Visions d’un Tokyo vertical

Au début des années 1960, le courant Métaboliste (Kisho Kurokawa, Kiyonori Kikutake, Arata Isozaki et Kenzo Tange) apportait une vision de la ville du futur à travers des superstructures flexibles conçues pour une croissance organique, en réponse à la densité problématique de Tokyo et à sa croissance démographique importante. 30 ans plus tard, au début des années 90, les 5 corporations japonaises majeures de construction présentent à leur tour une vision de gigantisme. Shimizu Corporation, Takenaka Corporation, Kajima Corporation, Taisei Corporation et Obayashi Corporation proposent des complexes urbains verticaux utopiques pour répondre à une problématique identique à celle des métabolistes. Outre le gigantisme des popositions urbaines, un point commun avec les visions métabolistes est l’utilisation des surfaces marines: étendre la ville avec des superstructures posées sur la baie de Tokyo comme avaient pu l’imaginer Kenzo Tange et Kisho Kurokawa.

X-Seed-4000

X-Seed 4000 est un projet étonnant de Taisei Corporation. Sur les représentations ci-dessus, on reconnait tout de suite le Mont Fuji comme modèle suivi pour ce complexe gigantesque. X-Seed en reprend la forme et la hauteur de 4000m environ pour 800 étages. La montagne urbaine a une base de 6 kms, posées sur les eaux de la baie de Tokyo et peut contenir de 500,000 à 1 million de personnes. Les parois externes du complexe supportent des panneaux solaires maintenant le niveau interne de température. En fonction du niveau d’élévation, l’intérieur protége les habitants des variations de pression de l’air. Ce projet date de 1995, et restera très certainement à l’état de vision utopique. Une estimation du coût pour réaliser une telle structure se situe entre 300 et 900 millards de dollars US. On verra ce projet plutôt comme un faire valoir des capacités innovatrices de Taisei Corp., comme pour beaucoup des autres projets ci-dessous.

try2004

Le TRY 2004 Mega-City Pyramid, la proposition visionaire de Shimizu Corporation, possède un certain nombre de points communs avec le projet X-Seed 4000, une taille démesurée avec une hauteur culminant à 2004m, un emplacement prévu au dessus des eaux de la baie de Tokyo. Tout comme le X-Seed, TRY 2004 reprend les concepts d’Arcologie. Arcologie est la contraction de Achitecture et Ecologie, et regroupe des concepts architecturaux décrits par l’architecte Paolo Soleri. Ces concepts présentent l’idée d’hyperstructures habitables avec une densité humaine extrême, auto-suffisantes contenant des zones résidentielles et commerciales permettant l’autarcie. Les rayons solaires et autres éléments naturels sont utilisés comme source d’énergie. L’Arcologie se présente comme une solution aux problèmes de surpopulation et de dégadation environnementale, en compactant les villes tout en verticalité sur un espace minime, en réattribuant l’espace libéré à la Nature, et en préservant ainsi les écosystèmes naturels alentours.

try2004

Le TRY 2004 prend la forme d’une pyramide massive de 2004m de haut pour 400 étages qui sera en mesure d’héberger jusqu’à 750,000 personnes. La structure pyramidale sera composée de 55 pyramides de 250m de haut s’interconnectant les unes aux autres sur un total de 8 niveaux. Les 4 premiers niveaux seront résidentiels (50 km² pour 240,000 unités d’habitation), des zones de bureaux et de commerces (24 km² pour un total de 800,000 travailleurs), les 4 niveaux au dessus seront reservés, entre autres, aux loisirs et à la recherche (14 km²). Comme précisé auparavant et comme pour le X-Seed, l’hyperstructure sera posée sur la baie de Tokyo sur une surface de 8 km² de fondation. La structure sera construite avec des matériaux ultra légers et résistants à base de tubes de carbon, matériaux qui restent à définir précisément.

try2004

Les 4 images ci-dessus tirées du site de Discovery Channel permettent de comprendre un peu mieux la structure de ce réseau gigantesque de pyramides. Les fondations de ce réseau se composent de 36 pieds d’un béton spécial. L’ensemble devra posséder les propriétés anti-sismiques nécessaires. L’hyperstructure possédera ses propres ressources énergétiques: énergie solaire et utilisation du vent et des courants marins, pour alimenter en électricité le complexe. Les structures en tube constituant les arêtes des pyramides serviront de support pour les moyens de transport à travers la ville: escalators plats ou inclinés, trains circulant à l’intérieur des tubes. A l’intérieur des 55 pyramides, des gratte-ciels seront supportés par la base des pyramides et également maintenu par le haut (systèmes de cables reliant les gratte-ciels au sommets des pyramides).

