Le tigre veille sur nous

IMG_2019-2m

Le tigre et le bambou de Kyosai Kawanabe. J’adore ces yeux et cette bouche, un mélange d’humour et de férocité. On a l’impression qu’il va vous sauter dessus et vous manger tout cru mais pour rigoler. Comme toutes les photographies de ce billet, cette photo de tigre est prise sur iPhone et déjà publiée sur Instagram, il y a de cela quelques semaines ou quelques mois. Cette image provient en fait d’un livre feuilleté dans un salon à Marunouchi.

IMG_1898-2m

Sans crier gare, Made in Tokyo vient de fêter il y a quelques jours (le 23 mai) ses 13 années d’existence. Je suis moi-même impressionné par la longévité de ce blog, car beaucoup des blogs qui sont nés à l’époque où j’ai démarré celui-ci (en 2003 donc) sont depuis longtemps morts et enterrés. Certains renaissent, mais il ne faut pas se faire d’illusion, le format blog est mort au profit du web d’Instagram, Twitter, Facebook, Tumblr éventuellement.

13 ans d’existence, c’est à la fois une fierté et un fardeau. L’obligation de continuer en quelque sorte, se mélange au besoin de continuer. Mais au final, ce blog est une forme de libération de mon besoin créatif. Et pour cette date d’anniversaire, plutôt que de faire un long récapitulatif de ce qui fait la particularité de ce blog, je préfère encore et toujours diriger le visiteur vers la page A propos qui est un bon résumé des passions diverses qui alimentent ce blog.

Je préfère également montrer de nouvelles photographies, des photographies d’architecture bien sûr. La maison aux ouvertures triangulaires ci-dessus est située à Yoyogi Uehara. Je ne connais pas l’architecte, mais j’aime ces formes qui semblent s’inspirer de l’immeuble TOD’s de Toyo Ito à Omotesando.

IMG_2216-2m

IMG_2218-2m

Les deux maisons individuelles ci-dessus se trouvent pas très loin l’une de l’autre à Higashi, près du sanctuaire de Hikawa dans Shibuya-Ku. Comme les autres photos d’architecture de ce billet, ce n’est pas la première fois que je les prends en photo et les montre sur le blog.

Le visiteur attentif remarquera peut être que sur ce billet et les précédents les commentaires sont fermés. J’ai fait pas mal d’aller retour sur le sujet, mais la réalité étant ce qu’elle est, l’activité des commentaires est proche du néant depuis quelques années. La succession des billets sur ce blog s’inscrivant dans une certaine continuité pour former un flot d’images interconnectées ne force pas vraiment aux commentaires individuels sur un billet en particulier. Le formulaire dans la page Contact est toujours disponible pour me contacter et me donner des avis sur ce blog. Mon adresse email est également affichée en bas de page. Les messages de soutien sont importants pour continuer mais pas indispensables car ce blog répond avant tout à un besoin créatif. Fut une époque où je souhaitais ou recherchais une certaine reconnaissance à travers mon travail sur ce blog, mais l’internet n’est qu’éphémère et illusion.

IMG_2231-2m

J’aime vraiment ces formes courbes, celle du bâtiment GUN-AN par Tadasu Ohe. Il se trouve dans un petite rue à Hiroo, non loin de la rue de Roppongi.

IMG_2365-2m

Nous sommes ici à Ebisu. Cette forme me faisait penser à une sorte de canon atomique.

IMG_2366-2m

IMG_2018-2m

Le chat, la grenouille et les cerisiers en fleur. Nous sommes ici à Naka-Meguro.

IMG_2369-2m

IMG_2370-2m

La maison de béton se trouve à Shibuya. Ce monolithe hermétique à l’espace extérieur est assez fascinant. Il doit certainement y avoir un jardin intérieur avec ouverture sur le ciel, mais la vue depuis la rue ne nous permet pas de deviner la structure intérieure.

Les graffiti sont dessinés sur un mur de Udagawa-cho dans le centre de Shibuya. Ces dessins sont éphèmères et remplacés régulièrement par des nouveaux motifs. J’y reviens donc assez souvent pour voir ce qu’il en est et comment le décor urbain évolue. Ce bâtiment est assez ancien et va certainement bientôt disparaitre dans une tentative de standardisation du paysage urbain à Shibuya, comme dans tout autre quartier de Tokyo d’ailleurs.

IMG_2418-2m

IMG_2419-2m

L’effet d’étonnement est automatique et ne s’estompe pas lorsqu’on aperçoit le Collège Technique de Aoyama par l’architecte Makoto Sei Watanabe. C’est une oeuvre futuriste originale qui se rapproche plus de l’art que de l’architecture. J’aime d’ailleurs quand la frontière entre les deux s’estompe.

