Komazawa en courbure

Dans ce billet, on trouvera une série de photos du complexe sportif de Komazawa, construit en 1964 (achevé en juin) pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Je concentre la photographie sur le travail de Masachika Murata (1906-1987) sur le stade de football avec l’élégante toiture courbée, plantée dans le sol et se rejoignant vers le ciel au dessus des gradins. On ne peut malheureusement pas se promener sous les arches (ou sur le terrain pour quelques passes), je me contenterais de photos d’ensemble, avec des sportifs du dimanche comme décor bienvenu. Ce stade vient contraster avec le complexe sportif en angles pointus, concu par Yoshinobu Ashihara, et situé de l’autre côté de la grande place.

Sur cette place à l’entrée du stade, on remarquera forcément la grande tour géométrique à plusieurs paliers. La signification de cette architecture aux airs de symbole m’échappe un peu. Le dimanche dans le parc olympique de Komazawa, la population est jeune. Les jeunes filles s’entrainent à la danse en groupe dans des coins du parc, tandis que les garcons font du sport à l’entrée. Et au milieu de tout ca, les autres promènent (montrent) leurs chiens …

Komazawa en usure

Visages sur une dépendance du parc olympique de Komazawa. Le batiment est déjà bien fatigué, mais je n’ai pas résisté à l’envie d’ajouter un peu d’usure et de couleurs artificiellement. Disons que je n’ai pas ajouté de couleurs mais un renforcement, avec une superposition de quelques visages fantomatiques un peu dans l’esprit de l’entrepôt de Shibuya.

Chinzan-So et Sainte Marie

Aucun billet la semaine dernière car j’étais à Hong Kong pendant quelques jours. J’ai réussi la chose remarquable de ne prendre aucune photo pendant tout le séjour. Il ne faisait pas très beau temps et je préferais en rester aux photos touristiques de 2005.

Avant Hong Kong, nous avons fait un tour rapide du côté de Ikebukuro, tout près de Waseda, voir à quoi ressemble l’hotel Four Seasons Tokyo. On se promène dans le hall, la foule se prépare aux mariages qui vont avoir lieu dans la journée. Nous nous échappons rapidement vers le jardin. L’hotel Chinzan-So, à deux pas du Four Seasons, donne également sur ce vaste jardin japonais idéal pour les photos de mariage. On peut suivre un chemin bordé de statues des sept dieux de la bonne fortune (Shichi Fukujin) jusqu’à une pagode en haut de la colline. On sort des jardins par l’hotel Chinzan-So pour aller à la recherche du véritable objet de notre visite.

A deux pas des deux hotels et du jardin, se dresse l’architecture moderne de la Cathédrale Sainte Marie. Je voulais voir cette cathédrale concue par Kenzo Tange depuis longtemps, mais manque de chance, l’extérieur est actuellement en cours de rénovation. On apercoit à peine les 8 murs courbés de béton, cachés par des réseaux d’échafaudages. C’est bien dommage. On visitera quand même l’intérieur grandiose, sombre et clair, presque oppressant. Dans un des coins de la cathédrale, on peut admirer le remarquable baptistère.

L’édifice date de 1964 avec une structure élégante en forme d’oiseau, les ailes ouvertes, et en forme de croix vu de dessus. Après plus de 40 ans, les travaux de rénovation devenaient nécesssaires pour des raisons d’étanchéité. Les rénovations ont commencé en janvier et finiront en septembre 2007. Je marque cette date sur mon carnet pour y retourner.

En attendant, vous pouvez admirer quelques photos sur le site internet du diocèse. L’adresse: 3-16-15 Sekiguchi, Bunkyo-Ku, Tokyo.