Autour et Au-dessus de Shibuya

kuwasawa

shibuya-sky

shibuya-sky

shibuya

shibuya

shibuya

Une serie de photos prises aux alentours et au-dessus de Shibuya: la pointe noire bleutée de la tour de la Kuwasawa Design School, l’association étrange de bois sur un immeuble à l’entrée d’un restaurant, l’espace entroit entre 2 immeubles relié par un fil électrique, une vue panoramique de Shibuya et de son centre nerveux depuis le dernie étage de la gare, un immeuble en demi-cercle rouge (Livest Aoyama, par Sakakura) et une résidence de bois et de blanc dernière les premières feuilles jaunies d’automne.

C’est un résumé en très peu de photos mais beaucoup d’heures de marche d’une belle journée froide sur Tokyo.

Black ON

abs-black

Une série de 3 compositions en mode Noir avec tendance florale. Une première composition florale avec une surface du grand musée Edo Tokyo, une deuxième avec structures métalliques. Les fleurs ont été glanées à différents endroits de Tokyo. La dernière se passe à Shibuya.

abs-black

Un commentaire de l’éditeur de egodesign laissé sur un des billets de Made in Tokyo m’a fait découvrir un magazine très bien fait dédié au design global (en francais et en anglais). Dans le contexte de l’exposition Archilab d’Orléans (qui était venue à Tokyo l’année dernière), egodesign nous fait faire un petit tour en images de l’architecture contemporaine japonaise imbriquée des villes, à travers le dossier Eloge du minimalisme japonais.

En guise d’ouverture, on pourra en savoir un peu plus sur quelques unes des équipes sélectionnées d’Archilab à travers des interviews sur DesignBoom: Hitoshi Abe, Yasuhiro Yamashita / atelier tekuto, kazuyo sejima et ryue nishizawa ou encore Kengo Kuma. Il y a même un certain Makoto Sei Watanabe.

abs-black

Après lecture, je retourne écouter ma chanson du moment, Tooku (iTunes japon) de ASIAN2.

Nippon parallèle

shibuya

Les rues de Shibuya avec une sensation de parasitage électrique. Des mouvements électriques dans toutes les sens sous un bleu nuit.

shibuya

Le mouvement rapide d’une ombre sur le grand croisement de Shibuya la nuit.

nishi-shinjuku

Les doubles tours de Kenzo Tange (Tokyo Metropolitan Government Offices) à Nishi Shinjuku avec une sensation de flou. Nishi Shinjuku est blindé de tours, près de la mairie, on peut découvrir le centre creux de l’une d’entres elles.

toyosu-mirai

Dimanche, il faisait un soleil merveilleux mais un froid de canard. Bien couverts, on part en moto vers Toyosu. Nous étions passé à Toyosu auparavant un peu plus tôt cette année en mai. Le complexe Lalaport était encore en construction. Ca me rappelle un peu Yokohama Bay Quarter pour la lumière et la proximité de l’eau, sauf qu’ici l’intérieur n’est pas ouvert sur l’extérieur. L’extérieur est fait de terrasses ondulées avec un dock, un mini port pour le bateau Himiko, le fabuleux bateau de Leiji Matsumoto. On n’a pas eu la chance de le voir cette fois-ci. Autour de Lalaport, c’est toujours en construction, les grues pointent leur nez comme dans beaucoup de lieux à Tokyo en ce moment.

toyosu-mirai

Sur les terrasses de Lalaport, on peut apercevoir un complexe industriel assez difforme, et plus près du sol des formes arondies que l’on dirait alien.

Sur le retour, nous passons par le centre en construction Tokyo MidTown à Roppongi, pour constater qu’il est toujours en construction et que l’on ne peut toujours pas apercevoir le batiment de Tadao Ando (mais on a regardé très rapidement). Nous reviendrons. Nous tombons un peu plus tard sur le Georgian Club à Nishi Azabu, un de ces batiments hors sujet par rapport au reste du décor de Nishi Azabu.

syabi-expo

L’affiche ci-dessus est une composition avec une photo d’immeuble à l’horizontale de moi-même et des affichettes provenant de deux expositions en ce moment au Musée de la photographie à Ebisu: Mother’s, Miyako Ishiuchi expose sur sa mère disparue à travers objets, vêtements et parties du corps touchées par la vieillesse. Parallel Nippon est une retrospective de l’Architecture Contemporaine Japonaise de 1996-2006. Plus que la photographie, c’est l’architecture qui y est intéressante à découvrir. Je connaissais déjà beaucoup des créations japonaises présentées ici, par mon Atlas Phaidon d’architecture dont je ne me sépare pas (facon de parler, il fait au moins 5 kilos). Quand j’aurais le temps, je m’amuserais à trouver le Natural Ellipse de Masaki Endoh présenté à l’expo et dans le Phaidon, depuis le temps que j’ ai envie de le voir.