Lady with the sun

Une demoiselle dessinée aux yeux noirs poursuit le soleil jusqu’au 1er étage d’un café de Daikanyama.

Dream #1

La mise au point des deux photos n’est pas aidée par les chansons rêveuses endormies de Finally we are no one des islandais de múm, que je suis en train d’écouter en ce moment. Je viens d’ailleurs de remarquer que cet album est également disponible avec paroles en islandais, le titre, je pourrais à peine le prononcer: Loksins erum við engin.

Pourquoi l’Islande ce soir, en demande de fraicheur peut être…

シモ・キタ & 学生時代

Je ne connais le quartier de Shimo Kitazawa que superficiellement pour y avoir passer quelques fois et goûter à l’ambiance de quelques bars, mais dès que l’on pénêtre dans les rues près de la gare, on est tout de suite saisi par cette ambiance particulière de quartier-village. On baigne dans une foule piétonne jeune naviguant dans des petites rues étroites bordées de maisons basses, dans un bazard presque incontrôlé de petits magasins, restaurants et bars. Ce quartier est si différent du reste de Tokyo et les résidents de Shimo Kitazawa tiennent à cet aspect unique, cool et dynamique, à l’écart des grands axes. Ce quartier n’est pourtant qu’à 3 stations de train de Shibuya, mais parait pourtant si éloigné comme un bastion préservé.

J’arrive à Shimo Kitazawa à moto en circulant lentement sur les fines routes en zig-zag jusqu’au passage à niveau près du poste de police. Je stoppe à ce niveau là, car la conduite à l’intérieur de Shimo Kitazawa est difficile sinon impossible. On apprécie de toute façon beaucoup mieux le labyrinthe de rues à pieds. Je viens à Shimo Kita en ce dimanche suite à la lecture du compte rendu d’un Urban Typhon (de fil en aiguille internet, un lien vers une de mes photos sur le blog de Matias Echanove, me fait découvrir cet atelier dont il est l’un des organisateurs).

shimokita-map

Urban Typhoon (mené du 26 au 29 juin 2006) était donc un atelier dédié à Shimo Kitazawa, menacé depuis 2003 par un vaste plan de redéveloppement urbain. La municipalité de Setagaya, dont Shimo Kitazawa fait partie, prévoit de construire une nouvelle route de 26m de large coupant Shimo Kitazawa en deux (d’ici 2013), développer une série d’immeubles d’environ 17 étages dans le centre près de la gare (District 10), d’enterrer la voie de chemin de fer Odakyu. Ce projet va bien entendu dénaturé le quartier, le faisant ressembler au reste de Tokyo en pardant ses particularités. L’atelier Urban Typhon avait pour but de témoigner de la valeur culturelle et de l’esprit si particulier de Shimo Kitazawa (à travers des témoignages vidéo, audio, manifestations artistiques, …) , de proposer des alternatives aux plans de redévelopement municipal et de sensibiliser les résidents. Urban Typhon réunissait une trentaine de personnes: des urbanistes, architectes (par ex: Kazuhiro Kojima et Kazuko Akamatsu de CAt), d’artistes, étudiants, membres de communautés de résidents ou de simples amoureux de Shimo Kitazawa. Je ne sais pas si les résultats de l’atelier ont été présenté à la municipalité et quelles ont été les réactions.

shimokita-map

L’association Save the Shimokitazawa (STSK) faisait parti du groupe d’étude. Elle est composée d’amoureux de Shimo Kitazawa, militant pour la préservation de l’esprit du quartier et contre ce nouveau plan d’urbanisme. Sur le site Internet de STSK, on peut découvrir en détail les évolutions urbaines planifiées: de hauts immeubles, un terminal de bus et taxi près de la gare, invitant les automobiles à l’intérieur du quartier. Bien que ça ne soit pas encore confirmé par la municipalité, un des points positifs de ce plan de redévelopment est la mise en place de zones piétonnes, sur les espaces libérés par la ligne de train Odakyu enterrée.

shimokita-map

Une fois que la ligne Odakyu serra enterrée, la municipalité de Setagaya prévoit l’élargissement de la route 54 coupant Shimo Kitazawa en deux (Nord et Sud).

smashingJe voulais re-découvrir en ce dimanche l’ambiance du quartier, pour constater que les travaux sur la voie Odakyu ont apparemment déjà commencé. Le batiment près de la gare est également détruit et le « raconteur de mangas, hirsute et rauque » a disparu (il faisait parti du décor à l’entrée de la gare).

Pour découvrir un peu plus Shimo Kita, allez explorer les photos intimes de Karl. Je repense à son site en longue pause malheureusement, car j’ai cru apercevoir son auteur en sortant du quartier, mais je n’en suis pas certain…

Parler de quartier étudiant me rappelle ma jeunesse et la musique que j’écoutais il y a 15 ans. Tout d’un coup me revient en tête ce disque des Smashing Pumpkins, Siamese Dream, que je n’ai pas écouté depuis plus de 10 ans. Souvenez-vous, Smashing Pumpkins, était un groupe rock de Chicago mené par la voix de Billy Corgan, à l’époque du grunge de Nirvana/Pearl Jam. Je réécoute le disque avec nostalgie en écrivant cet article, connaissant les mélodies par coeur. J’étais fan au début des années 90 (avant qu’ils perdent leur mojo) du genre à collecter tous les singles et bootleg. Ca a un charmant air de démodé maintenant (bien que le groupe vient de se re-former cette année sans James Iha et D’arci).

Shin Takamatsu

Profitant d’une éclaircie entre deux orages dimanche dernier et avant d’aller voir le sous-marin à Ichigaya, je passe faire un petit tour à Akasaka à la recherche d’un immeuble futuriste à proximité de l’hôtel New Otani. Quelques tourné-virés à moto, et je trouve enfin le Imanishi Moto-Akasaka, un immeuble de 7 étages par l’architecte Shin Takamatsu. Il est situé devant une série de batiments Kajima se reflêtant dans la vaste paroi vitrée arrondie. Cette structure noire et glace pourrait voguer dans l’espace. Aux pieds de la paroi de verre, on apercoit deux cônes de verre entourant l’entrée de l’immeuble. J’aimerais savoir si ces cônes ont une signification particulière, on les retrouve particulièrement mis en avant dans l’architecture de Kisho Kurokawa ou plus dissimulés sur le Spiral de Fumihiko Maki. Les esprits éclairés m’éclaireront sans doute.

octagon

Jean-Marc EMY (explorez son roman-photo) me donne l’occasion de revenir sur la photo ci-dessus de l’immeuble Octagon à Ebisu, toujours par Shin Takamatsu. Par la présence de boules noires en forme d’oeil, je me doutais fortement qu’il s’agissait d’une création de Takamatsu sans l’avoir confirmé. Cet immeuble comme celui de la photo suivante ont des consonnances de créatures aquatiques.

Ci-dessus le earthecture sub-1, toujours de Takamatsu, découvert il y a deux ans lors d’une ballade à Yoyogi-Uehara.