sur la montagne de Daikan (2)

Continuons cette série à Daikanyama. La plupart des photographies de ce deuxième épisode sont prises sur la route sinueuse appelée Daikanyama Dori (la rue Daikanyama). J’y passe tôt le samedi matin. Enfin, il est 10h du matin donc pas si tôt que cela, mais les boutiques du quartier n’ouvriront que plus tard, vers 11h je pense. Les volets métalliques des boutiques au rez de chaussée de la résidence Castle Mansion Daikanyama au look rétro et aux couleurs de rose usé, sont couvertes de graffitis ou de dessins qu’on penserait être commandé, comme cet étrange tigre assis prenant un café. Les bâtiments à trois étages maximum de cette partie de rue à sens unique se renouvellent petit à petit. Certains des nouveaux buildings ont d’ailleurs des coupes architecturales intéressantes, quand on lève un peu les yeux. Observer les rues de Tokyo demandent à explorer des yeux toutes les directions, comme une girouette.

Un peu plus loin dans Daikanyama, sur une autre rue où se trouve également la boutique Maison Kitsune, que je montrais sur la dernière photographie du billet précédent, ainsi qu’un petit magasin de disques Bonjour Records, je passe très souvent devant la boutique de vêtements homme APC, conçue par Masamichi Katayama et la firme de design intérieur Wonderwall dont il est le fondateur. En parlant de ce petit magasin de disques Bonjour Records, j’y fais un passage rapide de temps en temps. On y vend une sélection de CDs mais aussi quelques livres de photographies et autres objets. Côté livres, je note un bouquin de photographies appelé Grunge préfacé par Thurston Moore. Ce sont des photographies de groupes alternatifs de l’époque du début des années 90, pas seulement du Grunge mais aussi des groupes de mouvance punk à Seattle. Il y a bien sûr des photographies de Kurt Cobain et Courtney Love avec Hole, mais également d’autres figures connues comme Kim Gordon de Sonic Youth et d’autres groupes de l’époque dont le nom m’est familier.

Le reste des photographies dans Daikanyama vont à la recherche des couleurs: le bleu intense d’une Porsche sur un parking derrière deux petits bâtiments aux façades de béton obliques et le vert presque fluorescent du palmier emblématique de Daikanyama.

Les trois dernières photographies du billet sont prises en bas de la colline-montagne de Daikanyama, mais du côté de Shibuya cette fois-ci et non pas du côté de Naka-Meguro à l’opposé, comme sur le premier billet de cette petite série. Sur une rue parallèle à la longue avenue Meiji, je retrouve cet immeuble aux briques orangées comme maintenu en captivité dans une cage aux barreaux obliques. Il s’agit du building Sankyo à côté de la nouvelle sortie Sud de la gare de Shibuya, par l’architecte Tadasu One (Plantec). Au loin sur la même rue, les constructions du nouveau centre de Shibuya avancent à grands pas, notamment l’immeuble de la partie Sud du re-développement de la gare. On ne le voit pas sur la photographie, mais l’immeuble principal de la gare a aussi pris pas mal de hauteur ces dernières semaines. Il reste du temps avant les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, mais les changements sont déjà initiés depuis longtemps.

sur la montagne de Daikan (1)

Comme le titre du billet l’indique, nous sommes ici à Daikanyama, mais aussi à Naka Meguro, en contre-bas de cette montagne qui ressemble plutôt à une colline urbaine. Je vais assez souvent dans ces quartiers car on habite pas très loin d’ici, mais aussi parce que Zoa y a quelques activités extra-scolaires. Bien que je connaisse assez bien ces rues, je me surprends parfois moi-même à découvrir des passages que je n’avais jamais emprunté. Par exemple, un escalier couvert de dessins de formes courbes nous amène vers un tunnel que je connaissais pas sous la rue de Komazawa. Un des murs du tunnel est dessiné d’une fresque d’un cerisier en fleurs. Sur la photographie ci-dessus, le passage de quelques personnes en mouvement me donne l’impression que les fleurs vont soudainement se détacher et s’envoler dans un mouvement similaire.