Sky-City-1000

Sky City 1000 est la proposition de Takenaka Corporation pour répondre à la problématique de congestion urbaine et au manque d’espaces verts dans Tokyo. Le design, datant de 1989, nous montre une tour s’élevant à 1000m de hauteur pour 400m de large à sa base, offrant un total de 8 km² de surface utilisable sur un réseau de 14 plateaux empilés. Comme pour les projets précédents, Sky City 1000 se présente comme une ville artificielle multi-fonctionnelle (comprenant des résidences habitables, espaces bureaux, commerces, écoles, cinema et autres espaces de loisirs) et ultra-dense (36,000 habitants et 100,000 travailleurs), mais en harmonie avec l’environnement naturel (atrium végétal au centre de la tour, et dans les espaces alentours libérés par la verticalité). Dans des proportions plus modérées, cette proposition semble plus réaliste que les précédentes et l’on retrouve ces concepts de mini-ville multifonctionnelle entourée d’espace dans des grands ensembles existants tels que ceux de Roppongi Hills (Mori Building) et Tokyo Mid-Town (Mitsui Fudosan).

Millenium-Tower

Obayashi Corporation s’associe à l’architecte Norman Foster pour sa vision verticale de la ville. En 1989, Foster propose pour Tokyo une immense tour conique de 840m de haut pour 180 étages, un cône au design élégant située une fois encore sur la baie de Tokyo à 2 km du bord. Il s’agit de la Millenium Tower. Sa structure conique et hélicoidale lui donne une bonne stabilité face aux vents forts des typhons et aux tremblements de terre frappant régulièrement le Japon. Cette tour auto-suffisante en énergie permet de loger jusqu’à 60,000 personnes. Les bas étages se composent de bureaux et de manufactures légères. Les logements sont situés dans les parties intermédiaires et les restaurants avec vue panoramique sur la ville et la baie se trouvent dans les parties hautes de la tour. Le sommet est réservé aux systèmes de communication et générateurs solaires et éoliens. Cette ville verticale d’ultra-haute densité possèdera également un système de transport interne pour compléter son auto-suffisance.

Holonic-Tower

La Superstructure Holonic Tower de Takenaka Corp reprend les principes énoncés par le concept Sky City 1000. La dénomination « Holon » utilisée pour cette tour de 600m de haut (120 étages) correspond au concept d’harmonie entre l’individu et le monde naturel. Takenaka estime qu’avec les progrès en Recherche & Developpement, de tels édifices seraient réalisables à partir des années 2010. Là encore, la tour est multi-focntionnelle et possède une particularité, celle d’incorporer dans sa structure une grande quantité d’espaces vides par lesquels la Nature peut circuler en abondance (le vent et les rayons de soleil). Les Sky terminals, sorte de place publique ouverte, sont des espaces privilégiés à 150m de hauteur. Ils ont pour but d’améliorer l’expérience de vie à l’intérieur de la tour et sont complementés par de vastes espaces verts à la base de la tour. On y prévoit 5000 habitants et une population de 30000 personnes occupant les espaces bureaux. La Holonic Tower est également conçue pour durer, une structure d’une durée de vie incroyable de 500 ans…

Aeropolis2001-thespiral-dib200

Pour terminer ce passage en revue des visions futuristes pour un Tokyo de science fiction, les 3 photos ci-dessus nous montrent quelques autres exemples de superstructures. Aeropolis 2001 (à gauche) par Obayashi Corporation est une tour de 2001m de haut et 500 étages, pour environ 300000 habitants. Elle reprend un grand nombre des caractéristiques des immeubles ci-dessus avec notamment une localisation sur la baie de Tokyo. Au centre, il s’agit d’un projet tout en spiral au juste nom de The Spiral. Sur l’image de droite, il s’agit du DIB-200 (Dynamic Intelligent Building) par Kajima Corporation. Ces deux dernières structures restent assez mystérieuses…

Est ce que ces villes verticales sont une pure utopie? Face aux pays asiatiques émergeant, la Japon se relancera t’il dans la course à la hauteur au fur et mesure que les technologies anti-sismiques se développent? On peut, en tout cas, apprécier l’importance apportée à l’aspect écologique de ces villes verticales du futur, tout en émettant des doutes quant aux conditions de vie humaine à l’intérieur de ces superstructures compactes, cadrées et parfaitement ordonnées.

