Extrait de Campagne 4

Kamigo Mori no ie

La photo ci-dessus est un extrait de campagne japonaise cette fois (les extraits précédents venaient de ma campagne natale). Après un mois de Tokyo, un bref séjour au Vert fait le plus grand bien. Tellement vert qu’on se demande un peu où on est. En fait nous étions en promenade près de Kamakura, à Kamigo Mori no Ie, un parc forestier qui présente la particularité d’être pratiquement une forêt brute de vert interminable, avec très peu de panneaux indicateurs gênant le passage et la vision, et une concentration touristique pratiquement inexistante.

La forêt est tout de même légèrement aménagée et habitée, un escalier intriguant par ici et une fabrique de Sumi (mais désertée) par là. On admire les rochers décorés de mousse tout en evitant de se prendre des branches dans la figure. Un paysage dépaysant.

Pour terminer les photos, un 4×4 d’expédition tout terrain brillant à souhait garée à l’entrée du parc, une plante verte de maison et un Insecte d’été.

Vague et Labyrinthe

Nami-NagayaMeiro Deux très beaux livres de photographies m’ont été offert par Mari la semaine dernière à l’occasion de mon anniversaire. Le premier se nomme NAMI (vague), aux éditions LittleMore. Comme son nom l’indique, l’auteur Syoin KAJII nous propose des gros plans panoramiques de vagues. Il est originaire de l’île de Sado au large de Niigata, donc j’imagine ses photos prises dans la région. Il joue beaucoup avec la lumière et la dynamique, ca donne des photos presque irréelles, c’est presque un concept. Ce livre de photos a recu un prix récemment, le grand prix du 1st FOIL AWARD.

Le deuxième ouvrage est Nagaya Meiro (Labyrinthe de longues baraques) aux éditions Pie Books. L’auteur, Kazuhito NAKAZATO, se perd volontairement dans les rues de la banlieue pratiquement rurale Mukojima, au nord de Asakusa, Tokyo. Des baraques qui vivent et vieillissent, faites de bois et de tolles, se font manger par les plantes grimpantes et les fleurs.

La mise en page de Masami TAKAHASHI est également assez intéressante, les photos chevauchent plusieurs pages pour donner un effet de continuité et accuentuer la perte de repère. C’est l’un des points clé de cet oeuvre, se perdre dans les rues sinueuses et faire des découvertes.

Voila quelques nouvelles sources d’idées photos à (essayer) d’appliquer pendant mes futures promenades du week end.