzo Tange. Tout comme la Park Hyatt pas très loin à Nishi Shinjuku, les photographies ne rendent pas bien la beauté des surfaces de ces immeubles. (8 et 9) Deux maisons dans Tokyo utilisant les espaces disponibles au mieux, que ça soit une courbe ou une surface en biseau. (10) Une des obligations de l’été quand il fait très chaud dehors même en pleine nuit est de se réchauffer encore un peu plus avec des feux d’artifice. Celui en photo est paisible, on allume la mèche par le bas et on attend que la flamme remonte tout doucement. Pendant l’ascension de la petite flamme, toute sorte de formes lumineuses éphémères se révèlent et me font penser à des hologrammes. Ces formes sont forcément très difficiles à prendre en photos. Il faut tenir la tige très délicatement et sans mouvement sinon le mécanisme fragile échoue. (11) Un parc aménagé dans un immeuble à Yokohama où l’on peut approcher et toucher de gros insectes, celui en photo doit être un kabuto mushi. On peut les prendre par les cornes et les promener de branches en branches. La seule interdiction est de ne pas créer de bagarre entre deux insectes. (12 et 13) Des immeubles à Sakuragicho à Yokohama, dont la Landmark Tower. Je suis assez intrigué par cet immeuble à hélice et par son utilisation possible. (14 et 15) Nous partons le soir en bateau depuis les bâtiments en briques rouges pour se promener sur la baie de Yokohama. Nous irons pratiquement jusqu’à Haneda en passant d’abord devant le Bay Bridge et le terminal maritime Osanbashi dont je parlais auparavant sur la photo 3. Je n’ai pas encore pu voir de près cet espace conçu par Foreign Office Architects (FOA – Alejandro Zaera-Polo, Farshid Moussavi), l’occasion ne s’est pas encore présentée. Cette promenade en bateau sur la baie est assez atypique car le lieu clé est une raffinerie et ses multiples lumières. Un livre de photographies étaient d’ailleurs sorti il y a quelques années, mais je ne rappelle plus l’auteur. (16) Au delà de cette porte rouge, on approche le quartier chinois à Yokohama avec une multitude de restaurants. (17 et 18) Zoa et son copain Jude ne miment pas tout à fait le robot basé sur un Shinkansen. Nous sommes au musée du chemin de fer à Omiya.

ROCK/MOON (2)

IMG_0653

IMG_0995

IMG_0914

IMG_0899

IMG_0578

IMG_0893

IMG_0852

IMG_0702

IMG_0587

IMG_0678

IMG_0607

IMG_0616

Dans ce deuxième épisode de la petite série serrée entre la roche et la lune, ou la pierre de lune, on trouvera dans l’ordre: la rue en pente Komazawa depuis le pont suspendu pour piétons de Shibuyabashi, l’arrière de maisons donnant sur une rivière à Tachiaigawa (au sud de Shinagawa), des enfants autour de bus miniatures, la façade du salon de thé Toraya à Akasaka, une autre vue sur le Harumi passenger ship terminal, des jets d’eau au parc de Ueno, une autre vue sur l’immeuble Fuji tv de Tange, un emblème de temple à Akasaka, des immeubles à Shimbashi près de Shiodome et la station de la ligne Yurikamome et pour terminer, une vue sur Roppongi Hills.

Côté musique alternative, je suis pris de passion ces derniers temps pour quelques morceaux de Grimes, trois morceaux de l’album Halfaxa de 2011: Weregild, Dream Fortress et My sister says the saddest things, et Crystal Ball sur le mini album Darkbloom de 2011 également. C’est une musique très particulière et il faut s’habituer au ton de voix de l’artiste canadienne Claire Boucher.

ROCK/MOON (1)

IMG_0654

IMG_0733

IMG_0835

IMG_0849

IMG_0803

IMG_0859

IMG_0715

IMG_0871

IMG_0897

IMG_0982

IMG_0997

IMG_0614

Sur le modèle du billet SUN/MOON du mois de mai 2011, je continue ces séries de photographies avec un mélange de thèmes sans liens directs. Il s’agit cette fois-ci de séries de 12 photographies en 4 épisodes. Entre la roche et la lune, les photographies nous montrent dans l’ordre: la sphère de métal du building Fuji Television par Kenzo Tange, une partie de temple à Ueno près de Yanaka, une baleine à l’entrée du Musée National d’Histoire Naturelle à Ueno, le Rainbow Bridge vu depuis Odaiba, un détail de décoration d’une sorte de mikoshi artistique pour le matsuri de l’école national des Beaux Arts de Tokyo, le plafond au centre de la sphère du Fuji Television Building, un soleil couchant sur le palais impérial, le Harumi passenger ship terminal par l’architecte Minoru Takeyama (1991), une façade de l’immeuble Prada à Ometesando par Herzog et De Meuron et finalement une vue perdue vers Ebisu.