(toutes les images présentées ici proviennent des sites des architectes et corporations. Merci à Micka pour m’avoir donné l’idée de cet article)

シモ・キタ & 学生時代

Je ne connais le quartier de Shimo Kitazawa que superficiellement pour y avoir passer quelques fois et goûter à l’ambiance de quelques bars, mais dès que l’on pénêtre dans les rues près de la gare, on est tout de suite saisi par cette ambiance particulière de quartier-village. On baigne dans une foule piétonne jeune naviguant dans des petites rues étroites bordées de maisons basses, dans un bazard presque incontrôlé de petits magasins, restaurants et bars. Ce quartier est si différent du reste de Tokyo et les résidents de Shimo Kitazawa tiennent à cet aspect unique, cool et dynamique, à l’écart des grands axes. Ce quartier n’est pourtant qu’à 3 stations de train de Shibuya, mais parait pourtant si éloigné comme un bastion préservé.

J’arrive à Shimo Kitazawa à moto en circulant lentement sur les fines routes en zig-zag jusqu’au passage à niveau près du poste de police. Je stoppe à ce niveau là, car la conduite à l’intérieur de Shimo Kitazawa est difficile sinon impossible. On apprécie de toute façon beaucoup mieux le labyrinthe de rues à pieds. Je viens à Shimo Kita en ce dimanche suite à la lecture du compte rendu d’un Urban Typhon (de fil en aiguille internet, un lien vers une de mes photos sur le blog de Matias Echanove, me fait découvrir cet atelier dont il est l’un des organisateurs).

shimokita-map

Urban Typhoon (mené du 26 au 29 juin 2006) était donc un atelier dédié à Shimo Kitazawa, menacé depuis 2003 par un vaste plan de redéveloppement urbain. La municipalité de Setagaya, dont Shimo Kitazawa fait partie, prévoit de construire une nouvelle route de 26m de large coupant Shimo Kitazawa en deux (d’ici 2013), développer une série d’immeubles d’environ 17 étages dans le centre près de la gare (District 10), d’enterrer la voie de chemin de fer Odakyu. Ce projet va bien entendu dénaturé le quartier, le faisant ressembler au reste de Tokyo en pardant ses particularités. L’atelier Urban Typhon avait pour but de témoigner de la valeur culturelle et de l’esprit si particulier de Shimo Kitazawa (à travers des témoignages vidéo, audio, manifestations artistiques, …) , de proposer des alternatives aux plans de redévelopement municipal et de sensibiliser les résidents. Urban Typhon réunissait une trentaine de personnes: des urbanistes, architectes (par ex: Kazuhiro Kojima et Kazuko Akamatsu de CAt), d’artistes, étudiants, membres de communautés de résidents ou de simples amoureux de Shimo Kitazawa. Je ne sais pas si les résultats de l’atelier ont été présenté à la municipalité et quelles ont été les réactions.

shimokita-map

L’association Save the Shimokitazawa (STSK) faisait parti du groupe d’étude. Elle est composée d’amoureux de Shimo Kitazawa, militant pour la préservation de l’esprit du quartier et contre ce nouveau plan d’urbanisme. Sur le site Internet de STSK, on peut découvrir en détail les évolutions urbaines planifiées: de hauts immeubles, un terminal de bus et taxi près de la gare, invitant les automobiles à l’intérieur du quartier. Bien que ça ne soit pas encore confirmé par la municipalité, un des points positifs de ce plan de redévelopment est la mise en place de zones piétonnes, sur les espaces libérés par la ligne de train Odakyu enterrée.

shimokita-map

Une fois que la ligne Odakyu serra enterrée, la municipalité de Setagaya prévoit l’élargissement de la route 54 coupant Shimo Kitazawa en deux (Nord et Sud).

smashingJe voulais re-découvrir en ce dimanche l’ambiance du quartier, pour constater que les travaux sur la voie Odakyu ont apparemment déjà commencé. Le batiment près de la gare est également détruit et le « raconteur de mangas, hirsute et rauque » a disparu (il faisait parti du décor à l’entrée de la gare).

