Une voilure et des ouvertures

Une voilure toute en courbe se lie à une colonne vertébrale centrale. Nous étions dans ce bâtiment grandiose pour un spectacle pour enfants et j’ai profité des entractes pour faire un petit tour avec Zoa et en même temps faire quelques photos, de la voilure, des détails des murs… Les yeux avisés auront peut être reconnu l’intérieur du grand gymnase Kokuritsu Yoyogi Kyōgi-jō de Kenzo Tange, le Gymnase Olympique de Yoyogi construit pour les Jeux d’été 1964 à Tokyo. En janvier 2009, j’avais exploré l’extérieur du grand stade sans voir l’intérieur qui était bien entendu fermé. Par contre, profitant d’un événement sportif, j’avais eu la chance de visiter l’intérieur superbe du petit stade. Il faisait sombre à l’intérieur du grand stade mais on pouvait tout de même appréhender la structure de la voilure et son raccord aux deux câbles centraux supportés par les piliers de béton aux deux extrémités du stade.

Sur quelques parois à proximité de l’entrée principale du stade, on peut apercevoir ces drôles d’ouverture sous la voilure. Il s’agit peut être de conduits d’aération. Le mur de béton est percé à plusieurs endroits pour laisser passer ces cylindres de métal qui pointent comme des canons. C’est un design assez radical pour des aérations. Ce stade relève définitivement plus de l’oeuvre d’art que de l’infrastructure sportive. J’avoue que j’aime beaucoup ce genre d’approche.

Pour terminer une vue sur l’entrée, placée dans le décalage des deux demi-cercles formant le stade. J’avais déjà photographié l’extérieur, voici donc l’intérieur. La voilure prend un plis de presque 90 degrés au niveau de l’entrée et du raccord avec les piliers noirs. J’aurais voulu prendre plus de temps pour observer tout ça, mais ce n’était pas non plus le but initial de la visite.

Plonger sous les buildings

Dessus la ville et sous les buildings. Une partie d’un immeuble de Kenzo Tange vole au dessus de Tokyo et semble plonger pour un atterrissage sur l’avenue 246. Pourquoi cette envie récurrente de faire planer les buildings au dessus de Tokyo? Il faudra que je me pose la question précisément un de ces jours.

Côté musique, je voulais principalement parler de M.I.A. dans ce billet, mais je découvre tout récemment la musique de Glass Vaults, le morceau Forget Me Not d’abord et le EP mis à disposition gratuitement par le groupe néo-zélandais sur Bandcamp. C’est une merveille à découvrir, à l’atmosphère cinématographique parfois, comme l’ouverture du EP et ses sonneries de police dans une ambiance urbaine que j’imagine moite ou pluvieuse (certainement une déformation due au Tokyo pendant la saison des pluies). C’est une ambiance sombre principalement avec des nappes vocales et des sursauts rythmés sur certains morceaux comme New Space. Je ne saurais pas trop dire à quel style musical réfère ce mini-album, la Dream Pop peut être pour la voix diluée dans des textures électroniques douces et des accords lents de guitares. Les morceaux évoluent tranquillement et on se laisse prendre à son rythme lent sans sourciller. C’est une musique qui colle bien à la chaleur d’une nuit estivale. Et en parlant de Dream Pop, je passe refaire un tour vers Beach House et le morceau 10 Mile Stereo sur Teen Dream.

Pour revenir à M.I.A., j’ai été épaté par quelques morceaux de son nouvel album /\/\ /\ Y /\. Malgré les nombreux articles à son sujet postés sur les blogs musicaux, j’ignorais volontairement sa musique en pensant qu’il s’agissait d’une nouvelle Lady Gaga ou quelque chose du genre, genre machine pop instantanée. En écoutant le morceau Steppin Up, j’ai été surpris pour le côté incisif et radical de sa musique. En exemple, l’utilisation de bruit de perceuse ou tronçonneuse au choix. Contrairement à ce que je pouvais imaginer, les morceaux de M.I.A. ne sont pas facilement abordables, à part peut être quelques morceaux plus orientés single comme XXXO. La musique électronique souvent poussive se mélange au hip-hop ou aux guitares crasseuses de Sleigh Bells (sur Meds and Feds) pour donner un drôle de mélange qui pourra agacer ou opérer son effet d’addiction. En se promenant un peu sur Internet, j’ai l’impression que les avis sont très contrastés, ce qui me parait assez logique vu que c’est un ovni musical. Mon avis se base sur les quelques morceaux ci-dessous, car comme à mon habitude, je n’écoute que très rarement un album en entier.

Pour continuer encore dans des styles complètement différents, je retourne vers les univers sombres et les bruits sourds de Eulogy par LA Vampires & Zola Jesus, avec une ambiance cinématographique là encore, pour un film de vampires certainement. Justement, Bat for Lashes et Beck compose un beau morceau Let’s get lost, à deux voix pour un film de vampires, Twilight Eclipse semble t’il. J’aime beaucoup la voix de Natasha Khan qui se conjugue bien avec celle de Beck ici. Autre morceau à deux voix, Die. de Carissa’s Wierd, un groupe dont je n’avais jamais entendu parler (comme beaucoup en fait, c’est ça qui est bien). Et entre autres, quelques morceaux qui accompagnent ce début d’été: Excuses de Morning Benders, peut être attiré par l’atmosphère rétro de bord de mer de la pochette, Colours de Grouplove, Windstorm par School of Seven Bells et pour finir avec du rock efficace et classique Echoes de All the Damn Kids. Tout ceci donne un ensemble assez diversifié, en espérant également donner quelques pistes d’écoute aux visiteurs de ce blog. Pas beaucoup de groupes japonais me direz vous, mais c’est vrai qu’il serait temps d’essayer de se réconcilier avec la musique japonaise: de l’électro qui ne serait pas lounge, du rock qui serait inventif et ni trop pop ni trop bruitiste, un chant qui interpelle… En attendant, je vais ré-écouter mes disques de Sheena Ringo. J’y repense alors que j’ai un agenda offert et estampillé Tokyo Jihen sous les yeux.

