INSTA TOKYO (4)

mIMG_0482

mIMG_0461

mIMG_0372m

mIMG_0382

mIMG_0384

mIMG_0390

mIMG_0294

mIMG_0363

mIMG_0452

mIMG_0465

mIMG_0442

A Tokyo, à Kamakura et aussi un passage à Hong Kong.
A propos, Made in Tokyo, né le 22 mai 2003, a maintenant 10 ans ! Pour un tel anniversaire, je devrais faire une rétrospective des meilleures photos ou billets depuis 10 ans, mais j’en ai pas le courage ce soir. Plus tard peut être.

SQ636

Continuons en quelques photos le voyage à Singapore. On y trouve le Supreme Law Court of Singapore par Norman Foster, en forme de soucoupe volante, et quelques photos du ArtScience Museum en forme de fleur de lotus. Devant Marina Bay Sands, j’aime également beaucoup les deux blocs de verre biseauté flottant sur la baie.

SQ633

Nous avions passé quelques jours à Singapore pour aller voir des amis et le copain de Zoa. En vrac dans ce billet et le suivant, quelques photos en démarrant par une vue depuis le Skypark de Marina Bay Sands, posé sur 3 tours. Cet hôtel, casino et dépendances ont été conçu par Moshe Safdie Architects. Intéressant de voir comme le fengshui est intégré dès le design dans la construction des immeubles à Singapore. Sur quelques photos, on peut voir la grande roue, le Singapore Flyer, conçu par Kisho Kurokawa et DP Architects. On y retrouve le concept des capsules de Kurokawa. Et dans cette série, quelques photos du zoo de Singapore, du centre financier dont le Marina Bay Financial Centre de Kohn Pedersen Fox Associates et d’un temple de Little India.

Singapore en voyage

Cela fait exactement un mois que je n’ai pas écrit sur le blog, donc il est temps de le réveiller un petit peu. J’étais occupé ces derniers temps à terminer mon troisième photobook, dont je devrais parler un peu plus très bientôt. Il y a plus d’un mois, nous sommes allés passer quelques jours à Singapore rencontrer la famille Tezuka. Voici quelques photos (14) avec un peu d’architecture (entre autres): (1) la piscine de l’hôtel Marina Bay Sands, posée avec le Sky Park de 340m de long sur les trois tours de l’hôtel au 57ème étage (2) le quartier de Bugis (3) Derrière Marina Bay Sands, Singapore en construction, les formes arrondies sont bien intéressantes (4) une grenouille dans le zoo de Singapore (5) Zoa et Jude, amis de « longue date » en promenade au zoo (6, 7 et 8) Parc devant Marina Bay Sands avec blocs de verre posés sur l’eau, encore en construction (9) le Art & Science Museum en forme de fleur de lotus, toujours en construction (10, 11 et 12) l’hôtel Marina Bay Sands avec plus de 2500 chambres, par l’architecte Moshe Safdie, sous différents angles (13 et 14) les courbes du centre commercial ION par Benoy. Il y a beaucoup de choses intéressantes rayon architecture à Singapore, parfois étranges quand l’empreinte Feng Shui prend un peu trop le dessus.

Hong Kong et Macao

Hong Kong

De retour de Hong Kong où nous avons passé quelques journées en compagnie de Thierry et de Junko. Nous logions chez eux sur l’île de Hong Kong, c’était vraiment parfait. Le séjour a été rapide car les journées étaient bien occupées à hummer l’air et l’ambiance des rues de Hong Kong et de Macao.

La première journée, nous faisons nos premiers repérages des lieux dans Central. Le bouquet de grattes-ciel nous fait tourner la tête, des tours dans tous les sens et de toutes les formes. La grande tour de la Banque de Chine se fait remarquer par ses angles pointus. Le design de la ville suit les principes du Feng Shui. La tour de la Banque de Chine concue par I.M. Pei (créteur de la pyramide du Louvre) serait cependant légèrement divergente de ces principes.

Nous nous écartons à pied pour commencer à gravir la colline. De rues en rues, nous traversons les boutiques en plein air jusqu’à Hollywood Road. Dans ce coin de ville règne un joyeux bazard assez différent du postmodernisme lisse de Central. Après un longue ballade vers le quartier de Soho, l’oeil attiré par les couleurs dans tous les coins, nous redescendons par escalator géant vers les bords du port, du côté de l’énorme centre commercial IFC2 (International Finance Center) dominé par la tour la plus haute de la ville. La pause café chez Bernardaud est salvatrice, un interlude exotique entre les séries de repas locaux chinois, sélectionnés avec précision par Junko et Mari. On se régale de Dim Sum, de tranches de porc facon barbecue, et de pleins d’autres petits plats que l’on fait tourner sur la table.

