arts de galeries et de rues

Agnes b. Aoyama store – Juillet 2017 – Ohkojima Maki 大小島 真木 – Représentation de baleine sur la vitrine du magasin

Spiral – Août 2017 – Kyoko SHINDO 新藤 杏子 – Exposition The Fools – Great Artists

Art de la rue à Ebisu – Août 2017 – Dessins d’enfants sur un mur

Spiral – Septembre 2017 – Leandro Erlich – “Window and Ladder – Leaning into History”

Spiral – Octobre 2017 – Chiharu Shimizu – Exposition Diversity in the Arts – Museum of together

Art de la rue à Ebisu – Octobre 2017 – La présence des ombres

Art de la rue à Aoyama – Novembre 2017 – Bortusk Leer – Street Monsters

Seibu Shibuya – Novembre 2017 – Hiroto IKEUCHI 池内啓人 – Exposition Shibuya Style Vol. 11

Spiral – Décembre 2017 – Ayako Kuno – Exposition Shu Shu Shu Show – Spiral Take Art Collection 2017

Spiral – Décembre 2017 – Keigo Kamide – Exposition Shu Shu Shu Show – Spiral Take Art Collection 2017

Spiral – Décembre 2017 – Etranges architectures – Exposition Shu Shu Shu Show – Spiral Take Art Collection 2017

Spiral – Décembre 2017 – feebee – Exposition Shu Shu Shu Show – Spiral Take Art Collection 2017

dans la spirale des buildings

R・torso・C, par Atelier Tekuto

Les trois photos ci-dessus sont prises avec un iPhone et déjà postées sur Instagram. Je reprends à très petites doses la publication sur Instagram. La maison de la première photo se trouve quelque part à Ebisu. Je l’ai déjà prise en photo, j’aime beaucoup ce petit bâtiment et les deux voitures rouges et noires ajoutent à la composition. Les deux photos suivantes sont prises dans la galerie du Spiral à Minami Aoyama. Dans les masques, on pouvait voir une oeuvre vidéo de Rhizomatiks, qui conçoit notamment les nombreux effets visuels des concerts du groupe Perfume. Sur la dernière photo, un extrait d’une grande peinture de Kyoko Uematsu 植松京子 (insta) qui exposait dans le cadre du SCIF numéro 18 (Spiral Independent Creators Festival).

Il y a quatre ou cinq ans, j’ai créé une série d’une trentaine de morceaux électroniques tous disponibles sur ma page SoundClound. Un des morceaux se voyait doté d’une petite vidéo faite maison, le morceau intitulé ナガツ (Nagatsu), un des mots inventés par Zoa quand il était plus petit et qui me servaient d’inspiration pour certains titres. L’envie me prend soudainement de continuer les vidéos pour mes anciens morceaux, comme pour celui ci-dessous intitulé Rear View (un des plus anciens). Au passage, j’ai migré les videos sur youtube à l’adresse suivante.


rear view | FGA | Music video

Into the spiral

En descendant la spirale du building du même nom à Aoyama, on aperçoit un personnage bizarre. Lorsqu’il n’y a pas d’exposition, Spiral montre ce que je pense être sa collection permanente. Ce portrait, certainement de la série 肖像・赤, est de l’artiste japonais Yasumasa Morimura. Sa spécialité est de détourner des oeuvres célèbres en se mettant en scène. Sans vraiment apprécier ses oeuvres, ce visage rouge étrange est quand même marquant.

Timberize Tokyo

J’ai découvert par hasard l’exposition Timberize Tokyo qui se tenait au Spiral à Aoyama, il y a de cela quelques semaines. L’exposition présentait un sujet intéressant et assez surprenant à premier abord, celui de la construction en plein Aoyama de séries d’immeubles en bois.

Depuis 2000 et l’évolution de loi japonaise sur les standards architecturaux, il est désormais possible de construire des buildings en bois avec systèmes de protection incendie. Timberize Tokyo est un groupe d’architectes et ingénieurs à la recherche de nouvelles possibilités architecturales autour du bois. Depuis que Shigeru Ban crée des bâtiments à partir de tubes de carton renforcé, on imagine un peu mieux les innovations possibles à partir de bois renforcés pour la construction de bâtiments de grande taille.

Le Japon a une longue tradition d’utilisation du bois en construction, mais les formes proposées par le groupe Timberize Tokyo ne s’inspirent pas de design d’autrefois. On imaginerait assez bien les constructions montrées en maquette dans des matériaux plus classiques pour des buildings de cette taille comme le béton ou l’acier. C’est d’ailleurs assez difficile de s’imaginer ces bâtiments en taille réelle. Le bois renvoie plutôt vers des espaces chaleureux et intimes, tandis que ce qui est présenté réfère plutôt aux grands ensembles. L’exposition présentait un grand nombre de maquettes: des immeubles de bureaux sur plusieurs étages, des centres commerciaux, écoles, immeubles d’habitation… avec des formes parfois assez naturelles, justement, comme les structures florales du bâtiment Petal (en photo ci-dessus).

La vue de Aoyama en maquette est aussi intéressante, elle montre les implantations proposées pour ces constructions. Je ne connais pas la raison du choix du quartier d’Omotesando, peut être pour donner un certain impact en choisissant une avenue très fréquentée ou peut être parce qu’elle est bordée d’arbres, des zelkova. Les bâtiments de bois sont implantés à différents endroits le long des avenues et viennent remplacer les vieux immeubles. Ils n’ont heureusement pas été jusqu’à proposer le remplacement du Omotesando Hills de Tadao Ando, du Tod’s de Toyo Ito ou le One Omotesando de Kengo Kuma. Il s’agit peut être d’une belle utopie que d’avoir de tels immeubles de bois en plein Omotesando, mais je serais heureux de voir une partie de ce projet se concrétiser. Et ça serait un très joli contraste si tel immeuble se trouvait à côté des façades de béton de Tadao Ando.