Tokyo (EK) 5

A kamakura, un spectacle se déroule dans le pavillon extérieur du grand sanctuaire Tsurugaoka Hachimangu. Des femmes sont habillées en tenue de cérémonie tandis qu’une voix grave entame un chant au dessus d’une musique traditionnelle. Dans les montagnes de Kamakura, un petit temple caché au bout d’une ruelle animée par la seule voix du maraîcher, nous laisse voir quelques merveilles dans la pénombre. Près de la mer, le sanctaire de Morito se cache derrière un décor fait de végétation exotique. On se croirait à Okinawa, mais nous sommes à Hayama, à quelques kilomètres de Kamakura.

Tokyo (EK) 4

A Hakone, on apercoit les fumées de soufre sur la montagne mystérieuse de Owakudani, les canards hors-service car hors-saison sur le lac Ashino et un soleil qui se fait la malle tranquillement vers 5 heures.

Tokyo (EK) 3

Marche depuis la station de Ueno vers Akihabara, à travers l’allée très encombrée de Ameyoko (contraction de Ameya Yokocho, autrefois « allée des vendeurs de bonbons »). On y voit de tout, vendeurs de poissons cotoyant de près les vendeurs de chaussures et de T-shirts. Akiba, contraction de Akihabara, est au bout de l’allée à quelques centaines de mètres. Akiba se transforme depuis quelques années, se diversifie tout en restant le domaine des otakus. Je ne vais presque jamais à Akiba et c’était donc la première fois que je vois une « maid » lambda encerclée de photographes.

Tokyo (EK) 2

Une rue pratiquement déserte en fin de journée à Enoshima. Nous traversons l’île dans sa longueur en passant par cette ruelle, du sanctuaire Enoshima Jinja jusqu’aux falaises de l’autre côté de l’île pour y admirer, juste à temps, le coucher de soleil.

Tokyo (EK) 1

La série de photos qui va suivre fait suite à la visite de ma soeur et son fiancé (ce qui explique aussi le court silence de deux semaines juste avant le Tokyo Motor Show). Ce sont des photos de Tokyo ou des alentours.

Ci-dessus, un mouvement d’écharpe à l’intérieur du National Art Center, Tokyo de feu Kurokawa. Un au revoir peut être.

Mobilité personnelle

CRW_9118m

CRW_9120m

En mini-complément au Tokyo Motor Show 2007, Toyota exposait à Tokyo Mid-Town les différentes évolutions de son concept de mobilité personnelle (PM: Personal mobility). La dernière évolution en date se nomme i-Real et est actuellement en présentation au Tokyo Motor Show. Le véhicule PM i-Real possède trois roues et 2 positions: une position debout utilisée à vitesse lente pour la navigation en zone pédestre et permet l’interaction avec les piétons, et une position basse pour les vitesses plus élévées sur route. Dans cette deuxième position, le centre de gravité du véhicule s’abaisse pour une meilleure expérience de conduite. i-Real est motorisé électiquement et possède une série de senseurs pour prévenir les collisions. Il possède également un système de leds pour prévenir de ses mouvements.

On pouvait également découvrir à Tokyo Mid-Town, les versions précédentes du i-Real, à savoir le i-Swing (présenté au Tokyo Motor Show 2005) et le précurseur i-Unit (présenté à la World Expo 2005 à Aichi, Japon). Le design a évolué à travers les différents modèles vers un trait plus simple et sobre. Les lignes compliquées du i-unit très science fiction auraient certainement fait peur aux passants.

Suzuki surfe sur cette même tendance en montrant au Tokyo Motor Show 2007, le SSC, un véhicule personnel très similaire à ceux de Toyota. Il projète des images video sur la face avant. Je n’ai malheureusement pas pu m’asseoir dans l’engin, il y avait au moins 1 heure d’attente.