Pour la deuxième journée, nous prenons le large pour Macao et son ambiance portugaise. Munis de notre passeport, nous prenons le ferry pour une heure de voyage entre deux ports. On évite la tentation du casino (apparemment un sport national ici) pour les rues de la vieille ville. Après ravitaillement en soupe de nouillesWan-Tan, nous arpentons les rues montantes en prêtant l’oeil par ci par là sur les intérieurs de monuments, les devantures de magazins de mode chinoise et les boutiques d’antiquité bon marché (à moins que ce ne soit pas vraiment de l’antiquité authentique). Les rues sont étroites et chargées de détails. Je me demande au passage comment tout ne se casse pas la gueule. C’est une réflexion tokyoite de toujours réfléchir à ce que les immeubles deviendront en cas de tremblements de terre. La région ne doit pas présenter ce genre d’inquiétude. Après quelques erreurs de navigation, nous arrivons finalement vers la facade de la cathédrale Saint Paul, des ruines conservées, un héritage mondial Unesco. Le monument est placé en haut d’une colline, on profite pendant quelques minutes de la vue sur la ville surchargée avant de reprendre la route (et le taxi) pour le temple Ma Kok Miu.

Macao Affichage

Le temple Ma Kok Miu est à l’autre bout de la presqu’île de Macao et aurait donné le nom à la ville. Il est situé en bord de ville et de mer, construit sur le roc et dans la végétation. Les couleurs sont rouges auxquelles on doit ajouter le jaune des tourbillons d’encens. Je gravis les escaliers jusqu’à cette statue d’une déesse aux billets au pied d’un immense rocher gravé. Il se fait un peu tard malheureusement, nous regagnons le port pour prendre le ferry du retour, et admirant les deux ponts se perdant vers l’horizon. Ils joignent Macao à l’île de Taipa.

Macao est bien différente de Hong Kong, du fait de son passé portugais, mais présente la même caractéristique d’un gap tranchant entre les nouvelles constructions modernes, propres et carrés et les immeubles d’habitation tout autour, dupliqués à l’identique, souvent à l’apparence sale ou douteuse, mais bourré de vie dans tous les coins.

Pour la dernière journée de vacances, nous sommes de retour vers Hong Kong, dans les quartiers de Kowloon, un quartier animé et vivant. Les rues se croisent et se ressemblent, on se perdrait bien vite. L’odeur de bouffe chinoise est omniprésente. Pendant que Mari et Junko se font lisser les pieds chez un practicien chinois, je me perd volontairement dans les dédales pour prendre les lignes de trams en photo. Le soir tombe déjà, tant mieux la multitude de pancartes et panneaux d’affichage commencent à s’éclairer. Si l’on s’efforce à faire abstraction du bruit du traffic, on entend le bruit grépitant des néons fatigués.

Hong Kong est une ville dense, nous nous sommes efforcé de la pratiquer par tous les moyens de locomotion possibles, à pieds principalement en passant par le métro MTR dans la foule de la station Central, en taxi à peine vitesse dans les rues sinueuses de colline vers Happy Valley, ou en bus à deux étages à la place avant, en raz-plafond dans le tunnel Hong Kong – Kowloon. Le dernier soir, un peu de tourisme vers le Pic Victoria, la vue y est splendide le soir, les immeubles illuminés font la compétition de la hauteur. Vue d’ici, IFC2 est toujours le plus haut.

Merci à Thierry et Junko encore une fois pour l’accueil plus que chaleureux et pour le guidage d’expert.

De retour à la maison, je me repasse le film Made In Hong Kong de Fruit Chan pour boucler la boucle. J’avais choisi le titre de mon weblog en référence au titre de ce film.

Bangalore, India

Bangalore India

Je reviens de quelques jours passés pour le boulot en Inde, dans le Sud de l’Inde précisément à Bangalore. Je me faisais une image de ville moderne et High-Tech en plein millieu d’une Inde rurale, bref une ville qui ne ressemble pas au reste du pays, un petit oasis de modernité. Ma surprise fut assez grande dès l’arrivée à l’aéroport international de Bangalore, je suis bien arrivé en Inde, celle que j’avais pû voir à la télé ou au ciné.