Pour découvrir un peu plus Shimo Kita, allez explorer les photos intimes de Karl. Je repense à son site en longue pause malheureusement, car j’ai cru apercevoir son auteur en sortant du quartier, mais je n’en suis pas certain…

Parler de quartier étudiant me rappelle ma jeunesse et la musique que j’écoutais il y a 15 ans. Tout d’un coup me revient en tête ce disque des Smashing Pumpkins, Siamese Dream, que je n’ai pas écouté depuis plus de 10 ans. Souvenez-vous, Smashing Pumpkins, était un groupe rock de Chicago mené par la voix de Billy Corgan, à l’époque du grunge de Nirvana/Pearl Jam. Je réécoute le disque avec nostalgie en écrivant cet article, connaissant les mélodies par coeur. J’étais fan au début des années 90 (avant qu’ils perdent leur mojo) du genre à collecter tous les singles et bootleg. Ca a un charmant air de démodé maintenant (bien que le groupe vient de se re-former cette année sans James Iha et D’arci).

Look over your head at the highways

Point 1: A Shibuya, près de la gare, on aperçoit une voie rapide suspendue en levant les yeux. On imagine une large avenue perchée au 6ème étage des buildings, coupant le paysage urbain d’une ligne épaisse noire.

Point 2: Un peu plus loin, de l’autre côté de la gare, on aperçoit une autre ligne d’autoroute survolant le grand carrefour de Shibuya.

shibuya-expressway
(carte Google Earth centrée sur Shibuya indiquant les deux points de vue des compositions ci-dessus: Points verts 1 et 2. Carte en grande taille ici. Les voies en Orange sont imaginaires.)

Ne pas s’effrayer, ces autoroutes n’ont pas poussé pendant la nuit dernière, ces deux compositions sont imaginaires. La première composition représente une sortie d’autoroute vers le centre de Shibuya depuis la voie « Expressway Route 3 » existante. La deuxième composition représente une extension et lien imaginaires nommés « Expressway Route Aoyama » entre la voie « Expressway Route 3 » et « Expressway Route 4 », deux autoroutes radiales vers l’extérieure de Tokyo. « Expressway Route Aoyama » est située au dessus de la rue Aoyama au départ du Palais Impérial (plonge à ce niveau dans la voie « Expressway Route 4 » existante), elle passe au dessus de Shibuya pour rejoindre l’avenue Yamate et se replonger sur Expressway Route 4 au niveau de Nishi-Shinjuku. « Expressway Route Aoyama » est une boucle désservant les deux centres actifs de Shibuya et Shinjuku.

Il s’agit seulement du vue de l’esprit, ce tracé n’est pas basé sur une étude précise. La taille des avenues permettrait une voie rapide suspendue à priori, à part peut être entre la tour 109 et la rue Yamate.

Les voies rapides Shuto dans Tokyo datent des Jeux Olympiques de Tokyo de 1964. Elles ont été construites dans l’urgence avant les Jeux pour désservir la ville. La plupart de ces lignes d’autoroutes urbaines sont suspendues au dessus d’infrastructures routières existantes et même parfois au dessus des rivières (comme à Nihonbashi). Faire autrement, réarranger les quartiers pour faire passer les voies rapides au sol, aurait coûté beaucoup de temps et d’argent. A l’époque de la construction de ces autoroutes, l’efficacité économique était largement prioritaire sur la protection de l’environnement et du paysage urbain.

Ces voies suspendues font partie du décor de Tokyo, contribuent à cette impression de ville sur-urbaine. Elles enlaidissent et assombrissent énormément le paysage urbain. Je ne sais pas exactement quelle est la direction de la municipalité de Tokyo concernant ces autouroutes suspendues: dans certains quartiers comme à Nihonbashi, des projets d’enterrer les autoroutes ont été mentionnés (pour découvrir le pont presque centenaire de Nihonbashi), dans d’autres quartiers près de Nishi Shinjuku, j’ai constaté que l’on construit de nouvelles voies.