Une des grandes qualités des espaces à Tokyo, ce sont les dénivelés, les collines et terrains en pente qui rendent l’espace urbain intéressant pour le promeneur. L’irrégularité des terrains évite la monotonie du paysage urbain, quand l’architexture doit s’adapter à un environnement qui ne lui est parfois que peu propice.

À Daikanyama, je passe par l’ensemble Hillside Terrace conçu par étapes sur plusieurs décennies par l’architecte Fumihiko Maki. Il y a un petit espace d’exposition dans un des bâtiments les plus anciens de l’ensemble nous montrant une salle de classe d’une autre époque, avec des chaises prenant leur envol. Alors que la nuit commence à tomber doucement, je passe ensuite un peu de temps au Hillside Forum, de l’autre côté de la rue Kyu-yamate. On y montre une autre exposition, de plusieurs photographes sélectionnés pour le prix Pictet. Je connaissais quelques uns des photographes comme Michael Wolf et sa série Tokyo Compression montrant des passagers du métro tokyoïte comprimés contre les vitrages des portes automatiques. On y voit également deux photographies en grand format de Rinko Kawauchi, notamment une colline prenant feu d’une manière apparemment contrôlée avec un bel effet de symétrie. Finalement, le travail de collage de photographies de Shohei Nishino est très intéressant. Il construit des paysages urbains imaginaires à partir de collages de photographies de buildings et autres décors urbains, formant une nouvelle réalité de la ville. Un fait intéressant de cette exposition est qu’elle mélangeait la photographie pure et le montage photographique.

Mon passage à Daikanyama se termine dans la nuit. J’aime en ce moment prendre en photographie les devantures éclairées des boutiques. Ci-dessus, il s’agit de celle de la Maison Kitsune.

éclats d’été

Je continue certains changements en ce qui concerne mes contributions sur les réseaux sociaux ou plateformes web 2.0. Après avoir supprimé mon compte Instagram, sans grand regret finalement, je viens de supprimer mon compte Tumblr. J’essaie en fait d’éviter de m’éparpiller sur le web, car finalement ce que je fais le mieux et ce qui est le plus productif en ce qui concerne le temps que je passe sur internet, ce sont les contributions que je fais sur ce blog. Je garde tout de même Twitter pour garder en mémoire de temps en temps certains liens vers des articles ou des pages internet ou vidéos intéressantes. Je me rends compte aussi qu’au fur et à mesure des années, j’avais ouvert des comptes sur diverses plateformes comme Pinterest, Vimeo, Bandcamp, Behance que j’ai peu utilisé. J’ai fermé tout ça pour faire une opération de nettoyage par le vide.

J’écoute beaucoup ces derniers jours le EP intitulé Love is Short du groupe féminin punk de Kyoto Otoboke Beaver おとぼけビ~バ~. Je connais déjà ce jeune groupe à l’énergie folle depuis l’écoute d’un autre morceau sorti il y a un peu plus d’un an et intitulé S’il Vous Plait シルブプレ, en français dans le texte mais avec un très fort accent japonais. Ce nouvel EP Love is short est composé de 3 morceaux ne totalisant que 5 minutes dont celui du titre de l’album Love Is Short ラブ・イズ・ショート. Le rythme des guitares est très rapide tout comme le chant de Accorinrin qui devient occasionnellement des cris dans une forme palpable de défoulement. Cette énergie de l’urgence somme toute aggressive dégage des pointes d’humour. Le dernier morceau excessivement court de 19s いけず ”ikezu” (Mean) fonctionne comme un coup de poing dans la figure, c’est d’ailleurs les images du clip en version animé apparemment innocent de Naoyuki Asano.