Armé de mes quelques milliers de Roupies, je prends le taxi (qui m’attendait) pour rejoindre le centre-ville dans un dépaysement le plus total. la circulation est dense, les conducteurs fonctionnent au klaxon pour se frailler un passage dans le traffic tout en respectant la rêgle du « Plus gros passe le premier ». Les gros bus ont priorité sur les passants qui auront du mal à traverser les rues sans passage pour piétons; la vaches sacrées, elles, sont reines et gambadent joyeusement sur les bas-côtés. J’ouvre la fenêtre du Taxi, et déjà la poussière me pique les yeux. Refermons la fenêtre et apprécions plutôt la musique indienne que mon chauffeur semble apprécier.

Mes quelques journées en Inde sont faites d’heures de travail au bureau, de spécialités culinaires indiennes, de visites de temple, d’aller-retour en Rickshaw, … Le samedi était ma seule journée de repos, pendant lequel j’ai pû découvrir et sentir l’ambiance de la ville en compagnie de ma collègue Isabelle. Départ de l’hotel Park (on doit le design au Sir Conran) pour une longue marche dans les rues du centre-ville, sous un soleil féroce comme un Tigre (je l’ai placé). Mari m’avait indiqué au téléphone une boutique de Soie, recommandée par le magazine japonais Brutus (un numéro spécial sur Bangalore) et nous partons à sa recherche. Il s’agit de Yamini, une boutique très classe près du lac Ulsoor. Le magasin contraste avec l’entourage, un batiment moderne entouré par de vieilles baraques que l’on croierait désertées et la misère au coin de la rue. C’est assez surprenant de voir surgir dans certains endroits de la ville, des immeubles modernes tout droit sortis de Singapore ou Tokyo. Les constructions vont bon train à Bangalore, et il y a fort à parier que la ville aura un tout nouveau visage dans 5 ans (je ne suis pas voyant cependant). Pour revenir à Yamini, je trouve mon bonheur et fait des provisions de souvenirs vu la qualité des tissus et les prix d’amis.

La suite de la journée-découverte est plus calme avec une promenade dans le parc Cubbon, près du musée du même nom. Notre marche est entrecoupée d’une prise en photo avec une famille indienne, une discussion à rallonge avec un vieillard de Pondichery ayant fait le trajet jusqu’à Bangalore à pieds. La journée se termine par un passage dans la boutique chic Cinnamon (11 Walton Rd.; 91-80/222-9794) avant de prendre un bon repas indien énergétique pour se préparer au long retour vers Tokyo, via Singapore.

Pour terminer, le lien général vers Galerie de photos de Bangalore, Inde. J’ai pris assez peu de photos, par manque de temps et n’ai malheureusement pas emmené mon EOS10D, par manque de place. Toutes les photos ont été prises avec l’ancien Canon IXY 2Meg.

Singapour 2

Singapore Jardin Botanique

Me revoilà pour la deuxième fois cette année à Singapour pour un court séjour, mais cette fois-ci Mari m’avait rejoind. Cette fois également, j’ai pris un peu plus de photos avec le petit Sony. On retrouve tout ca dans la galerie de photos logiquement nommée Singapore.

Les principales attractions que l’on a pu faire pendant le peu de temps qu’il m’était accordé vont de la découverte des quartiers indien, Little India, et arabe, Arab Street, aux promenades dans le jardin botanique tropical. Le Merlion, symbole de Singapore, est également un passage obligé pour les touristes que nous sommes. Ce petit lion marin crache de l’eau dans la mer et tente de nous rafraichir des plus de 30 degrés qu’il fait en permanence à Singapour.

Nous avons également eu un peu de mal à échapper aux Shopping Malls, les centres commerciaux que l’on trouve un peu partout, et surtout sur Orchard Road, le Champs Elysées de Singapour.

Singapour

Singapore Faber

Seulement une seule photo (ci-dessus) pour illustrer mon bref sejour a Singapore. Non pas que le decor n’en valait pas la peine, plutot que je n’avais pas amene mon EOS1oD avec moi, et des murailles d’immeubles sans mon Fish Eye, c’est un peu frustrant. La photo ci-dessus donc nous montre au loin l’ile de Sentosa et au pres une liaison telepherique survolant la verdure du bord de la City de Singapore jusqu’au Mont Faber. C’etait un dimanche sous une petite trentaine de degres, a la recherche de la fraicheur des montagnes que l’on a jamais trouve. Nos hotes singapouriens ont ete d’excellents guides a travers les differents paysages urbains et restaurants typiques. Un site a visiter pour en savoir plus sur la ville-etat: Visiter Singapore.