Pour les compositions ci-dessus, en notant que Tokyo était candidate aux Jeux Olympiques pour 2016, j’ai opté pour une répétition de l’histoire: une extension des travaux terminés en 1964 pour les Jeux précédents. C’est une vision certes pessimiste et en opposition avec ce que je souhaiterais personnellement qu’il advienne de ces quartiers. Encore une fois c’est une vue de l’esprit et j’ai trouvé ici une nouvelle façon de m’amuser avec Tokyo, après les nombreuses métaphores urbano-végétales et les quelques essais de re-décoration de la ville. Je prends un malin plaisir à redessiner cette ville à ma façon…

メイドイントーキョー

mit

Au bord de la rivière Meguro, un centre d’entrainement au golf (assez fréquent en ville au Japon) vient se coller aux bureaux d’une société de taxi avec un parking en dessous du terrain. Espérons que les balles de golf ne traversent pas les mailles du filet au dessus des taxis stationnés.

mit

Le rez de chaussée de cette barre d’immeuble près de Ebisu est occupée par un parking et un centre de maintenance pour une compagnie de bus. Un immeuble multi-fonction pouvant présenter quelques désagréments pour les résidents: le bruit du va-et-vient des bus et les odeurs d’échappement.

mitMade In Tokyo est un guide assez particulier sur Tokyo. Il regroupe des immeubles et infrastructures présentant des déviations de leurs fonctions premières: un immeuble d’apartements servant également de parking pour bus, ou une compagnie de taxi supportant un terrain de golf, comme apercus sur les deux photos ci-dessus.

Dans les immeubles de Made In Tokyo, aucun espace n’est perdu, chaque espace est utilisé pour des fonctions souvent inattendues: les espaces vides sous les autoroutes suspendues du centre ville sont transformées en grands magasins à Yurakucho, le toit d’un hangar géant d’une manufacture de papier à Iidabashi supporte les terrains de tennis d’une école, une autre école de conduite automobile possède un circuit d’entrainement sur les toits d’un grand supermarché Ito Yokado. Les immeubles de Made In Tokyo ne sont pas remarquables par leur architecture innovante, leur esthétique ou par l’avancement technologique des matériaux utilisés, mais par un savant mélange de fonctions utilitaires du génie civil que l’on n’imaginerait à priori pas cohabitées. Ces fonctions sont souvent additionnées à la verticale sur les immeubles pour répondre aux soucis de place: une station service occupe le rez de chaussée et le premier étage d’une tour de bureaux, le premier étage est au niveau d’une autoroute suspendue et y est relié.

Made In Tokyo présente une vue très souvent surprenante de la ville bien que le tokyoite initié ne soit plus tellement surpris par les tours de karaoke, par les établissements de patchinko entourés de prêteurs d’argent ou par les immeubles décorés d’enseignes publicitaires géantes. Les exemples intéressants ne manquent pourtant pas, comme les deux pris en photo ci-dessus, deux endroits que j’ai eu la suprise de voir apparaître dans le livre. Made In Tokyo classe toutes ces architectures fonctionnelles par thême et chaque exemple est expliqué: pourquoi tel batiment à l’apparence à priori anodine a été choisi. Un dessin sur chaque exemple exlique les différentes fonctions, chaque immeuble se voit donné un surnom faisant allusion aux fonctions implémentées.

Ca fait un petit moment que je connais ce petit livre de Junzo Kuroda, Momoyo Kaijimaet Yoshiharu Tsukamoto de l’atelier d’architecture Bow Wow. Je l’ai souvent feuilleté et l’ai finalement acheté dernièrement, un peu à la suite d’un des commentaires de ce blog à ce sujet.

Il y a t’il un lien entre le nom de ce blog et le bouquin de Bow Wow? Non, j’avais choisi ce titre de site internet sans connaître le bouquin et je n’avais pas encore à l’époque l’intérêt que j’ai maintenant pour l’architecture de Tokyo. La photographie m’a en fait mené à l’architecture. Mon intérêt pour l’architecture a peut être également grandi de manière inconsciente en prenant connaissance de l’existence de ce bouquin, mais l’architecture qu’il présente (la « da-me » archiecture, architecture affectivement qualifiée de « mauvaise ») et celle que j’affectionne sont assez différentes.