IMG_2420-2m

La photographie ci-dessus nous montre Ebisu au loin. C’est un endroit assez particulier car on est nul part entre Shibuya et Ebisu, le long de la voix ferrée. Un petit pont piéton nous fait traverser les voix ferrées. Le pont est grillagé pour éviter que des imprudents se jettent volontairement par dessus bord. Il y a de cela quelques années, on pouvait également voir la ligne de Train Toyoko croisant en hauteur la ligne circulaire Yamanote. J’emmenais quelques fois Zoa quand il était petit pour regarder les trains depuis la passerelle. Il n’est maintenant heureusement pas fanatique de trains, comme le sont beaucoup de japonais. Je ne comprends d’ailleurs pas cette passion des trains, j’y suis complètement hermétique.

IMG_2455-2m

Les couleurs des azalées attirent les visiteurs au sanctuaire de Nezu près de Ueno. J’avais montrer en plans plus serrés quelques unes de ces fleurs dans un billet précédent.

IMG_2476-2m

Les fresques murales m’intéressent en ce moment. Celle ci-dessus est dessinée par Imaone et Zed1 et se trouve sur le côté d’un petit building à Kichijoji. Comme pour la découverte inattendue d’architecture, tomber par hazard sur ce type d’art urbain apporte une satisfaction certaine, d’autant plus que je l’avais déjà aperçu sur Internet.

IMG_2541-2m

Yokohama, tout en haut de la tour Landmark, avec vue sur le quartier de Minato Mirai.

IMG_2574-2m

Sonic Youth, je suis grand amateur du groupe depuis le début des années 90, avec des hauts et des bas, mais cette inventivité du son rock et le mélange des voix m’a toujours impressionné. J’ai découvert Sonic Youth juste après Nirvana (alors que c’est Sonic Youth qui a fait découvrir au monde le groupe Nirvana) avec l’album Goo (1990) d’abord, puis ensuite Dirty (1992) et Experimental Jet Set Trash and No Star (1994). Après une pause de quelques albums, j’ai redécouvert le génie du groupe avec les deux albums ci-dessus en photo, Sonic Nurse (2004) et Murray Street (2002). J’étais déjà à Tokyo à cette époque et un concert au Blitz à Akasaka avait réanimé la flamme. Je suis donc remonté dans le temps vers les incontournables Daydream Nation (1988), Sister (1987) et Evol (1986). Plus récemment, je complète la discographie avec des albums que je n’avais pas écouter entièrement comme Washing Machine (1995) ou le plus récent Rather Ripped (2006), ou que je ne connaissais pas comme les tous premiers albums. Il n’y a pas que des bons disques dans la discographie de Sonic Youth, mais ils définissent un son que l’on entend pas ailleurs. C’est bien dommage que le groupe se soit séparé. Après avoir lu l’histoire de Sonic Youth dans Goodbye 20th century, je me mets maintenant à la lecture du bouquin de Kim Gordon, Girl in a Band. Alors que j’achetais ces dernières années la musique dématérialisée sur iTunes, l’envie me reprend d’acheter les CDs, histoire d’avoir du concret. Je les achète petit à petit d’occasion au Disk Union du coin.

Swirling whirling to the skies of other places

IMG_7663m

IMG_7669m

IMG_7679m

IMG_7702m

IMG_7705m

IMG_7716m

IMG_7728m

IMG_7741m

IMG_7748m

IMG_7772m

La Golden Week cette année fut active. Nous avons beaucoup marché en famille dans les montagnes de Kamakura, en se perdant un peu parfois pour trouver les entrées des pistes de randonnées. A Kamakura, les zones de villes et de forêts montagneuses se mélangent. Nos parcours partaient de Kita-Kamakura pour arriver vers le centre de Kamakura, non loin de Tsurugaoka Hachimangu. Nous avons démarré une des marches depuis le temple Kenchō-ji à Kita-Kamakura. Il faut d’abord entrer à l’intérieur de l’ensemble de temples que forment Kenchō-ji. Au passage, on remarque une très belle porte dorée, qui vient d’être rénovée récemment à mon souvenir. Nous grimpons la montagne derrière les temples pour rejoindre le tracé de la piste de randonnée. A Kamakura, si on connaît un peu son chemin, on peut accéder à certains temples gratuitement en y accédant par la montagne. Pour le temple Engakuji à Kita-Kamakura, c’est assez facile et il n’y a pas de surveillance, mais pour Kenchō-ji, on veille en haut de la montagne à ce que chaque visiteur venant de la montagne se soit bien acquitté de son billet d’entrée au temple (le contrôle a l’air assez souple cependant). A Kamakura en période de Golden Week, nous ne sommes évidemment pas les seuls à avoir l’idée de se promener dans les montagnes. On ne se bouscule pas quand même, et le parcours est agréable. Sur les hauteurs de Kenchō-ji, à environ 150 mètres (on n’est pas très haut certes), on a une belle vue sur les temples émergeant de la forêt et sur la baie de Sagami au loin. Après quelques heures, nous ressortons de la forêt vers le sanctuaire de Kamakura-gū. Un groupe s’y faisait prendre en photo en kimono, peut être pour une célébration interne au sanctuaire.