Aux aguets

Une équipe postée en avant garde nous observe. On essaie de ne pas croiser leurs regards, mais c’est difficile tant le regard pèse. Le petit posté au fond est bavard, tandis que celui en avant, le chef certainement, garde son sang froid et semble analyser chacun de nos mouvements. Nous avançons discrètement tête baissée. Si vous passez à Higashi 1-chome, Shibuya-Ku, prenez garde.

Les éditions Taschen propose pour leur 25ème anniversaire quelques livres à prix réduit, c’est le cas de Paris du photographe Eugène Atget. Je me suis empressé de me le procurer lorsque je l’ai aperçu dans une librairie de Ebisu. Le livre propose des séries de photographies classées par thèmes ainsi qu’un long texte explicatif en plusieurs langues (dont le français) retraçant les différentes périodes et motivations d’Atget. Son oeuvre, des milliers de photographies de Paris et proche environs, est un véritable travail documentaire sur le vieux Paris et ses habitants à la fin du 19ème et début du 20ème siècle. Parmi les nombreuses photographies du livre, j’aime tout particulièrement les vue d’ensemble du paysage urbain parisien et les photos d’architecture, ainsi que les vues intérieures de quelques hôtels particuliers. J’aurais voulu voir des photos de l’Hôtel Lambert, qui faisait polémique il y a quelque temps, mais le livre n’en montre pas malheureusement. En complément, la page flickr de Pete Sieger montre des photos actuelles de Paris en les comparant avec celles d’Atget. Intéressant.

Black disappearance [2/2]

Le deuxième épisode d’une mini-série en deux parties. Cette deuxième maison se trouve à côté de Atago si mon souvenir est bon. Elle vient compléter la première photo de vieille maison à Akasaka, qui est également comme avalée par une ombre noire

On peut cliquer sur la photo ci-dessus pour voir l’ensemble. La surface ronde agit comme un aimant pour l’oeil qui y revient sans cesse. Du moins, ça fonctionne comme ça pour moi. Je rapproche cette composition finale d’une autre composition plus ancienne, vue brûlante de Shibuya, avec le même attrait pour les surfaces rondes et noires. Et dans une moindre mesure la photo Youth.

Speaker et altérations urbaines

Cette bouche d’aération d’un bâtiment administratif à Shibuya me fait penser à un haut parleur. Je prends assez peu de photos en ce moment. Peu d’occasions se sont présentées au mois de juin, ainsi qu’une petite perte récurrente de motivation. La saison des pluies qui bat son plein n’arrange rien, bien que l’année dernière, j’avais bien profité de cette saison pour prendre des photos pendant les périodes d’accalmies. C’est en général pendant ces périodes là que je me remets à réfléchir au style de mes photos en me posant des questions: faire de la straight photography comme la grande majorité des photographes amateurs de la blogosphère japon, ou continuer les travaux de montages et compositions photographiques qui construisent un peu plus certainement mon identité. Au final, la réflexion est toujours un peu vaine et je continue mon sillon sans changements majeures. Quand même, j’ai dans l’idée dernièrement de construire des entités, des groupes de quelques photos agencées pour former une entité. Je m’étais essayé avec la petite série Polaris.

En parlant de montages photographiques, on trouve parfois par hasard sur internet des merveilles. Le travail de composition du photographe belge Filip Dujardin est vraiment impressionnant. Il invente des nouveaux visages urbains en créant des buildings improbables, défiant parfois la gravité. Il juxtapose des surfaces et éléments de buildings pour créer des structures complexes, difficiles à comprendre. J’aime beaucoup ce travail d’altération du paysage urbain. Je le pratique aussi à ma façon, sans pour autant atteindre ce résultat. On se prend parfois à rêver que ces bâtiments existent pour le plaisir du photographe.

On reste dans l’irréel avec l’artiste Nicolas Moulin, tout en se déplaçant à Paris, un Paris sans signe de vie, déserté où le rez de chaussée et premier étage des immeubles sont fermés par des plaques de béton. Nicolas Moulin vide la ville et donne à voir un paysage urbain angoissant. On s’interroge également en regardant ces images, on se demande ce qui a pu se produire dans ces lieux, pourquoi tous ces bâtiments ont ils perdus leur fonctions. Est ce que Paris s’est transformée de ville musée en musée-ville? Est ce que l’on prépare la ville à une course automobile intra-muros? Cette série de photographies retouchées sur ordinateur est disponible dans un recueil intitulé Vider Paris. En transposant à Tokyo, on peut penser aux photographies de Masataka Nakano sur le fameux Tokyo Nobody. Sauf que sur ce dernier, la légende dit qu’il n’y a pas de retouches par ordinateur.

Toujours par le même artiste, je découvre d’autres créations encore plus radicales, comme ces formes de bunkers se jetant dans la mer et en extension d’un paysage naturel. Il construit également en images des structures industrielles impossibles. Tout comme les images de Paris, ces constructions sont inquiétantes et fascinantes. Son dossier en pdf nous donne un tour d’horizon de ses créations. Pour revenir aux blocs de béton disproportionnés de ces montages, j’avais cette même envie d’altération de la ville et du paysage en commençant ma modeste série d’immeubles disproportionnés. Mais, j’avoue être vraiment impressionné par la force qui se dégage de ces blocs de béton.