Les Métabolistes

Nous avons vu auparavant dans Tokyo 2050 Fibercity, une étude de rétrécissement de la ville dans le contexte actuel de décroisssance démographique au Japon. Il y a un peu plus de 40 ans, naissait au Japon un courant architectural aux idées créatives diamétralement opposées. Le contexte à l’époque était bien différent.

Le mouvement Métaboliste est fondé par des jeunes architectes japonais théorisant, entre 1958 et 1975, sur la croissance urbaine des mégalopoles, avec des concepts en rupture avec les formes traditionnelles. Le mouvement a à sa tête Kisho Kurokawa et Fumihiko Maki, accompagnés de quelques grands noms tels que Kiyonori Kikutake, Arata Isozaki. Kenzo Tange se rapprochera également du mouvement Métaboliste.

metabolist

Dans un manifeste « Metabolism: the proposals for a new urbanism », ils tentent d’apporter des réponses à la densité problématique des villes, la croissance démographique et l’accroissement des flux, à travers une vision originale croisant biologie et informatique. Leur vision de la ville du futur est caractérisée par de grandes structures flexibles et extensibles, pour une population de masse à la croissance organique.

metabolist

Floating City (1961), la ville flottante (représentée ci-dessus à gauche et en bas à droite), par Kisho Kurokawa est un des projets emblématiques de ce mouvement. Il s’agit d’un projet d’habitations construites sur la surface d’un lac à proximité de l’actuel aéroport de Narita. Kurokawa présente ici un principe de croissance urbaine cellulaire, avec un déploiement organique d’unités identiques (des spirales sur l’eau). L’ensemble ressemble à des formes végétales, comme des nénuphars. Les transports routiers sont possibles sur le toit des structures s’interconnectant, des escalators en spiral permettent l’accès au ports sur la surface du lac pour les transports maritimes.

Ce système en spiral est un prototype de la ville en hélice en 3 dimensions, Helix City (1961), un autre projet emblématique du mouvement Métaboliste imaginé par Kisho Kurokawa (représentée ci-dessus en haut à droite). Etudiée pour une réorganisation d’un quartier de Tokyo, cet forme hélicoïdale de type ADN propose une forme originale de l’espace urbain avec des circulations possibles dans le sens horizontal et vertical. Kurokawa publiera d’autres études comme l’Agricultural City et de nombreux sketches.

metabolist

La proposition de ville Ocean ou Marine City (1958-1963) de Kiyonori Kikutake prend elle aussi des formes organiques et extensibles. Les tours d’habitation ressemblent à des arbres sur lesquels on peut emboîter des anneaux d’habitations. Ces cellules cylindriques habitables peuvent être ajoutées ou enlevées en fonction des besoins. Là encore, le complexe d’habitation est posé sur l’eau.

metabolist

Par sa verticalité et sa structure en arbre à la densité modulable, Tower City est une variation du concept précédent. Même s’il a été construit bien plus tard (1994) dans la carrière de Kikutake, l’hôtel Sofitel Tokyo (en photo ci-dessus), au bord de l’étang Ikenohata d’Ueno, reprend les lignes directrices de Tower City. Cet immeuble si remarquable est apparemment malheureusement en cours de démolition. L’architecture métabolique demeure encore maintenant la fondation de la philosophie de l’architecte.

metabolist

Clusters in the air (1960-62) est une autre métaphore organique, toujours en forme d’arbre. Arata Isozaki y prévoit des lignes de capsules habitables fixées comme des branches sur le tronc. Cette mégastructure futuriste et extensible est assez fantastique et défie les lois de la pesanteur.

metabolist

Associé aux Métabolistes, Kenzo Tange proposa en 1960 un vaste plan de réorganisation structurelle de Tokyo. Ce plan idéaliste, ayant suscité l’attention internationnale, présente un nouveau concept d’extension de la ville pour répondre à une population croissante (plus de 10 millions d’habitants en 1960) et à un traffic accru. La baie de Tokyo empêche la croissance de la ville dans la direction sud-est, mais Kenzo Tange propose une aternative au dévelopement organique radial de Tokyo, une expansion linéaire au dessus de la baie par un systèmes de ponts, de méga-structures et d’îles artificielles.