Quelques jours auparavant, une autre randonnée dans les montagnes de Kamakura nous avait amené jusqu’au temple Meigetsu-in (réputé pour ses hortensia au mois de juin). Tout près de l’entrée du temple, une maison individuelle attire tout de suite mon attention par son design, notamment la forme angulaire de son toit et les lamelles de bois sur la façade. Je pense tout de suite à une création de Kengo Kuma, ce qui est apparemment le cas (mais j’en ai pas la certitude). J’adore ces découvertes architecturales inattendues, ce qui est d’autant plus rare et difficile à trouver à Kamakura. On peut également faire quelques découvertes inattendues dans certains temples à Kamakura, comme des dessins plutôt contemporains de personnages proches du manga. J’avais pu voir ce type de peintures dans un autre temple à Kamakura il y a quelque temps.

Entre ces deux « périples », nous avons passé une journée à Yokohama, à Minato Mirai, en haut de la tour Lundmark, histoire de re-vérifier que la terre est bien ronde. Mais pour cette vérification, l’objectif Grand angle Fish Eye que j’utilisais aidait beaucoup.

KOSATEN

IMG_7647m

IMG_7631m

IMG_7636m

IMG_7629m

Je suis passé voir il y a quelques semaines l’exposition intitulée KOSATEN (交差展) faisant une retrospective sur la chaussure de sport Adidas. L’exposition se déroulait jusqu’à la fin de la Golden Week à la BANK Gallery, conçu par Tadao Ando, sur Cat Street à Harajuku. Stan Smith était passé pour cette occasion, mais j’y suis seulement allé quelques jours après. Les sneakers sont une de mes vieilles passions que je n’ai pas entretenu depuis de nombreuses années mais l’intérêt me reprend ces derniers temps. Quand j’étais plus jeune, je dessinais des modèles imaginaires de sneakers avec toutes sortes de technologies fantaisistes (il faudrait que je scanne tout ça un jour). A cette époque, j’avais des Nike Air Trainer TW II et ensuite des Reebok Pump Court Victory (celles de Michael Chang, si je ne me trompe pas), que j’adorais littéralement.

Plus récemment, j’aime beaucoup la collaboration de Yohji Yamamoto et de Adidas pour la marque Y-3. Par contre, comme c’est très cher, il faut attendre les soldes, ce que j’ai fait avec les Y3 Laver Low à un prix beaucoup plus abordable. Et je me mets même à suivre les nouveautés sur quelques comptes Instagram bien choisis comme celui du Nikelab, highsnobiety, sneakerboy ou celui de Y-3 dont je parlais juste avant. Ce que je ne soupçonnais pas, c’est le nombre important de modèles sortant en version limitée, comme la série NMD de Adidas qui était montrée à l’exposition KOSATEN. Si je comprends bien, les modèles se vendent au compte goute et il faut être bien informé.

J’avais pris connaissance de cette exposition KOSATEN et cette série NMD en suivant l’Instagram de l’artiste électronique Young Juvenile Youth, aka Yuki Matsuda, qui est apparemment une des figures portant cette nouvelle série. Bon, je n’en suis pas au point d’aller faire les files d’attente devant les magasins pour acheter un modèle en version limité, à moins que Nike ressorte l’Air Trainer TW II (ce qu’avait d’ailleurs fait Supreme il y a de cela quelques années mais avec des coloris un peu particulier et pas très attirant à vrai dire par rapport à l’original…).

Pour revenir à l’exposition KOSATEN, on pouvait donc y voir des prototypes (avec semelle imprimée en 3D par exemple), beaucoup de versions limitées comme des Stan Smith de toutes sortes, en version Captain Tsubasa ou Star Wars…, des modèles qui m’avaient marqués comme l’Adidas Torsion, ou les tennis Steffi Graf (que portait ma soeur à l’époque). C’est avec un regard amusé et nostalgique que je me replonge dans cet univers (je collectionnais même les publicités de sneakers à l’époque). Pendant que je visitais l’exposition, il y avait une petite équipe avec caméra pour ce qui semblait être un reportage depuis l’étranger.