Les deux photographies ci-dessus sont prises à Daikanayama, il s’agit de l’immeuble APC de l’architecte français Paul Chemetov: le côté vitré donnant des reflets des éclats de l’été, et l’autre coté taggé sur le béton.

the beautiful noise

IMG_8070m

IMG_8071m

IMG_8075m

IMG_8077m

IMG_8078m

IMG_8080m

IMG_8084m

IMG_8088m

IMG_8092m

IMG_8093m

Je reprends le titre de ce billet d’un sticker affiché parmi tant d’autres dans un mélange des genres sur un poteau électrique de Daikanyama. En recherchant par curiosité ce à quoi peut bien faire référence ce message « the beautiful noise », je découvre avec surprise qu’il s’agit du titre d’un documentaire sur le mouvement musical rock alternatif underground anglais de la fin des années 80 jusqu’au début des années 90, mixant bruits de guitares, pour composer notamment le style shoegazing. Tiens donc, c’est une sacré coincidence car c’est ce mouvement musical qui me (re) fascine en ce moment. Le documentaire nous parle donc de My Bloody Valentine, Ride, Slowdive, Chapterhouse, que j’écoute beaucoup en ce moment, ainsi que d’autres groupes comme Cocteau Twins ou The Jesus and Mary Chain. Il faut que je trouve ce documentaire pour le regarder.

J’aime également ce titre, car ce « beautiful noise » dont on parle ici sur ce blog en photographies, c’est également Tokyo. Dans mon photobook « In shadows« , je parlais déjà de « Shoegazing photography » lorsque j’abordais le style que je donne à mes photographies et à mes compositions photographiques. J’ai encore et toujours ce besoin de montrer le trop plein, les enchevêtrements urbains, les superpositions de surfaces (le thème des photographies de ce billet précisémment), la densité trop forte des lieux par rapport à l’espace disponible. Peut être qu’à travers les photographies agencées à ma manière sur le blog, je m’essaie à une tentative de remettre de l’ordre dans cette ville, de rétablir inconsciemment une logique entre les lieux et les choses. Comme dans un monde de bruit, on essaierait d’y deviner et d’amplifier une harmonie et une beauté cachée. Tokyo est un terrain formidable pour ce jeu de recherche.

Les fleurs et le béton

Je passe souvent devant cette petite tour de la marque française A.P.C. à Daikanyama. J’aime bien son look sombre et industriel et ses vitres semi-transparentes. Cette tour de béton du francais Paul Chemetov va à vrai dire assez bien avec le ciel gris de ce samedi. Je me promène avec Zoa dans les rues parfois étroites de Daikanyama, celles piétonnes qui zigzaguent entre les maisons individuelles dont le jardin minuscule est souvent envahit par la verdure. Les plantes dépassent sur la voie piétonne déjà bien étroite. Lorsque l’on descend ensuite de Daikanyama vers Hachiyamacho, on rencontre ces fleurs jaunes sur le béton d’une maison protégée comme une place forte.

Tokyo en Noir et Blanc 4

On continue la série des photos de Tokyo en Noir et Blanc avec en toute logique la 4ème partie. Pratiquement toutes les photos ont été prises lors d’une très belle journée de Novembre, pendant une longue marche à pied de Ebisu en passant par Naka-Meguro jusqu’à une petite banlieue de Sangenjaya. J’ai ajouté assez peu de photos cette fois-ci, à vrai-dire. Il faut tout simplement que j’essaie d’être un peu plus sélectif sur les photos que je mets sur ce site, il y a en tout presque 2000 photos sur le site, ça fait un peu beaucoup (NDLR: « ça fait trop »).

Vieille voiture à Ebisu

Ebisu, rivière bétonnée

Immeubles mysterieux sur la Meiji Dori

Près de Daikanyama

Escaliers. Daikanyama

Magasins Beams à Daikanyama

New Otani, Hotel à Akasaka

Hôtel et restaurant devant le New Otani, Akasaka

Pot de fleur. Naka-Meguro

Vers Sangenjaya, sur la 246

Banlieue de Sangenjaya, temple a Sho-In

Boutique Polka Dots

Joeurs de Go dans un Club donnant sur la rue

Immeubles de Shibuya au loin