metabolist

Cet extension utopique de la ville sur un axe linéaire, comme une colonne vertébrale, devait permettre une croissance de 15 millions d’habitants, tout en permettant une communication directe à travers la baie entre le centre de Tokyo et la zone de Chiba.

metabolist

metabolist

Cette ville sur ponts suspendus au dessus de la baie s’appuyait sur un réseau d’autoroutes interconnectées: des routes sur 3 niveaux assurant un accès rapide à travers la ville. Des tours espacées de 200 mêtres et montant jusqu’à 150-250m au dessus du niveau de l’océan suportaient cette ville suspendue contenant des unités résidentielles, centres commerciaux, jardins publics, et autres facilités.

metabolist

De tous ces projets métaphoriques et utopiques, seul le concept flexible et extensible des habitats-capsules a vu le jour avec le Nakagin Hotel de Kisho Kurokawa (1970-1972). J’avais présenté auparavant en photos ces espaces personnels dans des containers industriels recyclables. Ce concept de vie dans des capsules a été appliqué également pour le New Sky Building No.3 de l’architecte Youji Watanabe en 1970. Je suis allé voir de mes yeux cet immeuble hallucinant, j’en parlerais bientôt en photos. Ces immeubles métabolistes sont malheureusement menacés, on sait le Nakagin condamné à la destruction.

Tokyo Fibercity 2050

tokyo-2050-fibercity

Je viens de terminer la lecture de Tokyo 2050 Fibercity, Numéro 63 du magazine trimestriel The Japan Architect. Il s’agit d’une étude initiée par Fumihiko Maki et developpée par Hidetoshi Ohno, également architecte et professeur, sur des propositions de design urbain pour un Japon en décroissance démographique. En 2005, le Japon a connu son pic de croissance demographique à environ 130 millions d’habitants. Avec un taux de natalité stable à environ 1.36~1.38, la population japonaise devrait passer en dessous de la barre des 100 millions d’habitants en 2050. Cette décroissance de la population a des conséquences sur l’organisation des villes, certaines zones urbaines subiront un dépeuplement.

En prenant cette hypothèse de décroissance, l’architecte Hidetoshi Ohno a réfléchi avec son groupe d’étude (Université de Tokyo) à 4 grandes stratégies de réorganisation urbaine, en prenant Tokyo comme cas d’étude. L’étude adopte le concept de « fibres », c’est à dire un modèle linéaire de la ville en suivant les grandes lignes de transport et de communication, en opposition avec le modèle atomique traditionnel des villes occidentales. Les 4 stratégies se concentrent sur une manipulation de ces fibres spatiales pour changer Tokyo, et sont nommées: Green finger, Green partition, Green web, Urban wrinkle. Elles sont tournées vers une intégration du vert, d’éléments naturels intégrés à l’intérieur de la ville dans un souci d’améliorer l’environnement général de vie.

Green finger (doigt vert)

tokyo-2050-fibercity

La première stratégie, nommée Green Finger, consiste à convertir les zones situées à plus de 800m des stations de trains en zones vertes (parcs, campus d’école ou d’université, fermes ou espaces agricoles, …). L’image ci-dessus en donne une représentation, des bandes urbaines le long des lignes ferrovières, réseau très développé à Tokyo.

tokyo-2050-fibercity

Avec le vieillissement et la décroissance de la population, il est estimé que cette population urbaine cherchera à se rapprocher des stations de trains, centres nerveux d’activité de la ville et de ses banlieues. Les zones éloignées des stations seront, petit à petit et de manière naturelle, abandonnées et pourront être reconverties en zone verte.

Green partition (partition verte)

tokyo-2050-fibercity

Une deuxième proposition de Hidetoshi Ohno s’intitule Green partition et consiste en une protection accrue contre les désastres naturels, en donnant de l’air aux zones résidentielles surpeuplées. Un tremblement de terre ou un incendie dans ce type de zone résidentielles, aux maisons très rapprochées et aux rues étroites, peuvent avoir des conséquences désastreuses (prenons comme exemple, les résidences en bois nombreuses dans le quartier de Yanaka, Ueno). Mettre en place des chemins verts permet cette protection, comme un pare-feu, tout en rendant les quartiers résidentiels plus agréables à vivre. Ces chemins peuvent servir de voies de secours et d’évacuation en cas d’incidents naturels.

tokyo-2050-fibercity

La structure de ces chemins verts dépendra des terrains libérés dans ces zones résidentielles (maisons détruites et non reconstruites dans un contexte de décroissance démographique). Ces chemins zigzagueront très probablement entre les maisons, comme on peut le voir en exemple sur les 2 images ci-dessus.