grow in flowers

IMG_7521m

IMG_7472m

IMG_7517m

IMG_7530m

IMG_7526m

IMG_7532m

IMG_7535m

IMG_7594m

IMG_7590m

Après la visite du sanctuaire de Nezu, je reste sur des photographies de fleurs sur ce nouveau billet. Les fleurs se mélangent avec le décor urbain à Ebisu et Kichijoji principalement. Ces photographies sont les dernières que je prends avec mon objectif Sigma 20mm 1.8 car il a rendu l’âme le week end dernier. C’est bien malheureux, mais je vais certainement me re-procurer le même objectif. A Kichijoji, je découvre par hazard une grande fresque de imaone & Zed1 sur l’immeuble Kawada Building. Je l’avais déjà vu sur internet donc cette découverte m’a agréablement surpris. Sur la dernière photo, nous sommes dans un café spécialisé dans le chocolat à Kuramae (Dandelion Chocolate).

burn in flowers

IMG_7496m

IMG_7441m

IMG_7497m

IMG_7446m

IMG_7500m

IMG_7504m

Tous les soirs avant 6h, il attend les dernieres lumières du jour sous la voute de verre. La tête mi-recourbée, il regarde vers le ciel en attendant un signe. Tous les soirs avant 6h, il répète ce rituel sans faillir. Il reste immobile en silence en faisant abstraction du brouhaha alentour. Il attend que la pénombre s’installe. Tous les soirs avant 6h, il revoit les même images dans la pénombres grandissante, celles de son passé, celles de ses actes manqués, celles de ces instants infimes où l’alternative était possible. Tous les soirs avant 6h, il s’accorde ces quelques moments de réflexion, pendant les instants de clarté sous la voute de verre. Au crépuscule de sa vie, il se décide un nouvel avenir.

thecure-sfp Trois albums de The Cure: Seventeen Seconds (1980), Faith (1981) et Pornography (1982), réédités en 2005 et revus sur Pitchfork. J’écoute décidément beaucoup ces trois albums de The Cure, sortis dans la continuité au début des années 1980. Il y a dans cette musique et la voix de Robert Smith une force et un désespoir sublime.

Les cerisiers contre la ville (épisode 3/4)

IMG_7340m

IMG_7284m

IMG_7074m

IMG_7281m

IMG_7354m

IMG_7287m

IMG_7373m

IMG_7291m

IMG_7361m

IMG_7359m

IMG_7212m

IMG_7157m

Oh mother, I can feel the soil falling over my head. J’aime cet arbre qui semble prendre racine sur un bloc de béton. On a cette impression que la nature reprend le dessus sur la ville. Pendant les deux semaines de la fin Mars et début Avril, toute l’attention se porte sur le niveau de floraison des cerisiers. La pleine floraison est difficile à prévoir précisément car les cerisiers n’en font qu’à leur tête et fleurissent rarement au moment prévu. Difficile pour le voyageur de planifier à l’avance son voyage au Japon pour admirer ces fameux cerisiers en fleurs. Les photos de ce troisième épisode font toujours échos aux photos des deux épisodes précédents. On se promène à Shibuya dans le quartier de Udagawacho en écoutant toujours et encore The Cure dans les écouteurs. Après le monument Disintegration, j’écoute la série des trois albums à la beauté sombre: Seventeen Seconds, Faith et Pornography, pour arriver maintenant aux albums Kiss me, Kiss Me, Kiss Me et Wish. C’est un plaisir d’écouter cette musique en se promenant appareil photo à la main. C’est force d’inspiration et comme je le dis souvent, c’est même un élément clé de mon inspiration photographique.

Les cerisiers contre la ville (épisode 2/4)

IMG_7293m

IMG_7288m

IMG_7095m

IMG_7315m

IMG_7356m

IMG_7344m

IMG_7365m

IMG_7302m

IMG_7350m

IMG_7367m

IMG_7210m

IMG_7148m

Sakura versus the city. Pendant ce temps là, à Shibuya, on reconstruit la gare à coups de grosses machines colorées. J’en avais parlé auparavant dans mon billet « Shibuya changing ». Ce billet, l’épisode 2, mélange les atmosphères, entre décoration urbaine surchargée et sobriété des surfaces, comme cette maison de béton aux proches abords de Shibuya. Les fresques murales viennent du quartier de Udagawacho à Shibuya, dans une petite rue qu’il faut trouver. J’aime y retourner régulièrement car les motifs et graffiti changent régulièrement. On repeint sans cesse sur la même surface, dans une renouvellement perpétuel. Cette partie de quartier reste un endroit à part car elle n’est pas encore touchée par la vague de conformisme urbain qui vient effacer petit à petit les spécificités de chaque quartier. J’aime partir à la recherche des ces lieux.