Green web (toile verte)

La troisième proposition, Green Web, vise à convertir les voies rapides internes à la ville (les shuto expressways) en parcs linéaires et en voie d’accès d’urgence utilisables pendant une crise. Cette stratégie prend toujours comme hypothèse une diminution de la population et par conséquence du traffic routier, mais je suis un peu dubitatif sur la résistance de ces routes suspendues Shuto Expressway en cas de tremblement de terre majeur…

tokyo-2050-fibercity

Hidetoshi Ohno et son groupe d’étude donnent quelques exemples de conversion de voies rapides. Ci-dessus, il s’agit de la voie rapide longeant les douves du Palais Impérial dans le centre de Tokyo. La voie rapide serait transformée en parc au bord des douves pour des promenades agréables en pleine nature (ou presque).

tokyo-2050-fibercity

A Roppongi-1Chome, aux croisements de 2 grandes voies rapides, Ohno propose un système d’escaliers et de centres commerciaux attachés à la voie express. La voie, elle-même, est la encore réservée à la végétation.

Urban wrinkle (ride urbaine)

Cette quatrième stratégie s’attache à la rénovation ou l’amélioration de quelques points remarquables dans la ville pour en faire sortir leur potentiel et les rendre attractifs. Typiquement, ce sont des lieux de structure linéaire comme de vieux canaux, des bords de rivières, des rues en pentes, … avec un potentiel d’attraction non exploité ou gaché par leur situation. Les lieux considérés ont, en général, une valeur historique et cette étude tente de les mettre en valeur, comme on pourrait chercher à embellir les rides d’un visage.

tokyo-2050-fibercity

Tout l’intérêt de cette étude, c’est de donner des exemples précis, facilement identifiables pour les habitants de Tokyo. Ci-dessus, il s’agit du réaménagement du canal entre les stations de Iidabashi et de Ichigaya. C’était autrefois un des canals du château d’Edo. Une bordure du canal serait réaménagée pour la promenade, avec à proximité quelques magasins.

tokyo-2050-fibercity

Cet autre exemple ci-dessus me parle beaucoup, car je traverse très souvent cette petite rivière bétonnée de Shibuya, entre Ebisu et Shibuya. Elle très sombre et sale, coincée entre des barrières d’immeubles donnant sur l’avenue Meiji. La proposition est assez ambitieuse, composée de passerelles passant par dessus le canal, d’une végétation touffue, de terrasses sur les immeubles environnants avec vue sur cette rivière désormais beaucoup plus ensoleillée et joyeuse.

tokyo-2050-fibercity

Une autre idée porte sur le grand parc Shinjuku-Gyoen. Ce parc près de shinjuku est superbe et très bien entretenu. L’idée est de dépasser les bornes actuelles du parc pour le faire rentrer dans la ville, dans les rues du quartier de Shinjuku. Plutôt qu’une entité fermée sur elle-même, le parc serait un lieu ouvert et acceuillant, intégré à la ville.

ja63Le magazine The Japan Architect Numéro 63 dédié à Tokyo 2050 Fibercity contient beaucoup d’autres exemples intéressants, parfois utopiques, ainsi qu’un grand nombre de sous-études sur des aspects de Tokyo (ex: organisation des arcades commerciales « shoutengai », lieux aimés par les Tokyoites, …). L’idée qui me plait beaucoup dans cette étude, c’est la tentative d’une meilleure intégration de la nature dans la ville. Je partage également cette idée pour l’intérieur des maisons, même si mon idéal est un peu éxagéré

Toutes les images proviennent des sites de The Japan Architect et de Tokyo 2050 Fibercity. Le magazine The Japan Architect et les anciens numéros sont disponibles à la vente sur Internet pour les pays hors-japon, et disponibles au Japon dans toutes les bonnes librairies.